Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    Liban, Algérie, Maroc...un été particulier    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    Explosions au Liban: 137 morts et 5.000 blessés    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Les psychologues menacent    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    L'activiste Badi Allal arrêté    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Le féminicide, un crime silencieux    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Deux Algériens légèrement blessés    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Les grands axes du protocole du MESRS    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    L'apocalypse à Beyrouth    L'infrangible lien...    Belatoui prêt à rempiler    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    La fille des Aurès    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    Karim Younes se livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La catastrophe écologique du lac «Oum Ghellaz» se répète: Les rejets industriels pointés du doigt
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 07 - 2020

Un an après la mort massive des poissons du lac Oum Ghellaz survenue en juin 2019, la zone humide « protégée » par la Convention ‘Ramsar' ne se porte pas bien. Le même scénario s'est répété, vendredi, dans ce lac situé à 25 km, de la ville d'Oran et à quelques encablures de la daïra de Oued Tlélat.
Les membres du bureau local de l'Organisation algérienne pour la protection et l'orientation du consommateur et son environnement (APOCE) ont été les premiers a donné l'alerte. Ils se sont déplacés, vendredi matin, en compagnie des éléments de la Gendarmerie nationale pour faire le constat de la mort massive des poissons dans cette zone humide. « Nous nous sommes déplacés, vendredi matin, au lac ‘Oum Ghellaz' où nous avons relevé la mort massive des poissons. Des prélèvements ont été effectués par les gendarmes et une enquête sera enclenchée pour mettre la lumière sur cette énième catastrophe naturelle. Nous avons, également, sollicité l'aide d'un expert en biologie qui nous a informé que les poissons d'eau douce de la famille des Cyprinidae, appelés communément carpe, sont très résistants dans un milieu agressif et de ce fait cette mort massive pourrait être due à un agent toxique. Nous avons déjà pris sur le fait, par le passé, une grande société agroalimentaire qui déversait impunément ces déchets toxiques dans cette zone humide pourtant protégée. L'affaire est en justice qui devra trancher sur cette atteinte à l'environnement. Nous savons aujourd'hui qu'il existe deux à trois rejets industriels, dans cette zone humide et des investigations sont en cours pour découvrir la cause exacte de cette morte massive. La direction de l'Environnement que nous avons alertée, estime que cette catastrophe serait due à la hausse de la température, mais cette justification, peu convaincante, ne peut expliquer la mort massive des poissons », affirme le SG du bureau local de l'APOCE. Une enquête menée, l'année dernière, avait conclu que la mort massive des poissons était liée à plusieurs facteurs et notamment le retrait des eaux, dû au manque de précipitations, les fortes chaleurs et la baisse du taux d'oxygène dans l'eau. Selon ces enquêteurs, ce phénomène s'est déjà produit trois fois depuis 2014. Il importe de noter que la zone humide d'Oum El-Ghellaz est la parfaite illustration d'une catastrophe écologique, minutieusement préparée. Déversement des eaux usées industrielles polluées, des eaux usées des ménages, de produits toxiques, installation d'une décharge d'ordures ménagères à proximité du site... La zone humide, qui est un lieu de transit pour les oiseaux migrateurs, était connue jadis par ses flamands roses et le barbeau de son lac.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.