PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Tebboune déposera son dossier samedi    LES RETRAITES MILITAIRES INTERDIT D'EXERCER EN POLITIQUE : Le statut général des personnels militaires à l'APN    CNAS : Plus de 25 000 travailleurs non déclarés en 2019    AFFAIRE DES 701 KG COCAINE : Les deux frères ‘'d'El Bouchi'' devant le juge d'instruction    ORAN : Grève des collecteurs privés d'ordures ménagères    SIDI BEL ABBES : La santé mentale, thème d'une formation de 5 jours    Tribunal de Bab El Oued : 18 mois de prison ferme requis contre 5 détenus du drapeau amazigh    Real Madrid: Zidane reste optimiste pour Hazard    Ligue 1: Le programme des rencontres de ce mercredi    La Tunisie veut forcer son destin    Des manifestants exigent la fermeture du bureau des élections    "Nos enfants ne sont pas des bandits !"    Mahrez dans la liste des 30 nominés    Chita de retour    Les étudiants empêchés de rallier le tribunal de Sidi M'hamed    Les Kurdes ont quitté la zone de sécurité    La Russie se replace en Afrique    Les exclus du logement social bloquent la route    TBC pour atténuer le "terrorisme routier"    Promouvoir et encourager les jeunes cinéastes    Le dernier sourire de Larbi Ben M'hidi ou le peuple algérien en son miroir    Incendie à l'Ecurie royale de Turin, site Unesco    La diversité culturelle est à même de produire une élite équilibrée et efficiente dans la société    Le taux d'inflation à 2,4% sur un an    Hôpital Mustapha Bacha : Organisation de la circulation des véhicules    «Elargir le champ des investigations sans se passer du contrôle de la justice»    Les étudiants pointent une justice subsidiaire    Situation socioéconomique, politique et perspectives de l'Algérie 2020/2030    Ouverture du Salon Hassi-Messaoud Expo 2019    Ligue des champions d'Europe: Gros choc à Milan, Ajax et Barcelone pour la confirmation    Le NB Staouéli dans le groupe 2    Une femme à la tête de la Ligue de football de la wilaya    Ludovic Batelli a échoué, il s'en va, ses références dénoncées    Bensalah se rend à Sotchi    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    USA: Trump déclare son amour aux russes    Brexit: Boris Johnson ne s'avoue pas vaincu malgré les obstacles    Omnisports : Signature d'un accord-programme de pratique sportive au sein des universités    Libye SOS Méditerranée cherche de nouveau un port sûr pour 104 migran    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    Présidentielle Rabehi met en garde les professionnels de l'information contre les "fake news"    Sétif: A la recherche des modalités pour harmoniser et réduire les inégalités entre les territoires    Transport: Tassili Airlines renforce ses dessertes vers le Grand Sud à partir de novembre    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    16 oeuvres de jeunes cinéastes en compétition    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le parti de Benflis: La présidentielle est «la voie la plus réaliste»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 09 - 2019

Le Bureau politique de Talaie El Hourriyet, réuni hier sous la présidence de Ali Benflis, «a réaffirmé la conviction du parti que l'élection présidentielle est la voie de sortie de crise la plus réaliste, la moins longue, la moins risquée et la moins coûteuse pour le pays aux plans politique, sécuritaire, économique et social». Ajoutant que cette élection doit réunir des « conditions politiques, institutionnelles et légales » pour créer un « environnement favorable » à la « tenue du scrutin » permettant, « pour la première fois, au peuple algérien d'exercer son droit de choisir librement le président de la République avec l'assurance que sa volonté ne sera pas dévoyée ». A propos des « organiques sur la création de l'Autorité nationale électorale indépendante et l'amendement du régime électoral adoptés par les deux chambres du Parlement », le parti de Ali Benflis relève que « l'Autorité est maîtresse de l'ensemble du processus électoral dans sa préparation et son organisation, comme dans son contrôle ». Mais, ajoute le communiqué, « le caractère permanent de l'Autorité » (pas uniquement pour le prochain scrutin présidentiel, ndlr) doit relever « des réformes constitutionnelles et institutionnelles que le prochain président de la République engagera nécessairement ». Aussi, le communiqué regrette « l'attribution au Conseil constitutionnel d'une compétence en matière de recours contre les décisions de l'Autorité concernant les candidatures et le maintien de la compétence en matière d'annonce des résultats définitifs de l'élection présidentielle ». Concernant le régime électoral, Talaie El Hourriyet estime que celui adopté « a globalement atteint les buts qui lui étaient assignés », à savoir « la mise à l'écart du gouvernement et, en particulier, du ministère de l'Intérieur, l'exclusion de l'appareil administratif, à travers les walis, (...) et la dépossession des élus locaux de toutes leurs attributions en matière électorale ».
Le gouvernement Bedoui doit partir
Globalement, le parti constate que « les conditions institutionnelles et légales pour la tenue d'un scrutin présidentiel transparent, régulier et impartial sont globalement réalisées », mais insiste sur la mise en place de « conditions politiques » et « d'un environnement apaisé ». A propos de « conditions politiques », le parti de Benflis insiste sur « le départ de l'exécutif actuel, rejeté par le peuple, et son remplacement par un gouvernement de compétences nationales crédibles et respectées », mais également sur « la mise en œuvre de l'ensemble des autres mesures mises en exergue dans le rapport final du panel », en particulier celles portant sur les « droits et libertés », afin de « créer l'environnement propice à une participation électorale importante donnant au Président élu la légitimité suffisante pour engager les réformes politiques économiques et sociales indispensables ». «Le Bureau politique considère, à cet égard, que le respect des libertés collectives et individuelles, notamment la liberté de réunion, d'expression et de rassemblements pacifiques est de nature à contribuer à la création d'un tel environnement ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.