CAN : Mido prévient Liverpool pour Salah    Barça : Des négociations compliquées pour Ter Stegen    Fonction publique: Toucher son salaire sans se déplacer    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    Vers une saison blanche ?    Tebboune salue l'équipe médicale du CHU de Tizi-Ouzou    1.171 cas confirmés et 105 décès enregistrés    Le Président fixe les conditions    L'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Trois journalistes du quotidien Sawt El Akher sous contrôle judiciaire !    RAPATRIEMENT DES ALGERIENS BLOQUES EN TURQUIE : Plusieurs hôtels affectés à l'accueil    CORONAVIRUS EN ALGERIE : 1171 cas confirmés et 105 morts    Bengrina dénonce l'attaque d'une chaîne tv française contre l'Algérie    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    MOSTAGANEM : Des TPE livrés gratuitement aux commerçants dans deux mois    Coronavirus: le ministre de la jeunesse et des sports rassure les athlètes    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Quelles alternatives à la crise sanitaire, économique et financière ?    Mines antipersonnel: Tahar Salhi, une des victimes de la barbarie du colonisateur français    Recul de l'activité de Naftal de 50% depuis la deuxième quinzaine de mars    Des pluies, parfois orageuses, annoncées ce vendredi, au Centre du pays    Ligue 1-USM Alger: "les discussions avec Anthar Yahia ont bien avancé"    Covid19-compte spécial de solidarité: la LFP fait don de 10 millions de dinars    Coronavirus: l'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Le numérique au secours de la culture à l'heure du confinement sanitaire    FMI: des mesures à engager assurant la reprise économique après le confinement    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Appel à la libération des détenus d'opinion    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    Le temps à l'émergence des start-up ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'impératif d'une majorité présidentielle
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 02 - 2020

Depuis son élection à la présidence de la République, le 12 décembre dernier, bien avant même, la question taraude beaucoup d'esprits : de quel soutien politique actif bénéficierait le président Tebboune durant son mandat ? Sans appartenance franche à un quelconque parti
politique durant la campagne électorale, sans aucune intention manifeste de créer ou fonder un nouveau politique après son intronisation au poste de président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune présente un cas bien particulier dans les annales de l'histoire du pays, et bien au-delà. Il n'y a pas de président qui est passé par El Mouradia sans l'appui d'un parti politique, du temps du parti unique qui se rangeait derrière tous les présidents élus à l'époque, le défunt Boudiaf qui a entamé la création d'un parti politique peu avant sa disparition tragique, Zeroual qui a également conforté son assise politique avec la création du Rassemblement national démocratique (RND) près de deux ans après son élection et jusqu'au plus récent exemple de l'ex- président Bouteflika, candidat indépendant et qui s'est offert une fois élu une alliance de trois, voire quatre ou cinq partis.
Un candidat à la présidentielle n'a pas grand besoin d'un parti politique, cela peut même avoir ses avantages de ne pas se cloisonner dans un espace politique réduit, mais pour gouverner c'est une tout autre histoire. Le président Tebboune doit bien en avoir conscience même s'il affirme qu'il n'a aucunement l'intention de fonder un parti politique. Peut-être que dans l'immédiat, cette intention sincère peut tenir la route, vu la désertification qui frappe la scène politique nationale, mais dans l'avenir, le proche avenir, les circonstances politiques vont inéluctablement l'obliger à changer de cap là-dessus et le pousser vers la création d'un parti politique avec lequel il pourrait composer pour appliquer son programme et mener le pays vers un Etat de droit, de démocratie et de libertés. Car, avec le régime politique prôné, semi-présidentiel ou semi-parlementaire, il y a lieu de conjecturer des oppositions dans les points de vue, qui pourraient bloquer ses actions aspirant à une Algérie nouvelle.
Le prochain Parlement, qui serait en fonction en 2021, constitué de forces politiques qui n'ont aucune allégeance au président de la République, puisqu'il n'a aucun référent politique et ne veut pas en avoir, pourrait bloquer ses projets de loi et aller jusqu'à provoquer la chute du gouvernement.
Le président pourra toujours recourir à la Constitution pour dissoudre le Parlement, afin d'éviter le blocage du pays, mais s'il y a rebelote, ce qui est très probable avec une classe politique qui obéirait logiquement à une discipline partisane, c'est la crise politique qui va régner, avec toutes ses conséquences qui peuvent être pires que ce qu'on a vécu jusque-là. Dans l'intérêt national, donc, le président Tebboune devrait avoir son parti politique pour le soutenir dans sa mission et concrétiser son programme. Si ce n'est pas dans l'immédiat, on le comprendrait vu les risques avec pareille invite d'ouvrir une brèche devant les opportunistes de tous bords, qui viendraient se bousculer pour prêter allégeance au patron et installer derrière son dos et en son nom une hégémonie dans tous les rouages de l'Etat, la commodité de fonder un parti politique serait imparable dans un avenir proche, voire une question d'être ou ne pas être.
Dans ce sens, les appels insistants du président Tebboune aux jeunes, les exhortant à se présenter aux élections prochaines, sans se faire de souci au sujet du financement de leur campagne électorale, qui sera assuré par des fonds publics, ne constituent-ils pas une esquisse pour fonder une nouvelle force politique avec de nouvelles têtes qui ne se sont jamais mêlées aux vilaines anciennes pratiques politiques ? Forcément qu'ils seront indépendants ces jeunes candidats qui n'ont pas de quoi financer leur campagne électorale.
Et, regrouper ces jeunes, futurs élus indépendants, «sans bourrage des urnes» (dixit le président Tebboune), au sein d'une formation politique, pourrait constituer pour le président une voie royale pour gouverner en toute sérénité. En tout état de cause, le président Tebboune ne serait certainement pas d'une telle naïveté politique qui laisserait disparate quelque 5 millions de voix, en grande majorité issues de la société civile, qui l'ont porté à la présidence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.