Comment se protéger les yeux en été ?    AS Rome : Mourinho vise un défenseur du Barça    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    RC Relizane: Le maintien en bonne voie    Violence dans les stades: Quand les entraineurs s'en mêlent    Malgré un flux d'estivants relativement faible: La corniche renoue avec les embouteillages et les bouchons    Mascara: Trois morts et quatre blessés dans une collision    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Le baril efface ses pertes    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Le CRB nouveau leader    Belazri retenu comme juge de ligne    Lagab et Mansouri abandonnent    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    L'unité aérienne de la protection civile dépêchée    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Rym Feroukhi sur le podium    Situation catastrophique à Sétif    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    208 migrants secourus en 48 heures    Confinement à Hanoï    La session parlementaire clôturée demain    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    ALGER RIPOSTE    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Fini la politique de l'autruche    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 07 - 2020

  En ce 58ème anniversaire de notre indépendance nationale, l'Emir Abdelkader s'invite de par la grandeur de sa personnalité. Précurseur de la Nation et de l'Etat algérien, il est une figure d'exception. La courbe de vie est érigée en quête d'absolu. C'est l'homme le plus prestigieux de son siècle disait Ernest Renan, qui le décrit comme « d'un visionnaire habité par une puissance d'esprit et une imagination créatrice hors du commun ».
Beaucoup d'ouvrages témoignent de son parcours. Les enjeux de la biographie qui lui est destinée, le situent parmi les célébrités militaires des armées de terre et de mer. Charles Mullié écrit qu'il est des hommes extraordinaires de son époque, le Jugurtha de son époque. Alexandre Bellemare l'inscrit comme un monument littéraire.
L'EMIR ABDELKADER LE CHEVALIER DE LA FOI ET FONDATEUR DE L'ETAT ALGERIEN MODERNE
C'est en ce sens que le nationalisme algérien ne pouvait le laisser tenu en otage par la doxa coloniale. C'est d'une référence fondatrice, mieux encore en emblème onomastique d'une Nation en lutte pour conquérir sa souveraineté. La reconquête identitaire de l'Emir Abdelkader dans la publication en 1946 par Mohamed Chérif Sahli «L'Emir Abdelkader, le Chevalier de la foi» le classe parmi l'un des plus brillants idéologues nationalistes.
Kateb Yacine en fait la même chose lors de la conférence qu'il donna à Paris à l'occasion de l'anniversaire du 8 Mai 1945 parue chez l'édition imprimerie Nahdha en 1948 sous le titre «L'Emir Abdelkader et l'indépendance de l'Algérie».
A l'indépendance, c'est le livre du Colonel Charles Henry Churchill «The life of Abdelkader, ex-Sultan of the Arab of Algeria» dédié à l'Empereur Napoléon III, qui est une mémoire vivante de l'Emir, une lettre de sa main placée en tête du volume daté du 1er Jumad 1273 correspondant au 25 décembre 1856. Ce livre fut traduit en français en 1974 par Habar et en arabe par Belkacem Saâdallah. Ce qui constitue une remarquable anticipation de la doctrine officielle «L'Emir Abdelkader, fondateur de l'Etat algérien moderne».
Viennent ensuite des écrits sur El Mokrani, Cheikh El Haddad, Bouamama, Hadj Ahmed Bey qui concourent à mettre une Biographie de la Nation. Un travail de déconstruction était nécessaire. La biographie de l'Emir Abdelkader en 1994 par Bruno Etienne et celle d'Ahmed Bouyerdène en 2008 affirmaient les écrits spirituels. Houari Touati écrivait depuis l'EH.ESS Paris sa quête initiatique, son parcours de combattant. Il disait de l'Emir Abdelkader le bâtisseur de l'Etat algérien. Ernest Renan le présente en 1858 aussi «comme le plus illustre représentant de la race sémitique de nos jours. Abdelkader est un savant, un homme de méditation religieuse», alors que Victor Hugo le décrit en 1862 dans Châtiments comme «l'homme fauve du désert ; Lui le Sultan né sous les palmiers. Le compagnon des lions roux, le hadji farouche aux yeux clairs. L'Emir pensif, féroce et doux».
Le Maréchal Soult quant à lui, «il n'y a présentement dans le monde que trois hommes auxquels on puisse accorder légitimement le qualificatif de Grand et tous trois appartiennent à l'Islamisme ; ce sont Abdelkader, Mohamed Ali et Chamyl».
Assurément conclut le Maréchal Bugeaud, «l'Emir est un homme remarquable que l'histoire doit placer à côté de Jugurtha. Il est certainement l'une des grandes figures historiques de notre époque. S'il y avait en Algérie un héritier d'Abdelkader dépositaire de sa pensée, fidèle à sa tradition et possédant son envergure, il ferait profiter la race indigène de l'expérience laborieusement acquise par son dernier sultan pour l'entraîner dans la voie du progrès ». Rapporté par le Général Paul Azan en 1925.
