Real - Zidane : "Je n'ai jamais pensé que j'étais intouchable. Jamais"    Environnement : Benharrats prend part à la 8ème session extraordinaire de la CMAE    Assad prend part à une réunion pour le lancement de la plateforme numérique des langues africaines    OPEP+ : L'augmentation de la production à partir janvier, une décision qui convient tous    TIARET : La police enquête sur les livrets fonciers de Tahkout    AEROPORT AHMED BEN BELLA (ORAN) : Reprise des vols domestiques demain dimanche    SIDI BEL ABBES : 677 associations de wilaya et 430 communales en activité    Déblocage des sites internet : Réflexion exclu !?    Le mouvement palestinien BDS défend le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    L'ALGERIE REFUSE TOUTE INGERENCE DANS SES AFFAIRES INTERNES : Salah Goudjil fait passer le message    Cherif Mellal ‘'menace'' pour Matoub Lounès    Coronavirus : 803 nouveaux cas, 541 guérisons et 12 décès    Développement : Réalisation de pistes cyclables et de parcours de VTT à Alger    Des chutes de neige prévues sur les reliefs dépassant 1.000 mètres d'altitude    ALGERIENS BLOQUES A L'ETRANGER : Air Algérie programme 24 vols de rapatriement    Démantèlement de plusieurs associations de malfaiteurs    TIARET : Le présumé auteur du vol de 10 millions de cts écroué    MASCARA : Le wali visite des projets dans les zones d'ombre    LUTTE ANTITERRORISTE : L'expérience algérienne "exhaustive et intégrée"    Tahar Ouettar, l'écrivain athée qui défendait les islamistes.    Batna: découverte d'une inscription libyque au site Guergour à Seriana    Laghouat se remémore l'un des pires massacres perpétrés par la France coloniale contre le peuple algérien    Industrie : l'ENIEM a besoin d'un financement bancaire pour sa relance    RND : examen du fonctionnement du parti et des derniers développements sur le plan international    L'APN participe samedi à une réunion sur "les processus de paix à l'échelle mondiale: rôle et participation des femmes"    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    Douanes : mise en échec d'une contrebande et tentative d'introduction stupéfiants    Jeux paralympiques: versement de subventions financières aux athlètes qualifiés et qualifiables    Milan AC: Bennacer encense son coach    Ligue des champions : forfait des Buffles du Borgou, la CAF réagit    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    Une caravane sillonne les zones d'ombre    Plus de 12 200 infractions enregistrées en un mois    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    "Pour une conférence nationale inclusive"    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Une vie de combat    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les difficiles choix cornéliens d'un président mal élu
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 12 - 2019

Abdelmadjid Tebboune a été élu président de la République algérienne en cette fatidique date du 12 décembre 2019, décidée par le pouvoir.
Le jour même, des milliers d'algériens manifestaient dans les rues des villes du pays pour exprimer leur opposition à une élection controversée, jugée politiquement et moralement inconvenante et inappropriée dans un contexte de crise aigue, révolutionnaire vous dirons certains. Autrement dit, une course à l'échalote aux allures d'une forfaiture contre la souveraineté populaire. D'autres citoyens ont estimé, pour diverses raisons, que la solution idoine résidait dans les urnes et ils ont usé de leur droit et devoir en ce sens. Vu sous cet angle, le principe du libre choix démocratique est respecté. Il importe peu, maintenant que nous sommes, constitutionnellement parlant, devant un fait institutionnel accompli, de s'étaler sur les moyens et méthodes utilisés par les uns et les autres pour convaincre les gens de boycotter les joutes électorales ou de voter. Quant à la transparence et la régularité du scrutin, en termes de taux de participation et de résultats proclamés, l'avenir nous révélera des vérités difficiles à vérifier à l'état actuel des choses, bien que palpables à bien des égards. En revanche, au-delà le l'authenticité des chiffres officiels ou de leur tripatouillage, force est de noter que la légitimité d'un président élu de la sorte, aux forceps dirions-nous, est au départ boiteuse, entamée par un rejet populaire massif qui la fragilise aux yeux de l'opinion nationale et internationale.
Par souci d'euphémisation que dicte une situation critique et hautement sensible, on va dire que le candidat n'est pas élu par la majorité du peuple. Une infirmité politique qu'il va falloir soigner et en effacer les séquelles à moyen terme. Se faire accepter par le peuple ou s'imposer à lui est une rude épreuve. C'est comme vouloir faire ingurgiter à quelqu'un une nourriture quasi-indigeste. Raisonnablement, il est extrêmement difficile de gouverner un peuple sans son approbation. Ceci étant, là n'est pas tout le problème. Il importe de savoir si le nouveau président sera en mesure de redresser la barre du navire Algérie, qui tangue périlleusement dans des turbulences intenses, sur le point de chavirer à tout moment. Arrivera-t-il à le stabiliser et le conduire doucement mais surement à bon port. A priori, il est face à de délicats choix cornéliens. Citons les plus urgents. Doit-il dialoguer, voire négocier, une sortie de crise avec le Hirak ou engager un bras de force avec ce dernier. Sera-t-il l'homme de la rupture ou une simple façade politique légale du pouvoir de l'ombre. Comme le dit l'adage populaire, d'un côté c'est très chaud et de l'autre c'est brulant. Il convient dès lors d'examiner l'état des lieux dont hérite l'heureux élu, avant de se perdre en conjectures.
