Accusations, révélations et des milliards dilapidés    Un plan de sabotage fomenté par le MAK déjoué    Le Hirak n'abdique pas    Arrestation d'activistes présumés du PNP    Les Verts affronteront la Belgique en mars    Le ministère répond aux grévistes    Chelsea : Abramovich offre un gros chèque à Lampard    Massimiliano Allegri va patienter jusqu'en juin    La fin de la récréation !    OM – Villas-Boas: «Brahimi était dans nos plans, mais…»    Mobilisation exceptionnelle à Alger    OIT: "faire du travail décent une réalité pour la jeunesse africaine"    MDN: large campagne sanitaire pour les habitants de zones enclavées à Ouargla    MASCARA : Création d'une zone industrielle à Mohammadia    ANSEJ MOSTAGANEM : 352 projets validés en 9 mois    PROGRAMME DE LOGEMENTS LPA : Les souscripteurs d'Alger convoqués fin décembre    A TAMANRASSET : Tebboune s'engage à faire de la wilaya un pôle touristique    CAMPAGNE ELECTORALE : La campagne de Benflis visée par un plan d'infiltration    TISSEMSILT : Saisie de 80 kg de viandes blanches impropres à la consommation    BECHAR : Arrestation de 4 braconniers à Beni Ounif    SURETE DE WILAYA DE TIARET : 307 permis de conduire retirés en novembre    Cancer de la prostate : des spécialistes plaident pour "un dépistage de masse précoce"    Harbi s'attaque à l'Armée     Championnats arabes de Cyclisme sur route: deux autres médailles pour l'Algérie en clôture de la compétition    Gaïd Salah : l'Algérie mérite de la part de ses enfants qu'ils demeurent la "forteresse impénétrable"    Loukal rappelle en Egypte l'engagement de l'Algérie pour l'autonomie financière de l'UA    Sonatrach "qualifiée" pour évaluer les actifs d'Anadarko en Algérie    Jeux Paralympiques Tokyo-2020: l'Algérie candidate à l'organisation de deux tournois qualificatifs    Lutte antiterroriste: Une bombe artisanale détruite à Tlemcen    Le projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays adopté, un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    La pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki    LOPIS: vulgarisation du contenu du guide scientifique au niveau des établissements éducatifs    JM Oran-2021 : la "nouvelle dynamique" des préparatifs de la 19e édition saluée    Prix Assia-Djebar 2019: les noms des lauréats dévoilés    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    54 appareils distribués aux handicapés    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    Projecteurs braqués sur Vienne    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    ACTUCULT    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 11 - 2019

Pour avoir été désigné de façon extraconstitutionnelle et ayant à sa tête l'un des symboles de l'ère Bouteflika dont le peuple exige sans désemparer le départ, le gouvernement Bedoui aurait dû se limiter à assurer le fonctionnement de l'appareil étatique et à l'expédition des affaires courantes. Au lieu de cela, ce gouvernement contesté a pris l'initiative de s'attaquer à des dossiers dont la sensibilité exige que leur traitement soit le fait d'un exécutif et d'institutions dont la légitimité doit faire consensus tant auprès du peuple que de la classe politique.
La justification qu'il donne à son boulimique activisme en la matière est l'urgence qu'il y aurait à remédier à ce qui dans ces dossiers est paralysant pour le redressement national tant au plan politique qu'économique ou judiciaire. Il est vrai que les dossiers en question tels que celui de la révision de la loi sur les hydrocarbures, l'amendement des procédures du code pénal ou des droits à la retraite doivent impérativement être mis sur la table. Mais cette urgence dont personne ne nie qu'elle s'impose au pays aurait pu s'accommoder d'un différé de prise en compte que nécessite la situation politique. Il n'est pas du ressort du gouvernement Bedoui d'apporter des solutions à ces dossiers. Il n'a, répétons-le, aucune légitimité à le faire, d'autant que cela aura pour conséquence d'imposer pour un temps au moins le fait accompli à ceux des dirigeants qui prendront les commandes du pays à travers l'élection présidentielle dont le pouvoir organise au pas de charge le scrutin, soit avec la mise en place d'une transition que revendiquent ses opposants. Ce n'est donc pas sans raison que le mouvement populaire réclame le retrait des projets gouvernementaux ayant trait aux dossiers sensibles en question même s'ils constituent la réponse adéquate aux problèmes qui leur sont inhérents. L'initiative du gouvernement Bedoui est en effet perçue comme une tentative d'imposer des réformes ou des aménagements dans la plus pure tradition du régime décrépi à savoir sans tenir compte de la volonté souveraine du peuple. Ce n'est pas en faisant adopter ses projets par l'APN encore plus décriée que lui que le gouvernement Bedoui démentira l'intention qui lui est prêtée de lier les prochains exécutifs par les décisions qu'il prend au sujet de ces dossiers et par là même faire barrage au changement radical espéré et revendiqué par la population. En s'attaquant à ces dossiers, Bedoui et son gouvernement donnent l'impression qu'ils ne sont pas convaincus que l'élection présidentielle du 12 décembre offrira une sortie de crise au pays et se voient être pour longtemps encore aux commandes. Ce qu'ils pensent anticiper en mettant en place les batteries de lois et réformes qui correspondent à leur vision de ce que doit être l'après-Bouteflika.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.