Gestion des marchandises en souffrance au niveau des ports : La commission d'inspection chargée de renforcer le contrôle    Sahara occidental: le PAM anéantit à son tour" les illusions" du Maroc    Près de 100 policiers mobilisés à travers les plages autorisées à la baignade    Tissemsilt: inhumation de la moudjahida Guerdane Zohra au cimetière "Si Tahar El Othbi" de Lardjem    Cyclisme-stage de l'UAC pour les entraîneurs: Allab et Alloui admis avec mention    Ligue 1-USMA: le recrutement de Guendouz "en bonne voie", assure Anthar Yahia    Oran: 255 citoyens rapatriés des Etats Unis d'Amérique    JO 2021-Covid19: six mois aux nageurs pour retrouver leur forme    Les donneurs de leçons s'en mêlent !    L'animation culturelle sur la toile, un acquis pour les artistes    Covid-19: 477 nouveaux cas, 304 guérisons et 10 décès    Eniem: diversifier les produits pour un retour en force sur le marché    Fusion de quatre filiales du Groupe Sonelgaz    Investissement: recensement des actifs de production des secteurs public et privé    Oran: sortie de 5 promotions à l'école supérieure de l'administration militaire ESAM    Haddad à Tazoult et Tahkout à Babar    REUNION GOUVERNEMENT/WALIS : Pour une véritable décentralisation autour de grands pôles régionaux    HUILE ET SUCRE : Vers la production de 30% des besoins nationaux    TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    PROCHAINE RENTREE SOCIALE : Un protocole sanitaire préventif dans les écoles, universités et CFPA    DOUARS ‘'SIDI LANTRI'' ET ‘'R'AYED'' (TISSEMSILT) : Les habitants des zones d'ombre interpellent les responsables    SIDI BEL ABBES : 85 motos mises en fourrière en juillet    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration    La traque d'un "sulfureux" général    "Retour au confinement si besoin"    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 07 - 2020

Le premier responsable en charge du secteur de la communication a encore planté une autre banderille dans le bon dos de ces «historiens du présent» pour dénoncer « l'exercice médiocre de la profession de journaliste en Algérie, un champ de mines et de ruines » a-t-il dégainé. Mais il paraît, selon une langue morte depuis des temps (dé) passés, que quand la plume a pour faiblesse de chialer, l'écrit n'a jamais eu le courage de rire jaune. C'est pourquoi peut-être, par et pour ce seul et petit «hic» que le bouche-à-oreille est devenu le média le plus « croyable » et la rumeur la seule... diseuse de choses vraies. C'est alors que par une matinée trop sombre, Larbi, pour fêter son anniversaire à lui, décida de donner libre cour à son cœur en rendant visite au douar des Bani-Maskhoutine. Débarquant dans une tenue trop « endimanchée » pour être celle d'un gars venu du coin d'à côté, il est très vite « dégrisé » pour se (ré) apprivoiser avec une vérité qu'il avait cru avoir, par tous les temps, choisi son camp (la vérité) déserté.
- Mais, qui pourrait bien être ce Larbi, caché derrière son blouson noir-corbeau, un jean Lee Cooper, une paire de savates luisant comme du faux cuivre, un stylo « fourré » dans l'oreille et quelque chose comme une besace en bandoulière, s'interrogent les sages du douar.
- Un expert venu nous déclamer que le blé pousse partout sauf dans les poches, un agent de recensement, un élu venu troquer ses chimères contre nos utopies, un enfant du douar de retour d'une longue absence... Non, Larbi n'a rien de tout cela. Qui est-il alors ?
- Je ne suis qu'un journaliste. Je viens de la ville de..., répond apeuré, Larbi.
- Et c'est quoi un « journaliste » ?, le fusille des yeux K'bir El-Douar...
- Un journaliste, c'est un homme. Lui aussi. Son métier, c'est d'abord un quidam qui veille à son souffle « coupé » de la vie. Et surtout, à son pain... noir. Un journaliste, ça peut même poser des questions « carrées » même si tout le monde ne veut pas lui faire des réponses trop « rondes », répond, haletant, Larbi.
- Et qu'êtes-vous venu faire ici M. Larbi...?
- Je suis venu vous parler de mon métier qui ne nourrit plus son homme, même si les gens d'aujourd'hui sont plus occupés à courir derrière leur âge qu'à rattraper le temps perdu.
- Ce n'est pas trop subversif ce que vous racontez là ? Avec tout ce qui se passe dans le pays et les discours menaçants du Raïs...?
- Non, non, rien de tout de cela. Je suis venu vous parler de mon métier. Un job pas trop bien rémunéré mais chèrement payé. Moi, Larbi, qui croit faire l'Histoire du présent, je suis miséreux, envié, suspect de tout et de rien, infréquentable mais quand même bien dans ma peau. Je suis même coupable. De tout et aux yeux de tous. Je suis même responsable de la pluie qui ne tombe pas. Le Corona qui ne fait peur à personne dans mon pays. Le pétrole qui ne vaut plus un rond. La lune qui ne veut rejoindre sa cache. De la valetaille qui menace notre pain national et ses coups fourrés. De la giga-crise qui tourmente la planète. Et c'est pour tout cela que moi Larbi, je suis condamné à passer toutes mes nuits dans un bain maure. Ça me change des tayabet el-hammam voyez-vous ? Plumitif, journaleux, manbar, sekhaffa, écrivaillon, kh'bardji, tous les mots ne suffisent pas pour me traiter de tous les... maux. Peut-être parce qu'aujourd'hui est journaliste qui veut. Ou presque... Il suffit juste de faire comme si...
Un cartable « dévidé » à la main, un calepin dans le revers de la veste et un stylo à l'encre invisible derrière l'oreille et vogue la galère... moi, Larbi, on m'accuse même d'être un inconsistant correspondant. Peut-être parce que j'ai suivi des cours... par correspondance... Je suis même traité sans coup férir de pigiste; parce que je suis à peine capable d'épeler l'alphabet de A à J. comme Journaliste...
- Ça suffit Larbi, trêve de balivernes ! Ecoutez, de ce côté-ci du bled, vos plumes sont subversives. Vos petites lucarnes piégées. Vos papiers trop douteux, vos journaux séditieux. Ils n'ont jamais servi la bonne cause : la nôtre, à quoi sert votre métier sinon, « par des fois, à aider le petit peuple à dessiller les yeux. Garder l'oreille et les sens aiguisés. Tourner le dos aux diseurs de bonnes (més) aventures. Aux vérités aseptisées, aux discours « stérilisés ». Aux pièges bien tendus.
- Monsieur Larbi, désapprenez surtout à ne jamais vous occuper de ce qui ne vous regarde pas. Votre métier ne vaut pas plus que bouse fertilisante de nos vaches. Dans les villes, l'on voit de vous que vos canards ne servent à rien d'autre qu'à nettoyer les carreaux brisés. Emballer du poisson pourri. Essuyer « l'inessuyable »... Revenez, M. Larbi, de là où vous êtes venus, nos récoltes, nos femmes et nos enfants ont horreur de vos « cuisines » trop touillées qui retournent l'estomac et la tête...
- Oui, je ne suis qu'un... pas un...
- Aller ! Partez vite Larbi, votre métier se reflète dans toutes les lumières sans jamais briller dans aucune étoile. C'est là votre « tare » irréparable. Et surtout, cachez-nous votre métier, que nous ne saurons voir... Même si on a oublié de vous offrir un stylo pour vous consoler de toutes vos plumes cassées...!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.