Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le confinement partiel reconduit jusqu'au 13 juin en Algérie    Foot-Coronavirus: Zetchi prend part à une réunion FIFA-UNAF-WAFU    DGF: quelque 3000 incendies ont dévasté plus de 21.000 h en 2019    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Message sur Twitter du MAE espagnole supprimant le drapeau sahraoui: le Polisario proteste officiellement    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Foot: "l'enregistrement sonore n'est pas un faux", se défend Saâdaoui    Covid-19: l'affaire de l'organisation d'une soirée à Oran devant le juge d'instruction    Sahara occidental: une ONG dénonce les pratiques illégales des multinationales qui nourrissent l'occupation    Covid19: 140 nouveaux cas, 148 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h    Théâtre d'Oran: "Qitar Eddounia", nouvelle production pour enfants    Programmes télévisés français: le PLJ soutient la décision de l'Algérie de rappeler son ambassadeur en France    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Le harcèlement des activistes continue    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Biskra, la Mitidja du Sud    l'Algérie poursuivra l'utilisation du protocole thérapeutique à base de chloroquine    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Argentine : le nord subit une sécheresse majeure    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Mascara: 6 malades guéris du Covid-19 quittent l'hôpital    Une fillette tombe du 3ème étage d'un immeuble    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les habitants de la cité Makhat protestent    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour Karim Tabbou
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 03 - 2020

En ce jeudi 26 mars, Karim Tabbou aurait dû être libre et heureux parmi les siens. Au lieu de cela, il est en prison, avec un état de santé inquiétant, dans un contexte terrible où personne ne sait comment le milieu carcéral sera affecté par l'épidémie de Covid-19. Pour bien prendre la mesure de ce qui vient de lui arriver, il faut rappeler plusieurs choses. D'abord, cette voix emblématique du Hirak populaire et pacifique avait pratiquement purgé sa peine de six mois. Ensuite, c'est quasiment au terme de cette peine que le parquet - aux ordres du pouvoir exécutif, faut-il le préciser - a fait appel. Et, comme par hasard, son procès en deuxième instance s'est tenu en catimini sans même que ses avocats n'aient été informés. Disons-le clairement : ces méthodes vicieuses sont celles de la junte chilienne qui prit le pouvoir en septembre 1973. Ces méthodes sont celles d'un Idi Amin Dada désireux de nettoyer son pays de toute opposition, fut-elle pacifique et patriote. Ces méthodes sont celles de Siad Barré qui, au final, mena son pays, la Somalie, à une guerre civile qui dure encore. Ces méthodes mesquines et cruelles sont indignes du peuple algérien et de tout ce qu'il endure depuis des décennies.
Durant son « procès », Karim Tabou a fait un grave malaise après que le « juge » eut refusé de l'autoriser à ne pas assister à l'audience en raison de l'absence de ses avocats. Question simple : dans quel genre de pays juge-t-on ainsi un homme sans la présence de ses défenseurs ? Même les Israéliens qui ont la main lourde à l'égard des militants palestiniens font tout de même semblant de respecter les formes.Autre fait scandaleux : Karim Tabbou ayant été évacué à l'infirmerie, le juge a ordonné la poursuite du procès et l'a condamné à une année de prison ferme. Vite fait, emballez, c'est pesé ! La manœuvre est grossière, digne de ses instigateurs, et vise à empêcher cette figure de l'opposition à rejoindre les siens et à reprendre sa place dans le Hirak, fut-il suspendu en raison de la pandémie de coronavirus.
Vendredi dernier, le Hirak a démontré une maturité sans égale avec l'absence de manifestations dans le pays. On sait que les débats ont été vifs, que certains étaient partisans d'aller jusqu'au bout mais la préoccupation du bien-être collectif a primé. En un mot, le Hirak a décrété une trêve que le pouvoir entend exploiter pour mener à bien une vile besogne. Revenir à la situation antérieure à celle du 22 février 2019. Celle où toute voix dissidente était interdite. En fait, ce n'est pas une condamnation à un an de prison que Karim Tabbou vient de subir mais bien une peine capitale qui ne dit pas son nom. De cela, de ces méthodes de voyous, on ne dira qu'une seule chose. Tout est et sera documenté. Certains se croient plus fort que tout. L'exemple de Bouteflika et de son clan précipité de la falaise en un clin d'œil ne leur sert guère de mise en garde. L'exemple de ce monde qui vacille soudain par la faute d'un organisme invisible aussi.
Dans des circonstances aussi tragiques, le concept d'union nationale ne devrait pas être galvaudé de la sorte. Si, de son côté, le Hirak a suspendu ses manifestations, le pouvoir pourrait prendre des mesures d'apaisement en décidant de libérer les détenus d'opinions. Cela constituerait un acte politique fort mais aussi une démarche relevant d'un mot que nos dirigeants utilisèrent jadis pour pardonner à ceux qui prirent les armes contre eux : la Rahma. Dans l'affaire de Tabbou, ce qui frappe, au-delà du caractère inique de la condamnation, c'est la perversité et la cruauté de la démarche. Bien sûr, personne ne se fait la moindre illusion quant à la nature du système et de ceux qui le servent docilement. Mais Karim Tabbou a certainement dû irriter nombre de « décideurs » pour être traité de la sorte.
En tous les cas, la conclusion immédiate de ce scandale, c'est que la présidence d'Abdelmadjid Tebboune n'a rien de différent de celle d'Abdelaziz Bouteflika. Même méthodes, même hogra, même refus d'admettre l'idée que le pouvoir n'est pas la propriété d'une caste. Qu'en sera-t-il dans quelques semaines, quand les crises sanitaire et économique auront désorganisé la planète entière ? Ce pouvoir croit-il pouvoir se passer de l'adhésion populaire pour mettre les inévitables mesures d'austérité ? Qu'il regarde le passé et qu'il note que ce genre de situation a toujours débouché en Algérie sur de vraies tensions politiques pour ne pas dire sur des atteintes à la paix civile.
Il est facile de persécuter un homme seul. Il est facile de faire pleurer sa famille comme il était facile d'empêcher les Algériennes et les Algériens de s'exprimer. Gérer sérieusement un pays, le moderniser, le mener vers toujours plus de développement, c'est une autre affaire. Karim Tabbou représente, et il n'est pas le seul, une Algérie nouvelle, multiple, démocratique. Voilà pourquoi ce pouvoir infantilisant le cible. Mais, répétons-le, l'histoire est loin d'être terminée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.