Le FFS s'indigne et demande le retrait de l'article 87 bis du code pénal    Domenech abonde dans le sens de Belmadi et ses propos sur Delort    L'Algérien Mohamed Belhocine élu    Des mesures urgentes pour "décongestionner" Alger    Milan AC : Ibrahimovic fait son retour dans le groupe    Stambouli : "Nous sommes prêts pour le défi"    Tirage au sort des barrages le 18 décembre à Doha    Début des travaux de regarnissage de la pelouse    Signature de trois conventions-cadres avec l'Anade    Campagne de maintenance des raccordements au gaz naturel    Arrestation de trafiquants de drogue présumés    La Seine d'horreur    De la berceuse de Fairouz ou de l'audit ?    sortie culturelle    CS Constantine-MC Oran en ouverture de la saison    Galtier trouve Belmadi «excessif»    Belmadi invité à la visioconférence    6 morts et 30 blessés dans des échanges de tirs à Beyrouth    Le marché de gros de Semmar prochainement transféré à El-Kharrouba    Une entrée de gamme satisfaisante    Violent incendie dans un appartement    Jambes lourdes et alimentation équilibrée    Mon beau chien Giscard...    Comment bloquer les appels indésirables ?    Elections à l'algérienne et syndrome du boycott    Ils ne nous aiment pas...    Focus sur le cinéma d'émigration    Ouverture aujourd'hui à Annaba    Une visite et des attentes    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Belaribi brandit l'expérience algérienne    C'est l'apanage des mamans!    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    Quelles incidences?    Des rejets à la pelle    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    La France muette face à ses massacres    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LA MONNAIE, ARME DRACONIENNE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 07 - 2020

Il est prématuré de déduire que la mise en circulation des nouveaux billets de banque ne soit qu'une simple opération commémorative de l'indépendance du pays. Un billet n'est pas assimilable à un timbre postal et sa symbolique pourrait paraître fantasque au moment où on chuchote sur la place publique que plus de 50 milliards de dollars seraient tapis dans l'ombre déstructurant la totalité de l'économie du pays.
Il n'est sans doute pas courant qu'une nouvelle monnaie soit injectée dans le marché, mais dans la conjoncture économique actuelle et au regard des promesses fermes du président de la République pour maîtriser et normaliser l'activité bancaire et commerciale, l'injection de nouveaux moyens de change ne peut paraître anodine. De l'aveu même du ministre des Finances, la nouvelle émission monétaire doit servir à lutter contre les transactions informelles, mais on ignore encore si toute la monnaie en cours doit être totalement changée.
Si le ministre met en avant l'impératif d'installer la confiance, le procédé choisi pour y arriver, s'il est seul, a toutes les chances de s'avérer d'une tiédeur certaine car une monnaie nationale n'est pas seulement un symbole d'une indépendance relative et d'une vague souveraineté. Si elle est dans la discrétion illégale pesée et non dans la franche transparence comptée, elle n'a que la valeur du sac poubelle dans lequel elle est enfouie et ira jusqu'à placer la justice et ses tribunaux au centre de démêlés incroyables où une panoplie de chefs de gouvernement, de ministres et de walis deviennent des invités forcés.
Elle est représentative du degré de puissance d'une nation et vers laquelle converge tout ce qui concourt à la vraie stabilité et à la force d'un pays.
Ce n'est pas elle qui crée la confiance et au contraire ce sont les innombrables rigoles des comportements variés qui nourrissent la judicieuse gouvernance pour bien asseoir la véritable harmonie d'une nation.
Pour une société de justice et de progrès et pour une confiance retrouvée, la monnaie doit être l'arme draconienne qui impose à la banque d'être au service du citoyen. Sinon la société entière gardera à l'esprit qu'elle n'est qu'une servitude contrainte à la disposition des pouvoirs et à la cupidité des magnats.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.