Affaire Tahkout : poursuite du procès jeudi avec les plaidoyers de la défense    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Le Trésor public réclame plus de 300 milliards de DA de dommages et intérêts: 16 ans de prison requis pour Tahkout, 15 ans contre Sellal et Ouyahia    FAF - Reprise du championnat: Décision finale dans une semaine    Dr Lyes Merabet: « Les citoyens sous-estiment le danger du coronavirus »    Dépistage de la Covid-19: Plaidoyer pour les tests rapides    Un laboratoire d'analyses pour chaque wilaya    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le Trésor public réclame 309 milliards de DA à Tahkout et ses associés    Les walis entrent en action    Le Dr Berkani s'exprime    10 nouveaux décès, les contaminations en légère baisse    Le président Tebboune préside une réunion de travail    CONFINEMENT PARTIEL A SETIF : Le ministre du commerce donne des instructions d'urgence    DILAPIDATION DU FONCIER A ORAN : Le procès de l'ex directeur de l'agence foncière reporté    LE WALI DE TIARET RASSURE : ‘'5000 logements seront livrés le 1er Novembre prochain''    Le parquet requiert 16 ans de prison pour Tahkout, 15 ans pour Sellal et Ouyahia    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le CHAN-2022 se jouera en été    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    Le MSP pour un régime parlementaire    «Les revendications politiques occultées»    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Laskri annonce son boycott du congrès    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Deux PME préparent leur introduction    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Bi-nationalisme    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un e-Aïd inédit !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 05 - 2020

Le plus triste des Ramadhans s'en est allé, laissant un voile de tristesse et de mélancolie sur tous les visages. C'est que les Algériens ont célébré, cette année, un e-Aïd sans effusion. Un «Aïd électronique», de manière virtuelle. Il était dit qu'il est des matins qui déchantent pour nous faire languir de jours meilleurs. Dimanche, premier jour de l'Aïd, des bambins, parés de leurs plus beaux atours, gambadaient, insouciants, dans la rue. Des jeunots endimanchés, cheveux gominés et sapés comme jamais, faisaient montre d'une insouciance à mille lieues de la bébête qui fauche des vies à tire-larigot et sape le moral à la race de l'homo sapiens.
C'est à savoir si c'est le Ramadhan qui nous mange ou si c'est nous qui devons dévorer le Ramadhan et en finir avec lui une bonne fois pour toutes ? Parce qu'à regarder ce mois de tous les «coups permis» par le nombril de nos estomacs «essorés», la seule question sérieuse à poser au peuple des jeûneurs est celle de savoir si c'est le Ramadhan qui nous lave au Karcher de tous nos péchés «inexpiables» ou si c'est nous qui le salissons jusqu'à ce qu'il déguerpisse très vite pour revenir torturer nos consciences chloroformées douze mois après. Et si des histoires de grands-mères chauves et édentées nous parlent encore de ces Esprits frappeurs qui sont enchaînés pendant le mois où le Saint Coran fut révélé au dernier des prophètes, comment menotter les mains à ceux qui courent après une place au paradis en apprenant à faire des bigoudis «High Tech» sur la tête teigneuse des chauves désargentés ? Une histoire à «casser le jeûne», encore une, raconte avec un sérieux «paranormal», qu'un homme plein aux as a proposé de construire gratis «sa» propre mosquée pour expier une faute qu'il a commise du temps où la justice était rendue par la raison du plus fort. Une philosophie de la vie, inspirée du monde effroyable des charognes «encagées», que d'autres bipèdes, regroupés en un cartel dit des «prévaricateurs-repentis» auraient, eux aussi, proposé de nourrir des centaines de ventres affamés, avec soda, chamia et amuse-gueule à la clef, moyennant une «fatwa» les autorisant à faire la grande impasse sur le mois de toutes les privations (!!). Mais qui, au fait, se souvient de ce pauvre mouton algérien qui en voulant se faire passer pour le plus gros des ovins fut pris pour un placide bovidé indien et passé par les couteaux gigantesques des bouchers par vocation ?!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.