Tottenham : Mauvaise nouvelle pour Son Heung-min    Fatma-Zohra Zerouati élue à la tête du parti TAJ    Liban: appels à s'attaquer aux raisons de l'obstruction pour surmonter l'impasse politique    L'opération de révision des listes électorales s'est déroulée dans de bonnes conditions    Adel Kansous installé dans sa nouvelle fonction de PDG de l'ANEP    Sahara occidental: mise en garde contre l'escalade marocaine    Le procès en appel de Ali Haddad reporté au 11 octobre    Accidents de la route: 6 morts et 390 blessés en une semaine dans les zones urbaines    Rentrée scolaire 2020-2021: la date pas encore fixée    Covid-19: 153 nouveaux cas, 104 guérisons et 3 décès    Ferhat buteur face au RC Lens    ANSEJ : Large mouvement au niveau des directions d'annexes    Le MSP décide de voter "Non" à la révision constitutionnelle    EMIGRATION CLANDESTINE : Sauvetage de 755 personnes durant la dernière semaine    RAGE : 900 cas et 15 décès en Algérie en 2019    MOSTAGANEM : 100 logements sociaux et des questions à Fornaka    SIDI BEL ABBES : Commémoration de l'assassinat des 11 enseignantes    Alger : sit-in des avocats pour réclamer le règlement de leurs problèmes professionnels    Schalke 04 : Bentaleb voit son entraineur se faire limoger    CONDOLEANCES    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    23 morts dans le crash d'un avion militaire    40 terroristes présumés tués par l'armée    Ces nids à problèmes    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    "On veut nous neutraliser !"    Les locataires tirent la sonnette d'alarme    Les travaux traînent en longueur    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    La Foire du livre de Francfort invite les libraires pour une formation    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    FC Barcelone : le grand «Koemancement»    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    AS Aïn M'lila: Un retard considérable à rattraper    LES CROCS AIGUISES DE LA REALITE DES PRIX    Faire le pied de grue devant un distributeur fâché    Tlemcen: Un nouveau quota d'eau pour les terres agricoles de Fehoul    Massacres du 17 octobre 1961: Une Association française demande la reconnaissance du crime    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    L'avis des experts    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Importation: Pas de retour aux licences    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FAUSSES SAINTETES
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 08 - 2020

A de nombreux égards, l'Espagne et son peuple n'avaient pas besoin des trop vilaines tribulations royales de ces dernières heures. L'ancien roi Juan Carlos par qui la démocratie espagnole à l'apparence sans faille, n'était donc qu'un voyou couronné à la faveur d'une histoire perturbée avec ses coups de hachoir et ses drames dont les traces ne sont pas effacées. Comme s'il était dans le besoin et ne se contentant pas de la rente financière que la sueur du peuple espagnol lui dispensait, le roi malfrat a reçu en dessous-de-table 100 millions de dollars de la part de la monarchie saoudite et aux dernières nouvelles, il aurait été aussi gratifié de plusieurs hectares de terre marocaine par le roi r'bati. Rien n'est donné par altruisme et toutes les suppositions mènent avec certitude vers des trocs secrets rendant la politique et la rapine mêlées. Les gratifications souterraines ainsi échangées permettent à l'évidence d'établir que les bénéfices individuels des trocs ont une incidence sur la marche du monde et sur l'avenir des peuples.
Voilà donc ce que ne seraient les profils et les carrures réels d'hommes et de chefs d'Etat auréolés de fausses saintetés chargés de régir à leur niveau et d'influer sur la marche du monde armés d'une cupidité monstrueuse souvent aux avant-postes pour donner des leçons de respectabilité et de moralité.
Juan Carlos n'est pas casé à lui seul dans la boîte de Pandore d'où se dégagent de plus en plus les effluves caractérisant les immenses inconséquences de prétendus grands dirigeants. Les liens secrets entre l'ancien président français Sarkozy et Kadhafi lubrifiés dans l'ombre par les valises clandestines sont une autre certification de la vraie diplomatie et ses artifices quand à l'opposé des grandes leçons de bienséance et de démocratie sont servies théâtralement aux peuples au grand jour pour les enivrer. La panoplie financière des excroissances au cœur et au plus haut des Etats, toujours sidérantes, est encore plus longue pour démentir les croyances et raser totalement les naïvetés.
Les cupidités des dirigeants et leurs comportements de mafiosi indiquent pourquoi le monde d'aujourd'hui est ce qu'il est et expliquent pourquoi la confiance des peuples envers leurs gouvernants est irrémédiablement anéantie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.