Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Les suppressions de postes chez Airbus : Une nouvelle «dévastatrice»    Aït Yahia Moussa : Stress hydrique dans les villages    Tizi Ouzou : Défaillance dans l'alimentation en électricité    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    La tablette et les diplômés chômeurs    Après la fermeture des marchés à bestiaux: Plaidoyer pour une vente contrôlée des moutons de l'Aïd    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    La FAF s'est fixé une date butoir    Le verdict du procès des trois activistes de Béjaïa renvoyé au 8 juillet    Vu à Tizi Ouzou    De lourdes peines de prison et saisies des biens    Le pétrole progresse,    Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui    L'université pilier de l'économie du savoir ?    L'épreuve    L'infrangible lien...    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Biskra face au rebond inquiétant des contaminations    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    Répression contre l'opposition à Hong Kong    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    58e anniversaire de l'Indépendance: le Président Tebboune décrète une grâce présidentielle au profit de détenus    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    Les violations des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé sont source de tension dans la région    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    DECLARATION DU 1ER NOVEMBRE : Goudjil appelle à une interprétation plus approfondie    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Kia se maintient en tête    L'extravagance toujours au menu    Le ciné-club virtuel qui crève les écrans    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    AGEX du GS pétrolier : Reportée au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Schengen ouvre ses frontières pour les Algériens    FAF: Qui succédera à Kheireddine Zetchi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quel impact sur les prix des véhicules ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 05 - 2020

Le retour aux affaires des concessionnaires automobiles crée la surprise dans un secteur rongé depuis quelques mois par un profond malaise suite à l'arrêt des chaînes de montage des véhicules. Ainsi, après l'autorisation d'importation de véhicules de moins de 3 ans,
introduite par la loi de finances 2020, le dernier Conseil des ministres réuni dimanche 10 mai par visioconférence a décidé d'autoriser l'importation de véhicules touristiques neufs par les concessionnaires automobiles. Poussés à la faillite dès l'année 2016, suite à une réduction drastique du quota d'importation, préludant un arrêt pur et simple de l'importation en 2018, année durant laquelle aucune licence d'importation n'a été accordée, les concessionnaires ont dû plier la mort dans l'âme sous la pression d'une réglementation résolument tournée vers la préférence du montage de véhicules en Algérie.
On nous faisait croire que de la sorte on réduisait la lourde facture d'importation des véhicules, mais il s'est avéré qu'il s'agissait de l'arnaque du siècle, puisque l'importation des kits SKD/CKD (pièces détachées nécessaires pour assembler complètement un véhicule), dont le régime préférentiel a été annulé dans le sillage de ce retour aux affaires des concessionnaires automobiles, coûtait les yeux de la tête aux caisses de l'Etat. Juste retour des choses ? Les nouvelles décisions remettent sur roues les activités commerciales et industrielles dans le secteur automobile. Le montage des véhicules peut continuer son bonhomme de chemin mais sans régime préférentiel, c'est-à-dire que l'activité sera soumise au régime douanier fiscal régulier, et les concessionnaires peuvent se remettre au boulot, dans les mêmes conditions qui régissaient cette activité avant son arrêt brusque ou avec des nouvelles règles.
Rien n'a été encore divulgué à ce propos, mais il faut s'attendre certainement à ce que l'Etat ne lâchera rien s'agissant des ressources fiscales, douanières et sociales. Reste aux concernés à se réorganiser pour s'imposer dans le nouveau paysage économique qui se dessine et qui sera basé sur la libre entreprise dans le cadre d'une concurrence loyale, loin des pratiques maffieuses qui ont saigné les caisses de l'Etat et les poches des citoyens. Reste également à se demander si les nouvelles décisions en question auront des incidences sur les prix des véhicules. La concurrence, on le sait théoriquement, devrait provoquer une baisse des prix des véhicules, mais il ne faut pas trop compter là-dessus. Sur cette question des prix des véhicules de moins de 3 ans, rappelons que le ministre de l'Industrie avait récemment réagi en faisant savoir que le coût de la voiture d'occasion importée risque d'être élevé, vu que le prix de la voiture de moins de trois ans en Europe n'est pas donné, en raison du faible taux de change du dinar par rapport à l'euro, ainsi que des droits de douanes qui peuvent atteindre les 30%, sans oublier la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) fixée à 19% en Algérie. Que dire alors du prix du véhicule neuf ?!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.