Le ministère de la Défense: Le général-major Meftah Souab n'a pas fui    Prophéties de chaos    Marché du gaz: Attar vante la stratégie de Sonatrach    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    Ligue des champions d'Europe: Suspense garanti à Barcelone et Turin    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    L'apocalypse à Beyrouth    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    Aucun algérien ne figure parmi les victimes des explosions survenues mardi à Beyrouth (Liban), a annoncé le ministère des Affaires étrangères    Les révélations du PDG de l'ANEP    Explosion de Beyrouth: Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    Décès du Professeur Grangaud: Djerad rend hommage à un "Fils de l'Algérie"    Feux de forêts: installation du comité d'évaluation des dégâts    Baisse sensible en 2020    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Belatoui prêt à rempiler    Les travailleurs réclament leurs salaires    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    Sept migrants décédés et cinq blessés dans un accident    Réalisation de puits pour l'amélioration de l'AEP    Le phénomène prend de l'ampleur à Relizane    La RN27 fermée à la circulation du 6 au 8 août    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    REOUVERTURE DES MOSQUEES : Les ‘'oulémas'' appellent à réaménager les horaires du confinement    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    Se reconstruire après la tragédie    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un moment historique
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 07 - 2020

Fort moment historique, hier, lors de la levée des corps des 24 résistants algériens, au palais de la Culture pour rejoindre leur dernière demeure au cimetière d'El Alia où ils ont été enterrés dans le Carré des Martyrs.
Rapatriés, vendredi dernier, de France, ils ont enfin retrouvé la douceur de leur terre natale où ils ont été enterrés, hier, après qu'un vibrant hommage leur ait été rendu par le président de la République, des responsables civils et militaires et des personnalités nationales. De l'aéroport international où l'Hercule C130 les a déposés, vendredi dernier, les cercueils contenant les crânes des 24 résistants algériens ont été emmenés au palais de la Culture, dans le plateau des Anassers, pour permettre aux citoyens de se recueillir à leur mémoire, toute la journée du samedi. Hier, dimanche, jour de la célébration du 58ème anniversaire de l'Indépendance nationale a été choisi pour que ces résistants soient enterrés au Carré des Martyrs du cimetière d'El Alia. C'est tôt que des responsables du MDN et les membres de la Garde républicaine ont pris place dans l'enceinte du palais de la Culture où trônaient sur des tréteaux, les cercueils des choudaha drapés de l'emblème national. La diffusion de versets coraniques donnait à ce moment historique cette sérénité religieuse qui devait marquer le retour des enfants de cette patrie après leur séquestration par la France coloniale depuis 1849. C'est à 9h10 que le président de la République a fait son entrée dans le palais de la Culture pour déposer une gerbe de fleurs à la mémoire de ces braves combattants du temps de la résistance populaire, contre le colonialisme français. Il fera lecture de la Fatiha avec à ses côtés le général d'armée, Benali Benali, commandant de la Garde républicaine et du chef d'état-major, le général de corps d'armée Saïd Chengriha.
Tebboune est arrivé au palais de la Culture après un détour au sanctuaire des Martyrs de Riadh El Feth où il a déposé une gerbe de fleurs à la mémoire des Chouhada de la guerre de Libération nationale. Dès qu'il a quitté le palais de la Culture, les responsables du MDN ont demandé aux élèves-officiers de l'Académie militaire de Cherchell de prendre position pour porter sur leurs épaules les cercueils des résistants à la cadence des roulements de tambours de la Garde républicaine. Une fois sortis de l'enceinte du palais de la Culture, les cercueils étaient placés par 4 à bord de camions militaires couverts complètement de fleurs et portant comme fronton le verset coranique qui affirme que les chouhada ne meurent pas. Il était près de 10h quand les six camions ont démarré pour rejoindre le cimetière d'El Alia. Ils étaient escortés par de nombreux 4x4 de la BRI, des jeeps qui devaient être réservés à la presse mais parties vides, des ambulances et quelques voitures de hauts responsables. C'est à 11h que les résistants ont rejoint leur dernière demeure pour, enfin, reposer dans la terre pour laquelle ils ont donné leur vie.
171 ans après qu'ils aient été tués et décapités par la France coloniale, les résistants de la bataille de Zaatcha ont été enfin « relâchés » par les autorités françaises grâce à de longues et âpres négociations entre scientifiques, historiens, politiques et militaires des deux pays. Placés sous des matricules dans des vitrines du musée parisien des sciences naturelles, les 24 rebelles de la résistance populaire dont des chefs de grandes batailles sont revenus, vendredi, à bord d'un Hercule C130 des forces armées algériennes. La cérémonie d'accueil qui leur a été réservée à l'Aéroport international d'Alger et dans l'enceinte du salon d'honneur a été marquée, notamment, par un rappel des faits abjects commis par le colonisateur français. « Les héros de la résistance populaire sont revenus dans la terre pour laquelle ils ont scarifié leurs vies et leurs âmes (…), que le colonialisme français abject a volé et a exposé, dans ses musées pendant plus d'un siècle et demi, pour se vanter et s'enorgueillir sans honte, sans morale et sans aucune considération à la dignité humaine, c'est la face hideuse du colonisateur, de ses crimes et de sa sauvagerie », a affirmé le général de corps d'armée, le chef d'état-major, Saïd Chengriha.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.