APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hirak: du nombre de manifestants et de son rapport avec la démocratie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 10 - 2019

Dans les pays démocratiques, des chiffres sont donnés concernant le nombre de personnes participant à une manifestation. Ils sont un élément d'information important de l'opinion publique et ils ont donc une importance sociale et politique. Ils font donc toujours l'objet de vives polémiques entre partisans et adversaires d'une manifestation, entre services officiels et organisateurs. Mais chez nous rien de cela à propos des manifestations ayant lieu au titre du Hirak. Aucun chiffre aussi bien des autorités que des médias, des partis et divers protagonistes. Ces chiffres auraient été utiles pour suivre l'évolution du Hirak, d'un Hirak, au départ, largement consensuel à, comme maintenant, surtout des manifestants hostiles aux autorités actuelles et opposés à leur démarche de sortie de la crise. Sur une même manifestation, notamment le mardi et le vendredi, on peut lire ou entendre des évaluations aussi diverses et contradictoires que «des centaines», «des milliers», des «dizaines de milliers», ou même, lorsque la mobilisation est manifestement importante, des «centaines de milliers», des «millions». On parle alors, à la place de chiffres, de «tsunami», de «raz de marée». Il a été dit, certains jours, que la moitié des Algériens avaient manifesté. Dans d'autres cas, les appréciations, les impressions, les opinions ou tout simplement les prises de positions suppléent à l'absence de chiffres, on parle alors dans des journaux ou des sites de «manifestations monstres des étudiants», de «manifestants déterminés», de «mobilisation massive» etc.. Pourquoi cette absence de chiffres ? La question reste ouverte.
J'ai donc voulu essayer d'en savoir plus car il est possible,pour tout un chacun, de se faire au moins une idée à ce sujet. J'ai pris à cet effet la méthode la plus simple, la méthode la plus accessible en première approximation, la «méthode de Jacobs». Elle est basée sur la densité des manifestants sur une distance donnée lorsque celle-ci est connue et que les manifestants se massent sur un lieu comme c'est le cas, à Alger, pour la plupart des manifestations du Vendredi. Prenons celle du 31éme Vendredi car on avait parlé à son sujet d'une mobilisation particulièrement forte et il y a des images prises de haut concernant la surface occupée par la manifestation.Il y a 500 m de la «Grande poste» à la «place Audin», distance sur laquelle se massent en général les manifestants. Prenons plus large, 850 m soit jusqu'au cinéma»L'Algéria». On évalue en général, en moyenne, la densité à deux rangées de manifestants par mètre et à 10 manifestants par rangée. Cela donnerait 850 x 20= 17 000 manifestants dans une hypothèse basse. Dans une hypothèse haute, en calculant large, bien que la rue Didouche soit une voie étroite par rapport aux avenues d'autres grandes capitales, on aurait trois rangées de manifestants par mètre et 15 manifestants par rangées, c'est-à-dire 45 manifestants par mètre. Cela fait donc 850x 45 = 38 250 manifestants.
Dans les deux cas, le résultat est surprenant, bien loin de tout ce qui est dit. Mais poursuivons: comme il y a 8 millions d'habitants dans l'agglomération d'Alger, les manifestants actuels représentent, dans l'hypothèse la plus haute, moins de 0,5% (0.48 % exactement) de la population d'Alger. Et si on applique ce taux à l'ensemble des 44 millions d'habitants du pays, on pourrait évaluer le nombre de manifestants à l'échelle nationale à 210 375, ce qui est évidemment surestimé car il n'y a pas partout des manifestations, notamment dans les campagnes. Certes ces calculs sont contestables. J'invite d'ailleurs tous ceux qui voudraient les contester et les corriger, à le faire. Un débat à ce sujet pourrait être utile et fructueux. Il y a, pour cela, un ensemble d'outils à cela qu'on peut trouver à l'adresse URL suivante: https://gjsciences.com/2019/01/17/pourquoi-ce-blog-comment-les-comptages-sont-calcules/
On trouve tout sur Internet...
0,5% des habitants du pays peuvent-ils décider à la place de l'ensemble des citoyens ? Même si on multipliait les chiffres donnés plus haut par deux ou par trois, ce qui serait énorme, le problème resterait entier: les manifestants, par définition d'ailleurs, constituent une minorité de la population. Mais il faut prendre en compte que cette minorité a fait preuve d'une constance et d'une combativité remarquables semaine après semaine.
De plus une minorité active de manifestants peut représenter l'opinion de la majorité de la population.
Cela peut être le cas mais cela aussi peut ne pas l'être. Comment le savoir ? Evidemment par le vote, par les élections, bref par la démocratie. La question est incontournable. On a alors peut être là une piste pour la réponse à la question posée plus haut: Pourquoi l'absence de chiffres sur le nombre de manifestants ? Cela arrangerait-il qui ? Peut-être tout le monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.