DEFENSE NATIONALE : Un terroriste abattu et 4 éléments de soutien arrêtés    La justice va confisquer aux Hamel 10000 milliards de cts    TIPASA : Livraison de 1600 logements AADL    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Les frères Kouninef condamnés de 12 à 20 ans de réclusion    REOUVERTURE DES FRONTIERES : Le professeur Fourar exclut la France    TRANSPORT DE VOYAGEURS : Une aide de 30 000 DA au profit des transporteurs    OUM EL BOUAGHI :Démantèlement d'un réseau international de trafic de drogues    SIDI LAKHADAR (MOSTAGANEM) : 11 harraga secourus et 37 autres interceptés    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    3 ans de prison requis contre Mohamed Djemai    La distribution de dizaines de milliers de logements programmée    Des peines de 12 à 20 ans de prison ferme    Report à fin octobre ou début novembre ?    Un terroriste abattu à Jijel    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    Le ministère de la Communication dépose une plainte contre M6    PSG : Di Maria écope d'une lourde sanction pour son crachat    Révision de la Constitution : 58.628 inscrits à distance sur les listes électorales    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    La CAPC salue la volonté de l'Etat de réviser l'accord commercial Algérie-UE    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Neghiz face à la presse    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    AFN: le projet d'amendement de la Constitution "permettra d'aller vers des lois au service du citoyen"    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    Prorogation des promotions au 30 septembre    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    PAIX ET SERENITE    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 10 - 2019

«Nous ne pouvons concevoir la prochaine échéance présidentielle que comme le couronnement d'un dialogue aboutissant à un consensus», affirment, dans une déclaration rendue publique, hier, dix-neuf personnalités nationales, syndicalistes, universitaires et avocats. Signée par Ahmed Taleb Ibrahimi, Abdenour Ali Yahia, Ahmed Benbitour, Ali Benmohamed, Abdelaziz Rahabi, Noureddine Benisaad (LADDH), Sadek Dziri (syndicat UNPEF), Lyès Merabet (syndicat SNPSP), Arezki Ferrad (historien), El Hadi Hassani (association des Ouléma), Nacer Djabi (sociologue) et d'autres universitaires, la déclaration estime que si « la majorité du peuple ne rejette pas de façon absolue les élections présidentielles », elle ne réclame pas moins que des «mesures d'apaisement» et des «conditions nécessaires au déroulement libre et transparent du prochain scrutin». La déclaration, qui s'adresse aux tenants du pouvoir, estime que « le blocage politique actuel dans lequel se retrouve le pays n'est autre que la conséquence des méthodes d'un pouvoir personnel qui a toujours compté sur la fraude dans toutes les consultations populaires pour proclamer des résultats programmés à l'avance». «Aujourd'hui, force est de constater que parmi les résultats les plus manifestes de cette confiscation de la volonté populaire, le renforcement de la mainmise du pouvoir sur la vie politique, et sa persistance à vider les institutions nationales de leurs fonctions vitales, y compris celle du contrôle, et à écarter le peuple de l'exercice de sa mission principale qui est d'assurer la légitimité du pouvoir et de préserver la souveraineté nationale sacrée». Pour les signataires, «la mobilisation populaire et sa détermination à satisfaire ses revendications légitimes pour l'instauration de la souveraineté du peuple sur l'Etat et ses institutions indiquent clairement que le processus enclenché le 22 février ne s'est pas seulement limité à l'empêchement du 5ème mandat, mais il s'est étendu au rejet des pratiques ayant conduit le pays à la situation que nous vivons» et «l'aspiration à l'ouverture d'une ère nouvelle qui verra la mise en place d'un Etat de droit selon les critères contenus dans la Proclamation du 1er novembre 1954».
