Mutisme !    En solidarité avec le bâtonnier Sellini: Des avocats protestent à Alger    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    Combats meurtriers au Karabakh: L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    Djelfa: Trois morts dans une collision    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Les avis des partis et des personnalités    Sit-in des avocats à Alger    Les propositions des uns et des autres    Les contaminations continuent de baisser    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Guardiola encense de nouveau Mahrez    Report du procès en appel    Tottenham : Mauvaise nouvelle pour Son Heung-min    Liban: appels à s'attaquer aux raisons de l'obstruction pour surmonter l'impasse politique    L'opération de révision des listes électorales s'est déroulée dans de bonnes conditions    Sahara occidental: mise en garde contre l'escalade marocaine    Covid-19: 153 nouveaux cas, 104 guérisons et 3 décès    Rentrée scolaire 2020-2021: la date pas encore fixée    EMIGRATION CLANDESTINE : Sauvetage de 755 personnes durant la dernière semaine    ANSEJ : Large mouvement au niveau des directions d'annexes    Alger : sit-in des avocats pour réclamer le règlement de leurs problèmes professionnels    23 morts dans le crash d'un avion militaire    40 terroristes présumés tués par l'armée    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    CONDOLEANCES    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Ces nids à problèmes    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Importation: Pas de retour aux licences    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prophéties de chaos
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 08 - 2020

Quel crédit accorder à ces études et analyses de cabinets étrangers spécialisés dans l'évaluation du risque social et qui prophétisent cycliquement la catastrophe pour l'Algérie ? Des mouvements de protestation il y en a bien eu ces dernières années, très nombreux même, mais le pire a toujours été évité. Parfois, contrairement à ce qu'en pensent les concepteurs des études et analyses en question, c'est la protesta populaire, elle-même, qui a fait éviter au pays la calamité. Le Hirak béni est bien là pour prouver que le vaste mouvement de contestation populaire, qui tire sa sève d'un profond malaise sociale et politique, et qu'on peut assimiler à des troubles sociaux majeures, a fini par sauver le pays d'une dérive qui lui aurait été fatale.
C'est durant ces années d'incertitudes, avec un président malade et une faune de prédateurs qui tournaient autour, et qui ont opéré une véritable OPA sur le pays, que les études se sont faites plus insistantes et plus affirmatives quant au chaos qui guette l'Algérie.
Même si l'on sait pertinemment que certaines études étaient tendancieuses, pas du tout innocentes, on ne pouvait pas douter de la justesse de vue qui prédisait la catastrophe en Algérie, durant le quatrième mandat de l'ex-président Bouteflika notamment. La majorité des Algériens eux-mêmes partageaient le même sentiment de désespoir et d'un avenir sombre. Déjouant tous les mauvais présages, l'Algérie a évité de sombrer dans le chaos et a même élu un nouveau président le 12 décembre. Etait-ce la fin de ces prophéties annonciatrices de cataclysmes sociaux avec cette nouvelle ère entamée par l'Algérie ? Que non. Car le Covid-19 est arrivé pour donner de l'eau au moulin aux études de mauvais présages. Selon un récent rapport du cabinet britannique spécialisé dans la gestion de risques Verisk Maplecroft, il y a lieu de craindre l'éclatement de troubles sociaux majeurs, sans précédent, avant la fin de l'année en cours à travers 37 pays, dont l'Algérie et l'Egypte. L'étude du cabinet en question se base sur la fragilité des économies de ces pays, aggravée par la pandémie de Covid-19, accentuant le chômage et les problèmes socioéconomiques qui en découlent. Il suffit d'une étincelle pour déclencher des troubles sociaux de grande envergure dans ces 37 pays, particulièrement dans les pays subsahariens, les plus exposés aux troubles de par les poches de pauvreté qui vont s'élargir et provoquer une crise alimentaire, indique le rapport.
Doit-on croire qu'il s'agit d'un rapport alarmiste ou peint-il une réalité à laquelle il faut s'attendre ? L'avenir n'est pas seulement incertain pour ces 37 pays mais, à quelques exceptions près, pour tous les pays de la planète. Et, il serait plus utile de prendre au sérieux ce que dit ce rapport afin de parer au plus pressé face à d'éventuels troubles sociaux. Non pas en méditant sur les moyens de répression des populations mais de gérer au mieux la situation dans le sens d'un apaisement de leurs souffrances et éviter le pire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.