Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Man Utd : Fernandes répond à Klopp    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le m-paiement sur les pas égarés de l'e-paiement ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 04 - 2020


Le paiement par téléphone mobile (m-paiement) devrait voir le jour en Algérie durant l'année 2020. Tout est fin prêt sur le plan fonctionnel et technique pour que le smartphone fasse fonction de porte-monnaie électronique et donner loisir aux consommateurs de se procurer des biens et des services dans les espaces commerciaux sans avoir besoin d'argent fiduciaire. Mais ce nouveau moyen de paiement, très en vogue partout dans le monde, ne doit pas pousser à un emballement outre mesure en Algérie. Quelle pertinence, en effet, à aller plus loin dans la dématérialisation du paiement scriptural alors que depuis deux ans, au moins, on s'ingénie vainement à imposer aux commerçants de mettre à la disposition des clients des terminaux de paiement électronique (TPE) ? Malgré le soutien des pouvoirs publics qui ont tenté de généraliser le mode de paiement électronique, fixant l'année 2019 comme référence au développement du e-paiement à l'aune d'un cadre législatif imposant, à travers la loi de finances 2018, aux commerçants de mettre à la disposition des clients des terminaux de paiement électronique (TPE), le dispositif reste presque insignifiant. Et, jusqu'à présent, les cartes magnétiques ne servent pas plus qu'au retrait de l'argent liquide à partir des distributeurs automatiques. C'est que le système en question souffre de plusieurs maux qui n'ont rien à voir avec la technique. Le mal est ailleurs. Le m-paiement sera une réalité avant la fin de l'année, sur un plan de fonctionnalité technique, à n'en pas douter, mais cela restera une réalité fictive, boiteuse, tant que les commerçants et les consommateurs n'y adhèrent pas de plein gré. Parce que le problème essentiel réside dans l'adhésion timide des Algériens, pour ne pas dire une répulsion collective, à ces nouveaux modes de paiement. Comment peut-il en être autrement dans un pays où on n'est pas arrivé à imposer, par la loi, le paiement par chèque ? Et, on continue encore à chercher le remède dans le cadre législatif, puisque les commerçants, qui ont été «obligés» par la loi de finances 2018 d'acquérir un TPE, sont aujourd'hui contraints par l'article 111 de la dernière loi de finances (LF 2020) de mettre à la disposition du consommateur, pas seulement le TPE, mais des «instruments» de paiement électronique, incluant TPE et code-barres intelligent (QR) de la caisse du commerçant qui permet le m-paiement. C'est évident de mettre en place un cadre législatif qui codifie ces opérations monétiques, mais pour éviter un échec latent, il ne faut pas ignorer qu'il faut, essentiellement, trouver remède à l'économie informelle, qui fait de la résistance à tout système qui pourrait éclairer la traçabilité des échanges commerciaux. Le système bancaire, lui-même, garde également un caractère très archaïque par rapport à cette évolution technologique et devrait dans ce sens aborder une profonde réforme, qui le mettrait à l'abri des influences et des abus autoritaires. Les formules techniques modernes visant la dématérialisation du paiement scriptural foisonnent dans un environnement toujours engourdi par les pratiques qui remontent à l'âge de pierre !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.