Le Premier ministre annonce la mise en service de la ligne ferroviaire Boughezoul-Tissemsilt à la fin de l'année 2022    Réunion du Gouvernement : feuille de route pour la mise en œuvre du programme complémentaire de développement de Tissemsilt    Coronavirus : 8 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Tebboune reçoit une délégation du Conseil du renouveau économique algérien    Sonatrach annonce la prorogation du délai du concours de conception d'un logo à l'occasion du 60e anniversaire de sa création    Le bombardement de Laghouat en 1852, "un génocide"    Maroc: les opposants à la normalisation n'abdiquent pas    L'Algérie élue à la vice-présidence de la 27e Session de la Conférence des Etats parties à CIAC    Poursuite à Beyrouth des travaux du Forum parlementaire sur le plan de développement durable de 2030    Sétif: encourager les initiatives pour l'écriture et la documentation de l'archive sportive    CLCPRO : plus de 2.000 techniciens formés en matière de lutte antiacridienne    Tribunal de Sidi M'hamed: 15 ans de prison ferme requis contre l'ancien ministre Arezki Berraki    Décès du moudjahid et ancien diplomate Othmane Saâdi à l'âge de 92 ans    20 ans de prison ferme requises à l'encontre de Zitout    Entre le Maroc et la France, le grand désamour    Intense activité diplomatique de Lamamra    Air Algérie prolonge les délais    Le calvaire des Algériens pour obtenir un visa    46e Eucoco: une occasion pour réitérer le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui    Accord signé entre l'AAPI et le Groupe STELLANTIS: une étape importante dans la concrétisation du projet FIAT en Algérie    Séisme de 3,1 degrés près de Guelma    Les aviculteurs appelés à déclarer tout décès: La grippe aviaire inquiète    CNAS Oran: Le rôle des commissions paritaires dans la sécurité et la santé au travail en débat    La politique du «zéro Covid» contestée    Assainissement de la voie publique à Medina Jedida: Les trottoirs occupés illicitement libérés    Ligue 2 - GC Mascara : Belloumi et Yesaad en renfort    Selon l'APOCE: 80% de l'or écoulé n'est pas conforme    Quel avenir pour l'Europe ?    Pourquoi s'auto-dénigrer ?    Le choléra touche des résidents d'un centre pour personnes âgées    Le Qatar annonce un contrat pour approvisionner l'Allemagne    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces marocaines à El Fersia    Une semaine pour l'entrepreneuriat    Un guichet électronique national    À qui profite la crise?    Le poumon de Bouira    Agnelli prend la porte    Le CSA cède 80% de ses actions à Mobilis    Les dessous du clash Song-Onana    Le stress hydrique inquiète les agriculteurs    Vibrant hommage à la défunte artiste Sonia    Projection de «Frantz Fanon. Une vie, un combat...»    Films à l'affiche    Une troisième journée d'espoir pour les équipes africaines    Grand retour après deux ans d'absence forcée    L'Algérie émerge    Mondial 2022 (Australie-Danemark): l'Algérien Ghorbal au sifflet    Ligue 1: CRB-CSC, un choc explosif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 04 - 2020

«Nous vivons des temps fort étranges. La France et le reste des pays de la coalition internationale, hormis les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, ont décidé de rapatrier dans l'urgence absolue leurs forces d'Irak tandis que le Venezuela est en train d'envoyer des équipes de médecins militaires en Italie.
La vision de convois militaires russes entre Rome et Bergame a suscité la stupéfaction d'un très grand nombre d'analystes atlantistes. Ces derniers sont tombés de très haut et n'ont pas su ou voulu saisir le bouleversement stratégique mondial en cours depuis au moins une décennie de guerres hybrides désastreuses pour le monde dit «libre».
C'est en Afghanistan et au Yémen, deux pays très pauvres et ravagés par la guerre, que s'est jouée et se joue encore une partie fort étrange où l'empire est en train de subir son fiasco majeur.
La crise du Covid-19 ne sera probablement pas aussi grave que celle, cataclysmique, du système économique mondial tel qu'il a été conçu en 1945, puis renforcé en 1973 avant de connaître des crises systémiques majeures en 2001 et surtout celle de 2008. Cette fois-ci, la seule échappatoire possible du néolibéralisme est paradoxalement le recours à l'Etat, aux subventions publiques et aux nationalisations. En filigrane, le renforcement de l'Etat policier fondé sur le nouveau système du mercenariat, les nouvelles technologies de l'information, la manipulation et la cybernétique, assurera plus de restrictions des libertés et un contrôle absolu sur la vie des individus.
La Chine a amorti la crise du Covid-19 grâce à d'immenses sacrifices que très peu de pays dans le monde sont prêts à consentir sans un début d'implosion. Ce pays millénaire a non seulement encaissé le premier coup d'un nouveau type de guerre hybride à grande échelle impliquant des vecteurs biologiques et chimiques, mais tente maintenant de repartir à l'assaut en se basant sur une philosophie totalement contraire à celle de l'empire. Dans la continuité de ses routes et de sa ceinture économiques ou ce que l'on a appelé les nouvelles routes de la soie, les Chinois tentent de démontrer qu'ils opposent la solidarité et l'entraide aux guerres pour le profit et le pillage économique de l'empire du soleil couchant. La symbolique est forte. Les Chinois semblent adresser un message en clair aux élites de l'Etat profond US. Plus rien désormais ne sera plus comme avant.
C'est la fin de l'ancien monde. Le Nouvel Ordre Mondial annoncé par les Bush père et fils en 1989 et 1992 est totalement anéanti sans que la Chine ou la Russie aient eu recours à une confrontation globale lourde de conséquences pour l'ensemble de la planète. Depuis 2011, la Russie a fait tout ce qui était possible pour éviter une escalade militaire sur un nombre croissant et souvent fort sensibles de points chauds dont un situé sur les marches occidentales de la vieille Russie. La Chine a fait le dos rond à presque toutes les provocations en mer de Chine, en péninsule de Corée, au Tibet, au Xinjiang et finalement à Hong Kong. On peut critiquer autant que l'on veut la Chine et la Russie et ces deux grands pays ne sont point exempts de critiques mais force est de constater qu'ils ont fait preuve d'une maturité et d'un sang-froid ayant pu éviter à la planète une déflagration infiniment plus violente et meurtrière que les deux précédentes guerres mondiales de 1914-1918 et 1939-1945.
La violence sans limites d'un empire bâti sur le pillage et la violence aveugle sous couvert de «valeurs universelles» s'achève. Nous entrons dans une nouvelle où un monde inconnu nous attend. La phase à venir ne sera pas aisée car des centaines de millions d'humains répugnent le changement et sont formatés à le rejeter d'emblée, parfois avec violence. Rien ne sera plus comme avant».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.