Journée internationale de la femme: Message du Président de la République    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Lutte contre la Covid-19 : Une plateforme pour assurer la «vaccinovigilance» à l'EHU d'Oran    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    Les attributaires du périmètre «Maâder» se plaignent du manque d'électricité    Un texte d'un «autre temps»    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les crânes des résistants inhumés au cimetière d'El Alia: Les premiers martyrs de nouveau dans leur terre
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 07 - 2020

Cérémonie émouvante, hier, au cimetière d'El Alia où les 24 crânes des résistants algériens rapatriés de France ont été inhumés au carré des martyrs en présence du président de la République, Abdelmadjid Tebboune.
Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire, rapatriés vendredi à Alger à bord d'un avion militaire des Forces armées en provenance de France, ont été inhumés en fin de matinée au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia.
Les 24 crânes de ces combattants de la première heure tués et dont les restes mortuaires étaient séquestrés par la France depuis le début de la colonisation au XIXe siècle ont eu droit à des obsèques solennelles.
Des funérailles militaires ont, en effet, été organisées pour rendre hommage à ces résistants qui retrouvent le pays pour lequel ils se sont sacrifiés. C'est en réalité tout un symbole, sachant que ces restes mortuaires étaient toujours considérés comme des « trophées de guerre » par le colonisateur français. Transportés par la garde républicaine, les cercueils recouverts de l'emblème national, sont arrivés vers 11 heures au cimetière d'El Alia.
L'enterrement s'est déroulé en présence du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, de hauts responsables de l'Etat et de l'Armée, et des membres du gouvernement.
Etaient également présents des chefs de partis politiques et de nombreux ministres à l'image de Ammar Belhimmer, ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, et Abderrahmane Benbouzid, ministre de la Santé.
L'oraison funèbre a été prononcée par le ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit, Tayeb Zitouni qui a rendu un vibrant hommage au combat libérateur de ces premiers résistants à la colonisation française dont les restes, des crânes pour la plupart, ont été séquestrés plus d'un siècle et demi dans un musée parisien. Le ministre des Moudjahidine s'est félicité à l'occasion de l'aboutissement d'un long processus de rapatriement de ces valeureux résistants à la soldatesque française.
Il saluera également les efforts fournis par le chef de l'Etat pour le rapatriement des crânes des résistants algériens morts pour la défense de l'Algérie.
Les restes mortuaires ont été enterrés par des éléments de la protection civile sous une salve de coups de feu tirés en l'air par des éléments de la garde républicaine.
A noter que la veille, un hommage public a été rendu, durant tout la journée, au palais de la Culture, par de nombreux citoyens, venus de plusieurs wilayas du pays se recueillir à la mémoire de ces valeureux combattants.
Rapatriés vendredi à Alger à bord d'un avion militaire des Forces armées en provenance de France, les restes mortuaires, conservés depuis plus d'un siècle et demi au Muséum d'Histoire naturelle de Paris, sont ceux notamment de Mohamed Lamjad Ben Abdelmalek, dit Chérif Boubeghla, Cheikh Ahmed Bouziane, chef de l'insurrection de Zaâtcha, Cherif Bou Amar Ben Kedida, Si Mokhtar Ben Kouider Al-Titraoui et d'autres de leurs frères, dont un jeune résistant d'à peine 18 ans de la tribu de Beni Menasser, nommé Mohamed Ben Hadj.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.