Biologie médicale: nécessité de création d'un réseau national de laboratoires accrédités    Benbouzid réitère "la gratitude" de l'Algérie à la Chine pour son aide face au Covid-19    Oran: fin de confinement au complexe des "Adalouses"    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    Real : Modric a pris sa décision    Coronavirus : facilitations exceptionnelles à l'importation des matières premières nécessaires    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Les stations d'essence prises d'assaut à Alger    Vers un nouvel ordre mondial    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Appel à la libération des détenus d'opinion    Abdelhafid Benchebla. Boxeur algérien (91 kg) : «Mon rêve : décrocher une médaille aux JO et passer en professionnel»    Condoléances    La suspension prolongée jusqu'au 19 avril    "La reprise du Calcio ? Il est trop tôt pour prédire quoi que ce soit"    CSC : Les blessés se remettent sur pied    JS Kabylie : Solidarité avec le personnel médical    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Vers une plus forte chute de la demande    Covid-19 : 14 décès et 131 nouveaux cas enregistrés    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    El Kala: Un mandataire de poissons se fait subtiliser 32 millions de cts    Les f et les e 5, la theorie du 100e singe    LA FORCE DES LOBBYS    Tébessa: Les panneaux publicitaires dans l'anarchie    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    Tlemcen: «Il n'y aura pas de pénurie de fruits et légumes»    Le temps à l'émergence des start-up ?    Rafael Gómez, le dernier survivant de ces Espagnols qui ont libéré Paris    Vous ne détruirez pas notre maison pour construire la vôtre !    Prolongation de la suspension des vols jusqu'à nouvel ordre    L'ambassade de Chine en Algérie réagit    "Il y a quelques malades qui, symptomatiquement, sont bien"    Le Conseil de sécurité prévoit un briefing sur le Sahara occidental en avril    UN DECRET A ETE SIGNE HIER : Le président Tebboune gracie 5037 détenus    TRIBUNAL DE SIDI MHAMED : Abdelghani Hamel condamné à 15 ans de prison    MON PAYS TIENDRA LE COUP BON GRE, MAL GRE.    GM et Ford contraints de produire des respirateurs    Ce que préconise Touring de Belgique pour les conducteurs    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Procès des détenus du mouvement populaire : L'autre tribune des «hirakistes»
Publié dans El Watan le 25 - 02 - 2020

En optant pour la répression, et par extension en procédant aux interpellations, le pouvoir n'a fait qu'élargir le terrain de la contestation. Les militants et activistes qui sont passés devant les juges et leurs avocats ont fait le reste.
Les procès des détenus politiques, qui se tiennent dans différents tribunaux du pays, notamment ceux d'Alger où sont passés les personnalités les plus en vue ayant pris fait et cause pour le hirak, sont devenus des tribunes pour ces militants et activistes qui en profitent pour faire entendre leur voix.
Avant-hier, le passage de Fodil Boumala devant le juge du tribunal de Dar El Beïda a tenu en haleine tous les Algériens, notamment sur les réseaux sociaux, qui scrutaient le moindre développement de cette affaire.
Au fil des heures, le procès ayant duré près de 17 heures, les propos tenus par le concerné, et «fuités» sur les réseaux sociaux par des personnes qui ont assisté au procès, étaient massivement partagés et donc ses prises de position largement commentées.
De même pour les déclarations, sur place, de quelques-uns de ses avocats. La plaidoirie de Mustapha Bouchachi, qui est passé en dernier, était fortement attendue. «Ce n'est pas le procès du système contre Fodil Boumala.
C'est le procès de Boumala contre le système», ont écrit de nombreux internautes. «Si Boumala s'était exprimé cinq minutes de plus, le juge serait sorti pour crier ‘‘Etat civil, non militaire''», lit-on encore. En effet, l'universitaire arrêté, faut-il le rappeler, le 18 septembre dernier, a profité de la tribune qui lui a été offerte pour réaffirmer ses positions sur différentes questions politiques.
Poursuivis généralement pour «atteinte à l'unité nationale, via des publications sur les réseaux sociaux» ou pour «port de l'étendard amazigh», ces détenus n'ont aucunement renoncé à leurs convictions devant les juges. Bien au contraire.
Ils les ont réaffirmées et souvent d'une manière tonitruante. En octobre dernier, Messaoud Leftissi, libéré depuis, a affirmé au juge dès sa prise de parole qu'il n'était pas là pour «justifier» ses convictions. «J'ai brandi ce drapeau qui représente mon identité, celle de tous les Algériens et de tous les habitants de la région nord-africaine», avait-il déclaré.
La même attitude a été adoptée par Samira Messouci, militante du RCD et arrêtée en juin pour «port de l'étendard amazigh», lors de son passage devant le juge au mois de novembre. Celle-ci a été libérée près d'un mois plus tard après avoir été condamnée à six mois de prison ferme.
On se souvient également que le moudjahid Lakhdar Bouregaâ, lors de sa détention, avait refusé de répondre aux questions du juge qui l'interrogeait, en lui signifiant qu'il ne reconnaissait pas «une justice aux ordres».
Si le pouvoir en place avait, de l'avis de plusieurs observateurs, fait arrêter ces militants et activistes dans l'objectif d'affaiblir le hirak, c'est tout le contraire qui s'est produit. Les Messouci, Leftissi, Oggadi, Belarbi et autres ont été accueillis comme des héros à leur sortie de prison. Et ceux-là, réinvestissant la rue d'ailleurs au lendemain de leur libération, n'ont pas fléchi.
En les emprisonnant, le pouvoir n'a finalement fait qu'«introduire» le mouvement populaire dans les tribunaux. Détenus et avocats, tout en remettant en cause les motifs des arrestations, en profitent pour faire le procès de la justice, en particulier, et du système politique en général.
Ces détenus quittent souvent la prison plus déterminés que jamais. La mobilisation dans la rue n'a pas faibli non plus, les interpellations ne faisant apparemment plus peur aux manifestants qui reviennent à chaque fois à la charge.
Le pouvoir a-t-il joué la mauvaise carte ? En tout cas, aujourd'hui, il est clair que ces détenus d'opinion représentent une problématique qui a mis dans l'embarras les plus hautes autorités du pays. D'où les «atermoiements» dans le traitement de ces affaires, ce qui se manifeste avec ces verdicts souvent contradictoires, en prononçant, pour le même motif, tantôt une relaxe, tantôt une condamnation.
Un procureur de la République a même prononcé, il y a plusieurs jours, un réquisitoire dans lequel il a plaidé pour l'indépendance de la justice tout en réclamant la relaxe des prévenus.
En optant pour la répression, et par extension en procédant à ces interpellations, le pouvoir n'a fait qu'élargir le terrain de la contestation. Les militants et activistes qui sont passés devant les juges et leurs avocats ont fait le reste. Censés affaiblir le mouvement populaire, ces procès n'ont fait finalement que le renforcer, et par la même booster la popularité de certaines figures du hirak.
Karim Tabbou en est la preuve la plus parlante. Son portrait est désormais brandi par des milliers d'Algériens toutes les semaines à travers tout le territoire national. La logique répressive semble finalement produire l'effet inverse de celui souhaité par le pouvoir en place.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.