La pandémie a fait plus de 1.182.000 décès dans le monde    Amendement/ constitution: plus de 24 millions d'électeurs appelés aux urnes ce dimanche    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Oum El Bouaghi: plus de 10.000 objets racontent la Guerre de libération au musée du moudjahid    Référendum sur l'amendement de la Constitution: début du scrutin dans les zones éloignées de la wilaya de Nâama    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    Neuf nouvelles wilayas concernées par les mesures de confinement    Mawlid Ennabawi: extinction de 7 incendies domestiques et feux de forêts dans 3 wilayas    Triciti tueur de chroniques!    Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Soumana prêté une saison au NC Magra    «Considérer les joueurs de l'Unaf comme des étrangers»    Victoire en amical devant le NAHD    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Blocage    Pôles d'excellence    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Des classes de huit élèves divisées en groupes    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La valse des entraîneurs: Les techniciens étrangers en force en Algérie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 07 - 2018

Dix des seize formations de l'élite ont choisi de recourir à des entraîneurs étrangers en vue de la saison 2018-2019.
Pour le prochain exercice, on a enregistré l'arrivée de trois nouveaux techniciens, les deux Français, Thierry Froger (USMA) et Franck Dumas (JSK) ainsi que le Portugais Francisco Chalo (PAC) qui sont venus s'ajouter aux anciens ayant déjà exercé en Algérie. Il s'agit des Bernard Casoni (MCA), Moez Bouakaz (USMBA), Rachid Taoussi (ESS), Hamadi Dou (DRBT), Josep Maria Noguès (CABBA), Badou Zaki (MCO) et Alain Michel (MOB). A quelques jours seulement de la reprise, la présence massive des entraineurs étrangers attire l'attention et nombreux sont ceux qui estiment que l'entraîneur local est plus que jamais à la traîne.
Les raisons ?
Comment expliquer donc ce phénomène de la ruée des entraîneurs étrangers en Algérie ? Certains estiment que les dirigeants des clubs ne font plus confiance au produit local d'où cette menace qui plane sérieusement sur nos entraîneurs.
Plusieurs entraineurs locaux s'insurgent sur ce phénomène. Selon eux, certains présidents de clubs et managers ont une grande part de responsabilité dans cette situation. Là, une question s'impose: Qu'est-ce qui pourrait attirer les entraîneurs étrangers dans un championnat qui souffre le martyre en matière d'infrastructures et de finances ? La question mérite bien une réponse. Une chose est sûre, la venue des techniciens étrangers ne résoudra pas le problème du football national ou contribuera à son développement tant que le mal est profond. Plusieurs présidents de clubs prennent attache avec des managers pour leur dénicher un entraîneur étranger afin d'essayer de créer la sensation ou carrément pour tromper l'opinion publique. Il faut avouer en revanche que certains de nos entraineurs s'immiscent également dans les coulisses au lieu de s'imposer par leur compétence. Mais comment y parvenir dans un championnat miné par une instabilité chronique des staffs techniques ? Pour justifier cette situation, plusieurs observateurs affirment que les entraîneurs algériens sont victimes de mépris de la part des présidents de clubs qui préfèrent la piste étrangère. Pourtant, le CSC a été sacré champion d'Algérie avec un entraîneur local, à savoir Abdelkader Amrani. Ce dernier s'est parfaitement illustré par sa discipline, sa compétence et sa régularité comme il l'avait fait avec le MOB qui a défrayé la chronique sous sa coupe. Mais, Amrani reste comme l'arbre qui cache la forêt compte-tenu de l'affluence des entraîneurs étrangers. Aussi, les techniciens locaux ne bénéficient pas des mêmes moyens, du même soutien et de la même protection par rapport aux étrangers. Mais là, la faute incombe également à nos techniciens qui, il faut l'avouer, ne se soucient guère des stages de recyclage alors que le football est évolutif. Nos entraîneurs préfèrent reposer sur leurs acquis ou se transformer en agents de joueurs. Selon notre enquête, certains entraîneurs n'hésitent pas à exiger la contrepartie financière pour faire signer les joueurs. Là, les exemples ne manquent pas. L'autre raison est l'absence d'association des entraîneurs locaux du circuit du football national. Cette structure, ou même le syndicat des entraîneurs algériens, devait être conçue pour réhabiliter ce métier en garantissant les droits de chacun et défendre le produit local.
L'instabilité, le mal qui ronge le football algérien
Cinq clubs seulement sur les seize de l'élite ont opté pour la stabilité et le reste a choisi la voie du changement marqué par la présence de techniciens étrangers.
Le MCA a décidé de reconduire son entraîneur français Bernard Casoni. Le DRBT a décidé de renouveler sa collaboration avec le Tunisien Hamadi Dhou. Le champion d'Algérie en titre, le CSC, a réitéré sa confiance à son coach Amrani à la veille de sa participation à la Ligue des champions d'Afrique. Idem pour le NAHD, auteur d'un remarquable parcours la saison écoulée, sous la houlette de Dziri Billel tout comme la JS Saoura avec Nabil Neghiz. Les autres ont tous opté pour le changement.