La déclaration considère que les réponses du «système politique» aux revendications du «Hirak» sont restées «conformément à ses anciennes pratiques, pensant à tort qu'il ne s'agissait là que d'un évènement conjoncturel». «C'est pourquoi, il s'est contenté d'orienter les regards vers la lutte contre la corruption pour atténuer la colère populaire», alors que «la lutte contre ce fléau (…) nécessite d'abord la lutte contre l'autoritarisme politique à travers l'instauration d'un système démocratique basé sur l'alternance au pouvoir, la séparation des pouvoirs, le respect de l'indépendance de la justice, des droits de l'homme, et des libertés individuelles et collectives», ajoute le document. La déclaration rappelle qu'il n'est pas de la responsabilité du Hirak populaire de «fournir des solutions politiques toutes prêtes pour une transition d'une période qui a trop duré à une ère dont l'avènement s'annonce difficile», qualifiant la présidentielle prévue le 12 décembre de «passage en force», rappelant que la mise en place de l'Autorité nationale indépendante des élections «s'est faite sans accord consensuel avec les acteurs politiques et les élites sociales», perdant de fait «toute indépendance».
Espérer la possibilité de parvenir à une solution
«En dépit de toutes ces données qui dénotent clairement une volonté politique de répondre sélectivement aux revendications légitimes du Hirak», les personnalités signataires de la déclaration affirment continuer à «espérer la possibilité de parvenir à la solution de la crise politique actuelle», tout en appelant «à la poursuite du Hirak» et «en saluant le degré élevé de conscience des manifestants pour leur pacifisme». Néanmoins, la déclaration estime qu'en «contrepartie», le pouvoir «doit prendre» des «mesures d'apaisement» pour «réunir les conditions nécessaires au déroulement libre et transparent du prochain scrutin». Il s'agit de: satisfaire les «revendications relatives au départ des symboles restants du pouvoir déchu et démantèlement des réseaux de la corruption sous toutes ses formes», la «libération immédiate et sans condition des détenus d'opinion, jeunes et moins jeunes, étudiants et activistes du Hirak», « respect du droit constitutionnel de manifester pacifiquement, levée de toute entrave à l'action politique et à la liberté d'expression dans tous les média, notamment l'espace audiovisuel public et privé», «levée des entraves aux marches populaires pacifiques et à l'accès à la capitale», «cessation des poursuites et des arrestations illégales d'activistes politiques» et établissement d'un «dialogue sérieux et responsable» avec «toutes les parties favorables à ces revendications». S'adressant au Hirak, le communiqué des dix-neuf personnalités invite « toutes les tendances du Hirak à plus de retenue et de vigilance afin d'éviter tout slogan attentatoire aux personnes et aux institutions et d'exclure tout ce qui constitue une source de fitna ou de haine préjudiciables à l'unité nationale ».
Dissiper les «craintes de l'institution militaire»
«Nous ne pouvons concevoir la prochaine échéance présidentielle que comme le couronnement d'un dialogue aboutissant à un consensus. Notre pays a en effet besoin de l'apport de tous ses enfants pour élaborer une vision commune dont l'objet ne sera nullement de reconduire le régime actuel même sous un habillage nouveau, mais d'être le point de départ d'une vie politique nouvelle dans le cadre d'une unité nationale renforcée par sa diversité politique et culturelle, et qui dissipe toute crainte de l'institution militaire d'une autorité civile constitutionnelle », note également le document. Pour ces personnalités, «il est certain qu'une entente de cette importance et un consensus de ce niveau épargneront au pays les risques de l'enlisement et lui permettront de faire solidairement un saut qualitatif et non en rangs dispersés».
Et concluent que «s'aventurer à organiser des élections présidentielles comme annoncées, sans consensus national préalable, attisera le mécontentement populaire et aggravera la crise de légitimité du pouvoir», ce qui «pourrait servir de prétexte aux immixtions étrangères que nous refusons avec force dans tous les cas et sous n'importe quelle forme». «Il est donc inconcevable d'envisager la tenue d'élections libres et transparentes dans de pareilles circonstances. Par conséquent, nous invitons le pouvoir de fait à procéder avec sagesse et objectivité, à une nouvelle lecture de la réalité afin de ne pas contrecarrer les revendications légitimes du peuple en faveur d'un changement pacifique des mécanismes et des pratiques de gouvernance ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.