L'Histoire "jugera" l'Arabie saoudite et la Russie    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    Belfodil partira en finde saison    Le gouvernement précise les conditions de circulation des personnes et des marchandises    Le président Tebboune salue les efforts des professionnels du secteur de la santé    Elan de solidarité avec Bilda, la confinée    Le journaliste Drareni arrêté et transféré dans un poste de police    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Incendie d'un puits à Hassi-Messaoud: le feu complètement circonscrit    GROUPE PHARMACEUTIQUE SAIDAL : Distribution d'un million d'unités de paracétamol à travers le pays    ETABLISSEMENT PUBLIC DE TELEVISION (EPTV) NATIONAL : Lancement d'une sixième chaîne de télévision    Le P-DG d'Algérie Télécom démis de ses fonctions !    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS EN ALGERIE : Extension de la mesure de confinement partiel à 9 wilayas    CORONAVIRUS EN ALGERIE : 409 cas confirmés dont 26 décès    COVID 19 : Vers le report des Jeux Méditerranéens d'Oran    Sous la pandémie couve le nouveau monde    LES CONTROLES SE POURSUIVENT : SUSPICION DE CORONAVIRUS : Saisie d'importantes quantités de produits alimentaires à Mostaganem    La fin d'un monde    L'économie mondiale est désormais entrée en récession    Barça : De Jong raconte une anecdote sur Abdelhak Nouri    Real Madrid: la Juve relance la piste Marcelo !    Sonelgaz met en œuvre un plan de prévention contre coronavirus    Le chef de file de l'opposition enlevé dans le centre du Mali    Pas de trêve sanitaire en Libye    Covid-19/Sahel: attaques terroristes et conflits,une "trêve sanitaire" au second plan    Covid-19 : L'équipe de virologues chinois arrive cet après-midi à Alger    Coronavirus: Madoui appelle au rapatriement des Algériens établis en Arabie saoudite    Le ministère des Affaires étrangères suit de près la situation des Algériens bloqués à l'étranger    Illustration d'activités gouvernementales: les médias instruits d'"éviter" les archives    Covid-19 : l'APN appelle à faire prévaloir l'esprit d'initiative et de solidarité    Covid-19: Chorfi appelle les citoyens au respect des règles de prévention    Cherki: «Quel club me fait rêver excepté l'OL ? Le Real »    COVID-19: Plus d'un millier de colons marocains quittent le Sahara occidental et retournent dans leur pays    Procès de Karim Tabou: précisions du Parquet général    Automobile : le service après-vente au ralenti    La Cour d'Alger confirme le jugement de première instance    Tabbou : le procès qui fait scandale    Trois leçons pour l'après-corona    Le coronavirus et nous    Pour Karim Tabbou    QUAND LA VIE ET LA MORT SE PRENNENT LE BRAS    Quelques réflexions sur la norme et ses avatars    Exégètes amateurs et autres experts cathodiques : faites-les taire, monsieur Louber (*) !    L'Institut Cervantès assure les cours à distance    L'Onel soutient les populations en confinement    Karim Tabou victime d'un AVC    Ghardaïa: démantèlement d'un réseau de déplacement de migrants clandestins du Sud vers le Nord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La réforme de l'administration au pas de charge ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 02 - 2020

La nomination de M. Karim Younes au poste de médiateur de la République a suscité moult questionnements. Au-delà des avis sceptiques, qui n'y voyaient à travers cette décision qu'un retour d'ascenseur pour service rendu, suite au travail accompli durant la période préélectorale en tant que coordonnateur de l'Instance nationale de dialogue et de médiation (INDM), des questions pertinentes tracassent les observateurs, notamment au sujet de la définition de sa mission propre, le degré de son pouvoir d'intervention et de règlement des conflits, aura-t-il des représentants au niveau local, ainsi que d'autres aspects d'activité de cette instance qui restent encore à définir, et qui ne peuvent s'éclaircir que dans la pratique pour certains points.
Une réponse officielle, directe et indirecte, a été donnée, hier, à nombre de questions soulevées dans ce sillage avec la publication dans le dernier Journal officiel du décret portant institution du poste de médiateur de la République, une instance de recours non juridictionnelle. En sus de la définition de la mission du médiateur de la République, le décret présidentiel précise qu'il est directement placé auprès du président de la République, d'où il tire son autorité. Voilà un point qui renseigne sur son autorité «respectable» et son pouvoir de règlement des conflits. Sans préjuger de la réussite dans ses missions de recours non juridictionnel qui «contribue à la protection des droits et libertés des citoyens et à la régularité du fonctionnement des institutions et administrations publiques», comme le stipule le décret, le médiateur de la République est un représentant direct du président de la République et aucun responsable au niveau de l'administration ne peut rester indifférent face à une quelconque action, demande d'information ou autre proposition de règlement des conflits introduites par ses soins.
Sur ce plan, le décret précise que le médiateur de la République «est doté d'attributions d'investigations lui permettant, avec la collaboration des administrations et institutions concernées, de mener les actions nécessaires à la réalisation de ses missions». Il a également pour mission de dresser un rapport annuel à travers lequel il recommande, en sus des mesures et décisions à prendre à l'encontre de l'administration concernée et/ou de ses fonctionnaires défaillants», des propositions pouvant améliorer le fonctionnement des institutions et administrations publiques dans leurs relations avec les citoyens. Plus loin encore, on se demanderait si cette instance ne constitue pas un outil pour s'attaquer à la réforme de l'administration, souvent qualifiée d'ogre souffrant d'énormes dysfonctionnements ? Cela en a tout l'air si l'on mesure la portée de ces orientations contenues dans le décret. Le médiateur de la République est habilité à apporter sa propre touche directement à cette réforme de l'administration, en adressant à l'administration concernée par les difficultés dont il est saisi, toute recommandation ou proposition de nature à améliorer ou à réguler le fonctionnement du service en cause. Une réforme qui sera menée, donc, à pas de charge, car le service public, saisi par le médiateur de la République, est tenu d'apporter, dans les délais raisonnables, toutes les réponses aux questions posées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.