L'USMA a engagé le Français Thierry Froger, dont c'est la première expérience en Algérie. Le MCO, dirigé la saison dernière par le Suisso-Tunisien Moez Bouakaz, s'est attaché les services du Marocain Badou Zaki qui revient après avoir drivé le CRB avec lequel il a remporté une coupe d'Algérie en 2017. L'USMBA, détenteur de la coupe d'Algérie, a préféré se séparer de Cherif El Ouazani pour recruter Moaz Bouakaz qui fait son come-back après avoir déjà drivé la formation de la Mekerra lors de la saison 2015-2016. L'ESS, quant à elle, a jeté son dévolu sur le Marocain Rachid Taoussi qui en est à sa deuxième expérience en Algérie après celle avec le CRB. La JSK n'est pas en reste puisque le président Mellal a fait venir le Français Franck Dumas pour confirmer le renouveau de son équipe comme il l'avait promis.
Les deux promus de l'élite, le MOB et le CABBA, ont innové en engageant deux techniciens étrangers, respectivement le Français Alain Michel et l'Espagnol Josep-Maria Noguès, alors que le PAC a surpris plus d'un en choisissant le Portugais Francisco Chalo. En revanche, seuls trois clubs ont décidé d'engager de nouveaux entraîneurs locaux en cette période d'intersaison. L'ASAM (Lakhdar Adjali), l'O.Médéa (Saïd Hamouche) et le CRB (Cherif El Ouazani). A noter que le Chabab de Belouizdad est à son quatrième entraîneur durant cette intersaison après les départs successifs des Aït Djoudi, Bougherrara et Rouabah.
Ces techniciens algériens expatriés
Des techniciens algériens ont choisi de s'expatrier dans d'autres pays arabes. C'est le cas de Kheireddine Madoui qui a pris en main la formation égyptienne d'Al Ismaïly après une courte expérience avec l'ES Sahel et un passage au club saoudien d'El Wahda. Pour sa part, Abdelkrim Bira a été annoncé dans le championnat de Jordanie où il s'est engagé, selon une source crédible, avec l'équipe d'Al Ramtha. Miloud Hamdi, le désormais ex-entraîneur de l'USMA, pour sa part, a lui aussi décidé de quitter l'Algérie pour rejoindre la formation koweïtienne d'Al-Salimiya SC. Miloud Hamdi ne sera pas le seul technicien franco-algérien à exercer la saison prochaine dans le championnat koweïtien de première division où Kamel Djabour, ex-entraîneur de la JSM Bejaia en 2012, est à la tête du club koweïtien d'Al Jahra.
L'antichambre de l'élite n'échappe pas à la règle
La Ligue 2 Mobilis n'a pas échappé à la règle relative à l'instabilité des entraîneurs. Pas moins de onze formations ont procédé aux changements de staffs techniques. Seuls cinq clubs ont préféré la stabilité. Il s'agit du promu l'USM Annaba qui a reconduit Kamel Mouassa. Zaoui Samir (ASO), Nadir Leknaoui (USB) et Khaled Lounici (MCEE) ou Mustapha Sebaâ qui est incertain de rester en poste au MCS au vu de la crise interne qui secoue le club. A propos des changements, la surprise nous est parvenue des deux promus, l'ESM et le NCM. Le team de Magra a misé sur Amine Ghimouz, tandis que l'Espérance a opté pour le Palestinien Hadj Mansour à la place de Mokhtar Assas qui a pourtant réussi l'accession.
Le WAT, pour confirmer ses prétentions, a vu grand en recrutant Bouali Fouad qui n'est plus à présenter. C'est le même cas pour la JSMS avec Liamine Bougherara. La JSMB, pour créer le fameux électrochoc après le ratage de la saison écoulée, a enrôlé Mustapha Biskri. Ceci est aussi valable pour le RCR qui compte sur son nouveau coach Cherif Hadjar, artisan de la montée de l'ASAM en Ligue 1, pour répondre aux attentes de son public. En revanche pour une meilleure restructuration, le RCK a fait appel à Younès Ifticene.
L'ASMO a choisi Mounir Zeghdoud pour injecter du sang neuf et instaurer une nouvelle mentalité. Idem pour l'USMH et l'USMB qui ont respectivement mis le cap sur Salem Laoufi et Abdelkrim Latreche, alors que l'ABS a choisi Mohamed Bacha qui connaît bien la maison. Pour rappel, il faut souligner qu'en cette division, les insuffisances financières ont limité le champ de manœuvre de certains présidents de clubs pour engager des entraîneurs d'un certain calibre.
Ligue 1
MCA: Bernard Casoni (Français)
USMA: Thierry Froger (Français)
JSK: Franck Dumas (Français)
ESS: Rachid Taoussi (Marocain)
CABBA: José Maria Nogues (Espagnol)
MCO: Badou Zaki (Marocain)
MOB: Alain Michel (Français)
DRBT: Hammadi Daou (Tunisien)
USMBA: Moez Bououkaz (Suisso-Tunisien),
PAC: Francisco Chalo (Portugais)
JSS: Nabil Neghiz
NAHD: Dziri Bilel
OM: Saïd Hammouche
CSC: Abdelkader Amrani
ASAM: Lakhdar Ajdali
CRB: Cherif El-Ouazani
Ligue 2
USMAn: Kamel Mouassa
NC Magra: Amine Ghimouz
ESM: Hadj Mansour
WAT: Bouali Fouad
ASMO: Mounir Zeghdoud
MCS: Mustapha Sebaâ
ASO: Zaoui Samir
JSMS: Liamine Bougherara
ABS: Mohamed Bacha
USMH: Salem Laoufi
USMB: Abdelkrim Latreche
USB: Nadir Leknaoui
JSMB: Mustapha Biskri
MCEE: Khaled Lounici
RCR: Cherif Hadjar
RCK: Younes Ifticene


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.