Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    Installation des nouveaux présidents et procureurs généraux aux Cours de justice de Tiaret et Relizane    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    11 décès et 495 nouveaux cas en 24 heures    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La colère de Tebboune    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelhak Lamiri: «L'idée de relance de l'économie n'a jamais vu le jour»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 07 - 2020

Le docteur en économie Abdelhak Lamiri a affirmé, hier, qu'il n'existe aucune stratégie de développement économique en Algérie. S'exprimant sur les ondes de la chaîne 3 de la radio nationale, Lamiri dira que l'idée de mettre en place une économie forte en Algérie remonte à une quarantaine d'années, malheureusement elle n'a jamais vu le jour. «L'idée de relance de l'économie n'a jamais vu le jour», a déclaré Abdelhak Lamiri qui souligne que le pays vit un «choc terrible et multidimensionnel» à cause de la crise sanitaire. L'Invité de la chaîne 3 estime que dans le court terme se pose l'épineux problème du financement de l'économie devant lui permettre de redémarrer. La seconde problématique qui est plus importante, selon lui, c'est la question de l'efficacité et de l'émergence d'une économie forte, capable de générer de la compétitivité et une croissance forte. Sur le long terme, observe le docteur Lamiri, les problèmes structurels du pays ne pourraient trouver de solution qu'à travers de réformes structurelles profondes, telle que celle consistant en une amélioration de la compétitivité, un facteur-clef de succès «que l'on n'a pas ancré dans notre économie». Parmi ces facteurs, l'intervenant mentionne notamment la promotion des ressources humaines et la promotion d'une économie de la connaissance et d'une industrie du savoir, qui n'ont jamais fait l'objet du moindre intérêt de la part des décideurs, estime-t-il. Lamiri juge indispensable de passer par une organisation du fonctionnement de l'Etat et de sa stratégie.
«Il faut s'interroger pourquoi des pays avancés planifient leur développement sur 40 années, alors que nous restons figés sur des problèmes marginaux de financement», a déclaré l'intervenant qui rappelle que l'Algérie a longtemps disposé de ressources financières importantes sans, pour autant, les utiliser pour construire une économie productrice de richesses et de développement. Pour que l'Algérie puisse prétendre au développement, le docteur Lamiri considère qu'il lui faut, au préalable, passer par une forte discipline, accouplée, ajoute-t-il, à une intégration des systèmes scientifiques, organisationnels et économiques efficaces.
S'agissant du Comité scientifique créé récemment, l'expert déclare attendre qu'il soit épaulé par des dispositifs de communication et de spécialistes en sciences sociales, mais également complété par une restructuration des institutions de l'Etat, développant et pérennisant des savoir-faire.
Faisant part de son optimisme quant à la résolution des problèmes auxquels est confronté le pays, le docteur Lamiri indique voir une possible solution à travers la création d'une institution pérenne «composée des meilleurs scientifiques» auxquels sera confiée la mission de concevoir un plan de relance en utilisant pour cela des alternatives au problème du financement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.