Le premier obstacle, pas des moindres, qui se dresse fermement face à l'exercice du pouvoir, au moins dans des conditions minimalement favorables, un tant soit peu normales, est la situation sociopolitique extrêmement tendue que vit le pays. Celle-ci se caractérise en particulier par un soulèvement populaire, d'une ampleur jamais égalée, apparemment inscrit dans la durée et charriant les ingrédients d'une probable explosion sociale. En somme, un cocktail explosif. Pour les citoyens du Hirak, jusque là intransigeants dans leurs positions, le refus de tout ce qui représente ou symbolise le système, en particulier sous le règne de Bouteflika, est irréversible et non négociable. Arrivé, selon bon nombre d'observateurs politiques, à un point de non retour, l'élan contestataire remet en cause tout ce qui émane du système banni. Il se trouve que Abdelmadjid Tebboune a fait belle carrière au sein de ce système, a longtemps fait partie de la nomenklatura. Un habitué des arcanes du pouvoir. Si l'on considère en sus le sentiment de mépris que ressentent ces milliers de citoyens, convaincus qu'on leur a imposé un processus électoral qui a accouché d'un président issu de ce même système, de la Issaba, pour reprendre les termes utilisés par les foules qui manifestent depuis presque dix mois, il y'a de quoi forcer le pessimisme. L'absence quasi-totale de vote dans des régions importantes du pays rajoute de l'épaisseur à la crise. Le lendemain des élections, le 13 décembre 2019, des milliers de citoyens sont sortis pour clamer haut et fort qu'ils ne reconnaissent pas un président jugé illégitime, incarnant un système éculé et en fin de vie. Autrement dit, ils affichent clairement leur intention de ne pas reconnaitre l'autorité présidentielle, perçue comme un retour à l'ordre établi, sous lequel ils ont été gouvernés des décennies durant.
A moins d'une prouesse politique exceptionnelle pouvant ramener les citoyens à de meilleurs sentiments, l'impact sur le plan national serait catastrophique. On s'interroge alors sur les conséquences en matière de relations de l'Algérie à l'international. Forcément attentifs à l'évolution du bras de force entre le pouvoir et le Hirak, les Etats étrangers, notamment les démocraties occidentales, restent dans l'expectative; ce qui a pour effet de tendre l'atmosphère et gêner les échanges et les éventuelles initiatives de collaboration avec la nouvelle équipe dirigeante. A noter que la fragilité d'un président pas bien élu est généralement sournoisement exploitée par les partenaires étrangers soucieux de leurs seuls intérêts.
La situation économique déplorable, s'empirant de jour en jour, s'enlisant en toute vraisemblance vers une crise difficilement surmontable, est un autre gros écueil saillant sur lequel risque de se briser les meilleures volontés. A titre illustratif, des milliers d'emplois sont menacés de disparition suite à l'arrêt de nombreuses entreprises, pour certaines en raison de l'emprisonnement de leurs patrons. Selon monsieur Sami Agli, président du Forum des Chefs d'Entreprise (FCE), ‘'500000 postes d'emplois ont été perdus ces derniers mois''. Il parle carrément d'une économie en panne. L'investissement et la création de nouveaux emplois sont en berne. A ce train, on assisterait, impuissants, à une augmentation exponentielle du chômage, prélude à des turbulences sociales fatalement préjudiciables. D'où l'urgence de réserver une attention particulière aux revendications d'un peuple qui manifeste pacifiquement, en nombres impressionnants depuis des mois. Les manœuvres dilatoires ne payent plus. Tant que la situation politique n'est pas assainie, aucune issue apaisée n'est envisageable. Par ailleurs, seul un gouvernement de compétences avérées, soigneusement choisi pour appliquer un programme bien pensé, s'appuyant sur des expertises reconnues, animé d'un haut degré de responsabilité, est à même de contourner le danger et nous éviter une grande détresse économique, si ce n'est l'effondrement, voire un triste naufrage. Il s'agit dès lors de répondre à un impératif qui reste avant tout lié à la volonté du président de se départir des anciennes méthodes et de s'affranchir du pouvoir de l'ombre, contrairement à ses prédécesseurs qui se sont pliés à ses caprices, ont répondu favorablement à ses injonctions ou ont composé avec lui. La mise à jour, au moment des dures épreuves, fait apparaitre les hommes tels qu'ils sont au fond d'eux-mêmes. En termes clairs, pourrait-on attendre du nouveau président de la bonne volonté, de la force de caractère, du charisme et de la pugnacité, nécessaires pour asseoir son autorité suprême, que la constitution lui confère au demeurant. Condition sine qua non pour qu'il puisse imposer sa vision et exécuter un quelconque programme, en demeurant comptable uniquement envers le peuple et sa conscience.