EL MOUBAYAA OU LE SERMENT D'ALLEGEANCE
L'Emir Abdelkader qui est né le 06 septembre 1808 et mort le 26 mai 1883. Il est plébiscité lors de la 1ère Moubayaâ le 21 novembre 1832 à Ghriss sous la Dardara (palmier), sorte de suffrage universel où le peuple lui prête allégeance publiquement en faisant rassembler autour de lui les grands chefs de tribus. Il avait 24 ans lorsqu'il recevait ce sacre le 27 novembre 1832 à l'intérieur de la mosquée de Mascara.
Comme son père il est affilié à la confrérie Al Qadiria (Naqshabandya - Al Chadilya. Cette 2ème Moubayaâ est un pacte scellé qui est un serment d'allégeance. Mon ami Ammar Belkhodja lui consacra un livre «L'Emir Abdelkader, ni sultan, ni imam».
De la Guetna de Mascara, l'Emir Abdelkader descend de la grande tribu des Hachems dont le patriarche ou l'ancêtre éponyme Hachem il s'agit d'Ali, Aqil, Djaafar, et Abbas tous d'Ahl Al Bayt. Il combattra les généraux coloniaux français tels Bugeaud, Clauzel, Lamoricière, Danrément, Desmischel, Vallé sous le drapeau vert centré d'un large croissant dans sa procession ouverte par sa morale chevaleresque jusqu'à sa dernière énergie.
L'EXIL DE L'EMIR ABDELKADER SAUVEUR DU MASSACRE DES 12.000 CHRETIENS
La trahison des Marocains le contraint à se rendre aux Français où il sera interné et fait prisonnier au fort Lamargue le 23 décembre 1847 puis soumis à l'exil que d'être pris entre les mains du Sultan. Alors que le Traité fut renié par la partie française, l'Emir Abdelkader sera transporté par bateau de Ghazaouet à Toulon, puis de Toulon au château de Pau. Il obtient l'autorisation de se retirer à Damas en 1852 avec sa smala où il mène une vie austère écrivant 760 poèmes recensés dont Léon Roche en fera un portrait littéraire de l'Emir.
Le tableau d'Ange Tissier représentant la libération de l'Emir par Napoléon III. Son fils aîné Mohamed publiera la biographie de son père à Alexandrie en 1903 sous le titre de «Touhfat Al Zaïr».
Il porte assistance lors des massacres contre les maronites où 12.000 chrétiens furent sauvés par ses soins. Musulmans druzes et maronites furent manipulés par les puissances coloniales de la région. Beaucoup de chefs d'Etat lui ont témoigné leur reconnaissance. Le Pape le fit décorer de l'ordre de Pie IX et lui valurent plusieurs distinctions y compris la Franc-maçonnerie du Grand Orient de France, notamment la Loge Henri IV et la Sincère Amitié. Celles-ci lui ont adressé deux lettres en 1860. Il faut rappeler que la doctrine de l'Emir issue de la spiritualité islamique s'oppose radicalement à la vision profane et laïque de la Maçonnerie en signifiant sa rupture définitive en cessant tout contact y compris épistolaire avec le Grand Orient de France en 1865.
L'Emir Abdelkader a publié à Damas sa doctrine «Wihdat Al Woujoud» (L'Unité de l'Etre ou de l'Univers). Il sera un fervent adepte de son maître Ibn El Arabi, un mystique (soufi) dont il s'inspire de son ouvrage de chevet «Foutouhat Al Mekyia». Il laissa cette citation :
«Je professe la religion de l'Amour. Et quelque direction que prennent ma monture, l'Amour est ma religion et ma foi».
El Mawakifs seront publiés pour la 1ère fois en 1911 en Egypte, en Syrie en 1966 et en Algérie en 1996. Le livre des «Haltes» a été traduit par Michel Lagarde à Cologne et Boston en 2002. Les «Haltes» sont traduites par Michel Chadkiwitcz - L'Emir Abdelkader l'héritier légitime d'Ibn Al Arabi. Il mourut dans la nuit du 25 au 26 mai 1883 à l'âge de 75 ans.
Un film retraçant la vie de l'Emir identique à celui du guerrier libyen, Omar Al Mokhtar, devait être réalisé par le réalisateur américain Charles Burnet, auteur d'une vingtaine de films dont «Killer of Sheep» en 1977 et «Namibia» en 2009. La coproduction algéro-américaine sur l'Emir Abdelkader a été confiée donc à ce réalisateur qui a fait des déplacements pour des repérages à Miliana. Ce film selon les estimations devait coûter environ 75 millions de dollars et la production devrait être prête en 2015.
*Membre du comité scientifique de la Fondation Emir Abdelkader - Chercheur universitaire - Ancien ministre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.