Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Les flammes de la passion    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MC Alger: De fâcheuses incohérences chez le Doyen
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 12 - 2019

Le ressort est-il cassé entre Bernard Casoni et le public du Mouloudia d'Alger ? On peut répondre par l'affirmative si l'on tient compte de la confusion qui a régné à la fin du derby MCA-CRB. Une fin marquée par un comportement condamnable et irrespectueux envers certains supporters mouloudéens. En effet, le coach français a failli en venir aux mains avec quelques supporters qui lui ont demandé de quitter le club en raison des derniers résultats qui ne répondent aucunement aux aspirations d'une équipe de l'envergure du Mouloudia d'Alger et à l'engouement populaire qu'elle suscite. Pourtant, Bernard Casoni n'est pas à sa première sortie après sa bourde. Lors du match NCM-MCA, il a critiqué l'arbitrage d'une manière indigne d'un éducateur et de surcroît un salarié d'un club algérien.
En tout cas, le technicien français est passé du statut de chouchou à celui d'indésirable. Aujourd'hui, le public du Mouloudia exige son départ, ainsi que Fouad Sakhri, le directeur sportif, et Lamine Kebir qui ont été conspués par le public du Doyen. A cet effet, on vient d'apprendre que Bernard Casoni aurait été convoqué hier dans la matinée pour une réunion d'urgence par Fouad Sakhri. Est-ce le début de la fin de l'entraîneur français ? C'est du moins l'impression qui se dégage, d'autant plus que les fans du Mouloudia évoquent les noms de Badou Zaki et Rachid Taoussi. Sur le plan comptable, il faut avouer que le MCA a bénéficié du facteur chance puisqu'il a totalisé six points sans jouer, deux matches ayant été gagnés sur tapis vert face à l'USMA et à l'USB. Ce qui signifie clairement qu'il y a une crise de résultat chez les « Rouge et Vert » puisqu'ils ne viennent de récolter qu'un seul point lors des trois dernières rencontres et concédé la bagatelle de cinq points à domicile (défaite face à la JSK et nul face au CRB). A première vue, le MCA est loin de confirmer son statut de favori au titre. Plusieurs raisons sont à l'origine de cette situation.
A commencer d'abord par le recrutement où certains nouveaux éléments ne répondent pas aux critères requis par un club sacré champion d'Afrique en 1976. Ajoutez à cela les choix douteux de Bernard Casoni qui, selon notre source, a fait dans le favoritisme au sein du groupe avec des préférences à certains joueurs au détriment d'autres, sans tenir compte de l'indispensable équilibre de complémentarité. Il y a aussi la gestion des fonds du club qui n'ont pas été utilisés à bon escient pour monter une équipe compétitive qui répond à l'attachement du grand public du Mouloudia, sans oublier les libérations payées à coup de milliards. Là, certaines sources estiment que le mercato estival a coûté plus de 12 milliards de centimes. Une question s'impose: l'argent investi est-il conçu pour un véritable projet sportif ou seulement pour préserver la paix sociale ?
Où en est-on de l'audit ordonné par Sonatrach ? Il y a des incohérences et des anomalies à la pelle.
Aujourd'hui, la formation actuelle du MCA est bien loin de ses devancières avec des joueurs dépassés par l'âge et limités techniquement. Sur le plan de l'organisation tactique, face au CRB par exemple, Bernard Casoni n'a pas fait le poids avec Amrani Abdelkader, qui a eu le mérite de choisir les éléments qu'il faut dans ce genre de matches en tenant compte de tous les impondérables. Face à la JSK aussi, le MCA a subi une véritable correction en s'effondrant en seconde période. Ne dit-on pas que la deuxième mi-temps est celle des entraîneurs ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.