Nonobstant la légitime défiance, endémique, vis-à-vis du pouvoir, on pourrait faire l'effort d'inscrire favorablement à l'actif du nouveau président l'invitation au dialogue lancée au Hirak. On ne peut certes préjuger des intentions que pourrait cacher l'initiative, mais les entourloupes auxquelles nous ont habitués les hommes du système nous autorisent à être très dubitatifs. La rupture de confiance est malheureusement largement consommée pour des pans entiers de la population. En forçant l'optimisme pour aller au-delà des limites de notre imagination, avec en sus une bonne dose de candeur, on pourrait croire qu'un dialogue sérieux et constructif est envisageable. Par delà les aspects politiques et économiques peu reluisants, la personnalité de l'homme président importe beaucoup dans une équation si complexe. Si ce n'est pas trop lui demander, il doit faire preuve de capacités persuasives inouïes, de doigté et de dextérité politiques pour recycler les évènements à son avantage, et user subtilement de la force de l'argument afin de convaincre les citoyens de sa sincérité et dissuader par la même occasion les plus récalcitrants de camper sur des positions radicales. Si l'appel au dialogue n'est pas suivi de mesures d'apaisement concrètes, il sera appréhendé comme une énième fourberie qui ne fera qu'élargir le fossé qui sépare les deux parties et attisera la flamme de la contestation. Au moindre signe de filouterie ou de pratique insidieuse, ce qui n'est pas à écarter vu la nature profonde du système, les positions se radicaliseront d'avantage. Dans sa prétendue compagne de réconciliation nationale, le pouvoir évolue sur une corde raide. Admettons que le peuple algérien se singularise par une certaine mansuétude. Serait-il pour autant crédule au point d'accorder du crédit aux tenants du pouvoir dès qu'ils montrent patte blanche.
Ceux-là mêmes qui l'ont si souvent et si longtemps roulé dans la farine. Ne dit-on pas : chat échaudé craint l'eau chaude. Et puis, qui fait deux fois naufrage, ne doit s'en prendre à la mer. Il va sans dire que des préalables, incontournables, sont à concéder dès l'entame du mandat présidentiel. Il s'agit d'abord de libérer les détenus d'opinion, en gage de bonne foi. En second lieu, cesser toute forme de répression et d'entrave aux libertés et autres droits fondamentaux. Ensuite, ouvrir le champ médiatique, assurer aux citoyens la liberté de s'exprimer, le droit de manifester pacifiquement et de s'organiser politiquement. Ouvrir un débat national sans exclusion, sans conditions contraignantes et surtout sans feuille de route imposée, pourrait œuvrer judicieusement en faveur de l'apaisement et peut être de l'adhésion à l'idée de la recherche d'une solution concertée qui pourrait être majoritairement consensuelle. Cependant, au regard de la complexité de la situation et de la rigidité du pouvoir face à la détermination du Hirak, l'œuvre s'avère relever du titanesque, difficilement réalisable. On n'a pas besoin d'être grand clerc pour comprendre la difficulté extrême d'engager un dialogue entre la logique de la continuité et celle de la rupture radicale et définitive. Il reste qu'en politique il n'est pas impossible de relever les défis les plus homériques. Agir en homme de pensée, penser en homme d'action, serait la bonne devise. Reste à savoir combien en sont capables et où se trouvent-ils ?
Premier couac politique, déconcertant hélas, est cette étrange et maladroite déclaration du président fraichement élu, selon laquelle il nommerait des ministres de moins de trente ans d'âge. On a l'impression qu'il y'a confusion entre service administratif, où un jeune serait promu pour faire carrière pouvant le mener à de hautes fonctions, et un gouvernement où l'on traite les affaires d'un Etat. On aurait souhaité l'entendre dire que les critères d'ascension sociale et de désignation aux postes de responsabilité soient désormais la compétence, le mérite, l'expérience, la probité et autres qualités de ce registre. Encourager les jeunes et promouvoir leur progression en tout domaine est très louable. Verser dans ‘'le jeunisme démagogique'' est contreproductif en matière de gouvernance. Si d'aventure tel est le genre de politique hasardeuse et populiste qui sera adoptée, bonjour les dégâts. A dieu ne plaise qu'on plonge encore dans le sempiternel ballet affligeant des erreurs, des lourdes méprises, sanctionnés immanquablement par de terribles échecs. Ma foi, on ne sortirait guère de l'auberge malfamée.
Nous sommes aujourd'hui témoins et acteurs, chacun dans son rôle, d'une période cruciale qui va inexorablement projeter le pays dans une phase nouvelle de son histoire. On s'acheminerait vers un avenir prometteur si la raison et le bon génie président nos pensées et nos actes. L'heure est grave. Elle dicte et met en demeure d'affronter pragmatiquement la réalité par la vérité, aussi dure soit-elle, et par les actions concrètes, non par l'illusion et le discours creux, soporifique, qui a atteint son paroxysme sous Bouteflika. Jouer le rôle du directeur de pensée, du guide des consciences, du donneur de leçons en patriotisme, n'est plus de bon conseil. Si la crise venait à s'aggraver, puisse dieu nous en préserver, personne ne sera épargné.
*Professeur Ecole Nationale Supérieure de Technologie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.