Décès de Kheddad: un combattant infatigable pour les droits du peuple sahraoui    Kheddad a joué un rôle fondamental dans la bataille juridique du Polisario    Biologie médicale: nécessité de création d'un réseau national de laboratoires accrédités    Benbouzid réitère "la gratitude" de l'Algérie à la Chine pour son aide face au Covid-19    Oran: fin de confinement au complexe des "Adalouses"    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    Real : Modric a pris sa décision    Coronavirus : facilitations exceptionnelles à l'importation des matières premières nécessaires    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Appel à la libération des détenus d'opinion    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Vers une plus forte chute de la demande    Abdelhafid Benchebla. Boxeur algérien (91 kg) : «Mon rêve : décrocher une médaille aux JO et passer en professionnel»    Condoléances    La suspension prolongée jusqu'au 19 avril    "La reprise du Calcio ? Il est trop tôt pour prédire quoi que ce soit"    CSC : Les blessés se remettent sur pied    JS Kabylie : Solidarité avec le personnel médical    Les stations d'essence prises d'assaut à Alger    Vers un nouvel ordre mondial    Covid-19 : 14 décès et 131 nouveaux cas enregistrés    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    Tébessa: Les panneaux publicitaires dans l'anarchie    Les f et les e 5, la theorie du 100e singe    LA FORCE DES LOBBYS    Tlemcen: «Il n'y aura pas de pénurie de fruits et légumes»    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    El Kala: Un mandataire de poissons se fait subtiliser 32 millions de cts    Le temps à l'émergence des start-up ?    Rafael Gómez, le dernier survivant de ces Espagnols qui ont libéré Paris    Vous ne détruirez pas notre maison pour construire la vôtre !    Prolongation de la suspension des vols jusqu'à nouvel ordre    L'ambassade de Chine en Algérie réagit    "Il y a quelques malades qui, symptomatiquement, sont bien"    Le Conseil de sécurité prévoit un briefing sur le Sahara occidental en avril    TRIBUNAL DE SIDI MHAMED : Abdelghani Hamel condamné à 15 ans de prison    UN DECRET A ETE SIGNE HIER : Le président Tebboune gracie 5037 détenus    MON PAYS TIENDRA LE COUP BON GRE, MAL GRE.    GM et Ford contraints de produire des respirateurs    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La diseuse de choses «vraies» !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 02 - 2020

La présidence de la République a dénoncé très sèchement, samedi, l'inobservation de son communiqué du 28 décembre relatif à l'information officielle, «une obstination à propager des informations mensongères», lit-on dans une dépêche de l'APS. «L'inobservation du communiqué suscité constitue une transgression préméditée des règles de déontologie est une obstination à propager des informations fausses et mensongères, qu'assumeront entièrement ceux qui les diffusent», menace le communiqué de la présidence.
Ici comme sous d'autres cieux dits plus «avancés », il est connu que la rumeur peut faire partie des techniques d'influence dans le cadre de la stratégie de diversion ou de propagande, savamment élaborée dans des « officines toxiques». Mais parce que l'histoire de la communication est aussi ancienne que celle de l'Humanité, il existe aussi une communication dite virale, celle qui consiste à développer des programmes de communication qui puissent fonctionner de bouche à oreille, bien illustrés avec le fameux téléphone arabe bien connu de chez nous. Mais dans le cas d'espèce particulier qui nous intéresse ici, la question à se poser est celle de savoir où se situe exactement la ligne de démarcation, si ténue, entre la communication dite « officielle » et la langue officielle de communication? Parce qu'un problème de communication veut d'abord dire un problème de transparence, cela est d'autant plus vrai que le vide a toujours été l'ennemi originel de la nature. A rebours numérique dans notre pays, sauter le pas pour entrer de plain-pied dans la société moderne de l'information et de la communication, demeure une action aussi urgente que prioritaire, inscrite à l'indicatif de l'Etat et des institutions qui en émanent, pour une gestion moins opaque des affaires publiques du pays. Faut-il se laisser aller à croire que la rumeur est la seule diseuse de choses « vraies » dans un pays où communiquer est le seul métier que nous n'ayons jamais su faire? Sans ramer dans le sens des esprits à l'imagination trop débridée, ni même accorder une ouïe, même bouchée, aux scénaristes mal inspirés de films de série B, force est de constater que dans un pays qui a un mal fou à se parler à lui-même, la rumeur s'est toujours incrustée dans la grande brèche de l'espace public, depuis des lustres, laissé vacant par une stratégie de communication institutionnelle si inopérante que pour l'homme de la rue, la « vérité est partout sauf là où le personnel politique, en charge de la gestion du secteur de la communication, veut qu'elle soit».
De nos peurs « ataviques» de nous dire la vérité en face à cette manie tenace de croire que la «vérité» vient toujours «d'ailleurs» et pas de chez nous, comment veut-on qu'un peuple sous informé échappe aux grilles des lectures formatées en laboratoire clandestins pour inoculer « une info», clefs en mains, à une opinion publique qui veut simplement comprendre ce qui se passe dans son propre pays et exercer son droit à être informé sur la gestion des affaires publiques de la nation? Le droit à l'information étant «en théorie» constitutionnellement consacré, faire le «choix stratégique» de dire la vérité, toute la vérité et rien de plus que la vérité, au peuple (et pas seulement la gent des votants!), c'est se prémunir contre les retours de manivelle si dangereux, parce que provoqués par une communication officielle «orientée» à dessein trop aseptisée et surtout décrédibilisée aux yeux d'une opinion qui a désappris, depuis longtemps, à prendre une vessie pour une lanterne. Aussi simple qu'une démocratie vidée de sa sève, celle du droit à l'information amène directement le citoyen à se désintéresser de la gestion des affaires de la cité, un citoyen bien informé est un citoyen (et pas seulement un électeur) qui exerce son droit de savoir sur tout ce qui se passe dans son propre pays. Mais aussi et surtout savoir où il va?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.