Les réactions divergent entre optimisme et hésitation    «La qualité des candidatures définira le taux de participation»    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Lamiri appelle à soutenir le pouvoir d'achat du citoyen    Redonner confiance et rapprocher l'Etat du citoyen, par une réelle décentralisation    Nouveaux horaires des trains de banlieue algéroise    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Le MC Alger revient avec une précieuse victoire d'Oran    Ultime dérogation pour Cherif El Ouezzani, le CA au box des accusés    «La JSK réalise une nouvelle progression»    Slimani en tête du classement des meilleurs joueurs de la L1    Un artisan au service de l'éducation    L'Etat a construit des milliers de logements mais la crise perdure :    Les jeunes d'une agglomération secondaire réclament une aire de jeu    Pour les passionnés de fantastique    Une chaîne exclusivement dédiée aux pays du Maghreb    Un festival pour la promotion des traditions méditerranéennes    Algérie-Grande Bretagne: Le Royaume-Uni pour l'élargissement des relations économiques avec l'Algérie    Production de pétrole, attaques de drones en Arabie: le Brent atteint un niveau sans précédent depuis 30 ans    Stabilité et épanouissement de la nation    JM Oran-2021: Le logo officiel de la 19e édition sera présenté ce mardi    Election présidentielle: Discours du chef de l'Etat à la Nation (Texte intégral)    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Mohamed Djemai se retire du FLN    Enquêtes dans les écoles    On se trompe de dépouilles !    Un déficit de 4,41 mds de dollars    Psychotropes : en finir avec l'anarchie    3 prévenus placés en détention provisoire    MORTS PAR NOYADE ET PAR MONOXYDE DE CARBONE : Huit personnes décédées en 24 heures    CEM ‘' MOHAMED LAKHAL ‘' DE KHARROUBA : Les enseignants dénoncent la surcharge des classes    Plaidoyer pour une loi sur l'acquisition de tableaux    Sortir ...sortir ...sortir ...    Bull, portrait d'une Amérique à l'abandon, couvert de récompenses    Pour des mesures urgentes en matière d'éducation    JSK : Il a réussi son premier match international… : Mebarki s'affirme !    CRB : Coupe de la CAF, le plus dur reste à faire à Alger    Faible taux de participation et indécision totale    Le chef Raoni proposé au prix Nobel de la paix    Kagame veut éjecter l'Afrique du Sud des instances de l'UA    Sous le signe de l'amitié algéro-italienne    Suppression de la règle 51/49: Le débat est lancé    Football - Ligue 2: Le DRBT rejoint le duo de tête    Mohamed Chorfi à la tête de l'Autorité de surveillance des élections    Conclave wali-chefs de daïras et P/APC: Des mesures urgentes pour parer à d'éventuelles inondations    Analyse: Invitée au G7… L'Afrique n'a-t-elle vraiment fait que de la figuration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 08 - 2019

L'Instance nationale de dialogue et de médiation (INDM) présidée par Karim Younès poursuit ses rencontres avec les différents partis. Jeudi, c'était au tour de Jil Djadid. Le président de ce parti, Sofiane Djilali, espère voir «l'ensemble des acteurs de la scène politique parvenir à un consensus, à même d'éviter les tensions et les risques qui pourraient avoir des conséquences graves pour l'avenir du pays». «Le pouvoir doit reconnaître clairement qu'il est temps de remettre le flambeau, et le peuple doit être en mesure de l'accompagner dans cette transition historique», selon ce parti.
«Il est nécessaire pour un dialogue sérieux, porteur de solutions, que les efforts de tous tendent vers une convergence des vues au sujet des solutions globales», ajoutant que les concessions à faire doivent viser uniquement la consolidation des principes de l'Etat de droit et de démocratie. Pour le parti de Sofiane Djilali «il ne pourrait être partie prenante à ce dialogue sans la réunion de certaines conditions, notamment la libération des personnes arrêtées, l'ouverture des médias et la départ du gouvernement actuel». Et de souligner que le pouvoir doit assurer les conditions d'un dialogue serein et efficace et qu'il lui revient de faire le premier pas afin de rétablir la confiance et satisfaire ces conditions préalables. Le dialogue «doit aboutir à une solution acceptable pour tous et prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition quant à une refonte globale du système politique, outre l'amendement des lois relatives aux élections et à la création d'une autorité indépendante chargée de l'organisation de l'élection présidentielle».
Enfin Jil Djadid a réitéré son appel à «l'organisation d'une élection présidentielle, suivie d'un processus constituant devant ouvrir la voie à un référendum populaire sur la Constitution».
Pour rappel, mercredi, le panel a rencontré Ali Benflis, président du parti Talaie El Hourriyet. Benflis avait réitéré «l'attachement du parti au dialogue national comme instrument privilégié de règlement de la crise de régime actuelle tout comme il a assuré la délégation du panel de sa pleine disposition à contribuer à toute initiative ayant pour but d'offrir au pays une voie de sortie de crise rapide et définitive». Le parti a soutenu que le dialogue national doit viser «la reprise, dans des conditions irréprochables, du processus électoral présidentiel appelé à être le point de départ de la relégitimation de l'ensemble des institutions républicaines et de l'ouverture de la transition globale, politique, économique et sociale dont le pays a un besoin vital». «L'élection présidentielle est la voie la plus réaliste, la moins longue, la moins risquée et la moins coûteuse pour le pays aux plans politique, sécuritaire, économique et social, à la condition que soient réunies les conditions politiques, institutionnelles et légales et un environnement favorable, pour la tenue d'un scrutin permettant, pour la première fois, au peuple algérien, d'exercer librement le choix de son président de la République sans que sa volonté ne soit dévoyée», avait estimé le parti de Benflis qui a appelé à la création d'un environnement apaisé à travers des mesures de confiance et d'apaisement, le départ du gouvernement en place, la création d'une autorité électorale indépendante ad hoc et la révision de la législation électorale actuelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.