Tottenham : Mauvaise nouvelle pour Son Heung-min    Fatma-Zohra Zerouati élue à la tête du parti TAJ    Liban: appels à s'attaquer aux raisons de l'obstruction pour surmonter l'impasse politique    L'opération de révision des listes électorales s'est déroulée dans de bonnes conditions    Adel Kansous installé dans sa nouvelle fonction de PDG de l'ANEP    Sahara occidental: mise en garde contre l'escalade marocaine    Le procès en appel de Ali Haddad reporté au 11 octobre    Accidents de la route: 6 morts et 390 blessés en une semaine dans les zones urbaines    Rentrée scolaire 2020-2021: la date pas encore fixée    Covid-19: 153 nouveaux cas, 104 guérisons et 3 décès    Ferhat buteur face au RC Lens    ANSEJ : Large mouvement au niveau des directions d'annexes    Le MSP décide de voter "Non" à la révision constitutionnelle    EMIGRATION CLANDESTINE : Sauvetage de 755 personnes durant la dernière semaine    RAGE : 900 cas et 15 décès en Algérie en 2019    MOSTAGANEM : 100 logements sociaux et des questions à Fornaka    SIDI BEL ABBES : Commémoration de l'assassinat des 11 enseignantes    Alger : sit-in des avocats pour réclamer le règlement de leurs problèmes professionnels    Schalke 04 : Bentaleb voit son entraineur se faire limoger    CONDOLEANCES    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    23 morts dans le crash d'un avion militaire    40 terroristes présumés tués par l'armée    Ces nids à problèmes    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    "On veut nous neutraliser !"    Les locataires tirent la sonnette d'alarme    Les travaux traînent en longueur    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    La Foire du livre de Francfort invite les libraires pour une formation    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    FC Barcelone : le grand «Koemancement»    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    AS Aïn M'lila: Un retard considérable à rattraper    LES CROCS AIGUISES DE LA REALITE DES PRIX    Faire le pied de grue devant un distributeur fâché    Tlemcen: Un nouveau quota d'eau pour les terres agricoles de Fehoul    Massacres du 17 octobre 1961: Une Association française demande la reconnaissance du crime    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    L'avis des experts    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Importation: Pas de retour aux licences    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 08 - 2020


Le harrag anonyme : il avait tellement soif de vivre qu'il s'enivrât... jusqu'à la noyade dans un verre grand comme la Méditerranée ! Sa vie durant, il passa le temps à regarder la vie lui faire des œillades, à travers la vitre translucide d'un aquarium à poissons rouges. Jusqu'à l'âge de déraison, où le prit à la gorge l'envie de boire la tasse sans jamais étancher sa soif de (sur) vivre ! Coincé entre un jour sans pain et une nuit sans grabat, il regarde la vie lui filer entre les doigts. Jusqu'au jour où il embarqua sur une grande voile fripée, la toison aux quatre vents. Pour se pourlécher la peau de caresses urticantes, il fera connaissance avec une méduse au cri de sirène. Son premier divorce d'avec la vie, il le fera avec la prodigalité liquide dans laquelle il ne s'est jamais mouillé, ni les doigts de la main gauche, ni le petit doigt du pied droit, ni même un traître cheveu sur sa tête de Turc. A la surface de l'eau, il observe, songeur, la houle qui ne joue pas à divertir les vagues. Derrière son dos rond se cache un requin omnivore. Ce dernier, caché sous une salopette en bois vermoulu d'un cheval de Troie, offre au harrag anonyme un aller sans retour à destination du pays de cocagne. Et en voulant escalader ce qu'il croyait être un mât de cocagne, il se retrouva perché sur les cimes envenimées d'un gibet de potence au sommet duquel il sera scalpé vif. Coincé dans l'œsophage de l'homme-squale, il est traîné loin au large de toutes les causes perdues à la rencontre de l'île promise. Solitaire comme Moïse face à la mer Rouge, il monte sur le creux des vagues pour crier son amour à sa famille laissée de l'autre côté de la vie d'ici-bas. Dans un face-à-face fatal avec l'homme-squale, le harrag anonyme, dans son épique traversée vers le pays de cocagne, est soumis à l'épreuve terrible de la roulette russe. Ratant d'un cil de se faire arracher le bourrichon par une murène affamée, il est vite tiré hors de l'eau par l'homme-squale qui le cacha aussitôt dans l'estomac d'un orque en colère. Happé ensuite par un cétacé friand de chair tendre, il est tiré par la langue avec deux bras et une jambe sectionnés. Et l'homme-squale le tira à la surface de l'eau, pour le faire marcher sur l'eau sans jamais laisser de traces ni échapper une seule bulle. Arrivé à mille lieues du rivage de tous les pièges, le harrag anonyme fit la rencontre impromptue avec une pieuvre qui l'enlaça jusqu'à l'étouffement, avant de lui seriner à l'oreille que les voies de la mer sont inviolables. Au sommet d'une vague ellipsoïdale, l'homme-squale, charogne à ses heures paumées, surgit pour réclamer encore et toujours des sous mouillés à l'homme-épave, transformé en homme-tronc. Buvant l'océan par rasades entières, seule sa tête sera retrouvée, la bouche obstruée avec un bâillon en plastique, dans le ventre creux d'un requin repu rôdant près du marigot des caïmans. Dans un dernier râle avant de couler droit vers les profondeurs abyssales de la mer traîtresse, le naufragé ne manqua pas de braquer son œil embué à l'adresse de l'homme-squale venu embrasser très fort la gueule béante du requin en col blanc, converti plus tard en un passeur aux mâchoires en béton...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.