Gestion des marchandises en souffrance au niveau des ports : La commission d'inspection chargée de renforcer le contrôle    Sahara occidental: le PAM anéantit à son tour" les illusions" du Maroc    Près de 100 policiers mobilisés à travers les plages autorisées à la baignade    Tissemsilt: inhumation de la moudjahida Guerdane Zohra au cimetière "Si Tahar El Othbi" de Lardjem    Cyclisme-stage de l'UAC pour les entraîneurs: Allab et Alloui admis avec mention    Ligue 1-USMA: le recrutement de Guendouz "en bonne voie", assure Anthar Yahia    Oran: 255 citoyens rapatriés des Etats Unis d'Amérique    JO 2021-Covid19: six mois aux nageurs pour retrouver leur forme    Les donneurs de leçons s'en mêlent !    L'animation culturelle sur la toile, un acquis pour les artistes    Covid-19: 477 nouveaux cas, 304 guérisons et 10 décès    Eniem: diversifier les produits pour un retour en force sur le marché    Fusion de quatre filiales du Groupe Sonelgaz    Investissement: recensement des actifs de production des secteurs public et privé    Oran: sortie de 5 promotions à l'école supérieure de l'administration militaire ESAM    Haddad à Tazoult et Tahkout à Babar    REUNION GOUVERNEMENT/WALIS : Pour une véritable décentralisation autour de grands pôles régionaux    HUILE ET SUCRE : Vers la production de 30% des besoins nationaux    TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    PROCHAINE RENTREE SOCIALE : Un protocole sanitaire préventif dans les écoles, universités et CFPA    DOUARS ‘'SIDI LANTRI'' ET ‘'R'AYED'' (TISSEMSILT) : Les habitants des zones d'ombre interpellent les responsables    SIDI BEL ABBES : 85 motos mises en fourrière en juillet    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration    La traque d'un "sulfureux" général    "Retour au confinement si besoin"    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mère des batailles
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 07 - 2020

Face à un pouvoir politique affaibli par les luttes intestines et gangrené par la corruption, la bureaucratie s'est trouvée une voie royale pour prendre le contrôle de tous les rouages de la vie socioéconomique, et même politique, puisque ce sont les bureaucrates qui ont eu, jusque-là, le dernier mot pour installer les députés, sénateurs et autres élus locaux. Et la nouvelle équipe gouvernementale en vient forcément à engager un tour de force avec ce danger qui menace d'annihiler tous les efforts consentis par les dirigeants politiques pour sortir le pays de sa léthargie économique et instaurer un climat de confiance avec le citoyen. La bureaucratie, certains parleraient de «bureaupathologie» quand on évoque le mal que fait véhiculer le comportement néfaste de bureaucrates qui font la pluie et le beau temps, n'est pas facile à guérir ou à combattre. Le gouvernement qui se trouve fatalement confronté au cachet bureaucratique, qui a ruiné le pays, vient-il de lancer la mère des batailles en s'attaquant aux vieilles mentalités qui ont la peau dure, et qui ne font pas trop cas des projets de l'Algérie nouvelle ? Peut-être par manque de temps pour réduire l'influence de la bureaupathlogie, on a commencé par lancer des avertissements, comme l'a fait le Premier ministre, qui a saisi l'opportunité, lors de sa visite dans la wilaya de Tindouf, pour lancer que «l'Algérie nouvelle doit se construire avec une mentalité nouvelle», et que «la bureaucratie est un ennemi de cette Algérie nouvelle qui doit être bâtie dans la transparence». Avant lui, c'est le président de la République qui est monté au créneau pour dénoncer, lors du dernier
Conseil des ministres, des pratiques bureaucratiques qui privent des citoyens producteurs, notamment dans le monde de l'agriculture, du raccordement au réseau électrique pour ensuite leur mettre la pression pour le remboursement des crédits dans les délais. Ainsi, au tout début de l'exercice de son pouvoir, ambitionnant d'aller vers la diversification de l'économie, vers la consolidation de l'Etat de droit, des libertés individuelles et collectives, le gouvernement constate que le plus grand obstacle réside dans la bureaucratie. On ne fait rien de bon, même avec la meilleure Constitution au monde, si des gens trouvent le loisir de limiter la marge d'autonomie des individus et des entreprises. Le pouvoir réel se trouverait-il entre les mains des bureaucrates ? Oui, si on n'y fait pas attention en réduisant leur capacité de nuisance et leur puissance de domination qui tend à faire d'eux un pouvoir autonome. Il ne faut pas ignorer que de grandes sociétés se sont érigées en Etat dans l'Etat, échappant totalement au contrôle et à l'autorité des commis locaux. De toute évidence, il faut revoir de fond en comble le mode de gestion administratif des collectivités locales et de certaines grandes sociétés. Tout passerait-il par une réforme de l'administration ? Absolument, et au premier degré.
En second lieu, il serait utile de revoir les modalités de recrutement dans les postes de responsabilité dans l'administration, qui obéissent depuis l'indépendance du pays au critère de l'accointance, en sus d'avoir en place, principalement, des hommes politiques de qualité. Le médiateur de la République et ses délégués au niveau local pourraient également, si on leur donnait les moyens de leur politique, jouer un rôle très important dans la lutte contre la bureaucratie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.