Le Real privé de Kroos pour les deux prochaines rencontres    Le Président de la République préside une séance de travail dédiée au secteur des Sports    Exposition d'arts plastiques à Khenchela: des œuvres de peintres de 23 pays    Atlético : La piste Edinson Cavani n'a pas été abandonnée    Man Utd n'a pas jeté l'éponge pour Jadon Sancho    Benbouzid: le ministère disposé à consolider les relations avec les associations des cancéreux    Exploitation de l'or: respecter le cahier des charges pour préserver cette richesse minière    FLN : Baadji soutient le projet de révision de la Constitution    Laïb destitué de la présidence de l'USM El Harrach : Un directoire prend les commandes    CR Belouizdad : Saâd s'engage pour 4 ans    CAN-U20 : Les Verts entament un stage à Alger    Boukadoum reçu par le chef du Gouvernement tunisien    Le gouvernement sahraoui condamne "les allégations mensongères" du PM marocain    Des peines de prison pour usurpation de fonction au ministère de la Justice    INVESTIGATIONS LIEES A LA CYBERCRIMINALITE : Des juges algériens prennent part à un atelier international    Organisation d'examens pour les étudiants résidant dans le Sud    STATIONS SERVICES : Vers la suppression de l'essence super avec plomb    L'UNOA boycotte l'activité judiciaire au niveau national    Lutte contre la rage: atteindre l'objectif de "zéro cas" en Algérie    Amaaaar ! Parloir ! C'est pour la passation de consignes !    Campagne de sensibilisation pour l'utilisation des TPE    La flamme de l'espoir    Adel Kansous, nouveau P-dg de l'Anep    Mohamed Sbahi dément sa convocation par la justice    Nabila Smaïl démissionne de l'APW de Tizi Ouzou    L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Mandi buteur face au Real    Investiture controversée de Loukachenko au Bélarus : L'opposition redescend dans la rue    Le ministère de la Défense dénonce une atteinte à la sécurité    Le SG de l'ONU en appelle à la responsabilité des états    Téhéran dévoile un nouveau missile sur fond de tensions avec les états-Unis    Les partenaires sociaux pas très convaincus    Visite du président du gouvernement espagnol    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un tribunal de la "raison" et de la "saison"    "Le prix Yamina-Mechakra toujours dans l'attente d'un agrément"    Beni Amrane : Le déplacement de la stèle des martyrs contesté    Mutisme !    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Djelfa: Trois morts dans une collision    La protection civile fait son bilan    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Les contaminations continuent de baisser    Sit-in des avocats à Alger    Report du procès en appel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 08 - 2020

Cinquante-huit ans après l'indépendance, les blessures de l'histoire demeurent profondes dans les deux rives de la Méditerranée.
Le temps n'a pas guéri toutes les blessures et la volonté politique pour une écriture d'une histoire commune entre l'Algérie et la France peut-t-elle cicatriser les plaies ouvertes de la mémoire ? Abdelmajid Chikhi, directeur général des Archives nationales et Conseiller du président de la République, chargé des Archives nationales et de la mémoire nationale, a révélé, jeudi, en marge d'une cérémonie en hommage à l'avocate et militante Gisèle Halimi, décédée mardi dernier, que l'écriture commune de l'histoire entre les deux pays «n'est ni souhaitable, ni possible». «L'Algérie attend de savoir les intentions françaises suite à la désignation de Benjamin Stora pour travailler sur le dossier de la mémoire avec l'Algérie et quel volet sera évoqué pour le lancement de ce travail commun (...) l'on parle d'une écriture commune de l'histoire, qui est, toutefois, ni souhaitable ni possible», a-t-il affirmé en ajoutant que «Benjamin Stora était à l'origine de l'initiative de l'écriture commune de l'histoire, mais il y a longtemps, en exprimant le souhait de voir des historiens, algériens et français, se rencontrer afin d'écrire l'histoire commune. Je pense qu'il a renoncé, dernièrement à cette idée, lorsqu'il avait reconnu que c'était difficile». Abdelmajid Chikhi se dit convaincu que «cela est vraiment très difficile, compte tenu de motivations qui diffèrent d'une partie à une autre». «Nous voulons une histoire nationale homogène et chronologique, alors qu'ils veulent une histoire fragmentée», a ajouté le directeur général des Archives nationales, soulignant qu'il y a beaucoup de questions (...) qu'ils veulent peut-être dissimuler et que le peuple algérien était victime d'une période coloniale féroce». Chikhi a cité les déclarations du Président Tebboune qui avait affirmé que «l'Algérie ne peut renoncer à son histoire, mais elle peut œuvrer avec l'autre partie à construire des relations équilibrées, ce qui est primordial dans les relations internationales. Néanmoins, l'histoire appartient au peuple algérien qui a le droit de savoir ce qui s'est passé».
A une question sur la démarche de restitution des archives, M. Chikhi a indiqué que le dossier est «en cours de traitement, en coordination entre plusieurs services de l'Etat afin de rapprocher les vues». Le constat de Chikhi sur l'impossibilité de l'écriture d'une histoire commune, entre les deux anciens ennemis, semble partagé du côté français par l'historien Benjamin Stora, chargé par le président français d'une mission sur «la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie». Benjamin Stora a, en effet, déclaré récemment dans une interview à RFI (Radio France Internationale) qu'une écriture commune de l'histoire de la colonisation reste assez problématique : «C'est très difficile parce qu'il existe des rapports à cette histoire qui sont très différents d'une rive à l'autre. L'histoire de la décolonisation et de la colonisation fabrique du nationalisme des deux côtés, c'est-à-dire le nationalisme impérial, colonial, du côté français, pendant très longtemps, et naturellement le nationalisme de libération nationale de l'autre côté de la Méditerranée. Ce sont des points de vue qui sont naturellement différents d'une rive à l'autre.» D'après lui, «chaque pays, chaque groupe, possède ses mémoires, fabrique une identité à partir d'une mémoire particulière (...) On ne peut jamais définitivement réconcilier des mémoires. Mais je crois qu'il faut avancer vers une relative paix des mémoires pour précisément affronter les défis de l'avenir, pour ne pas rester prisonniers, tout le temps, du passé parce que l'Algérie et la France ont besoin l'une de l'autre». Il a ajouté que «les débats entre historiens de toutes façons, existent depuis très longtemps sur l'histoire française et algérienne. Mais naturellement, il faut poursuivre ce débat».
«Je ne peux que me féliciter, poursuit-il, du fait que les deux responsables d'Etat puissent encourager ce type de production». L'auteur de La gangrène et l'oubli, la mémoire de la Guerre Algérie a livré quelques pistes sur les aspects autour desquels devraient s'articuler cette coopération : «Je travaille avec d'autres historiens qui sont des universitaires, et si on peut effectivement être encouragés, notamment par la création de postes, par l'accès aux archives, par la libre circulation d'une rive à l'autre de la Méditerranée, si on peut faire en sorte que cette coopération soit fructueuse pour aider les historiens à rédiger cette histoire, bien entendu, je n'en suis que plus favorable (...) Aujourd'hui, 60 ans après, on peut effectivement trouver des points d'accord sur la caractérisation du système colonial, un système injuste, inégalitaire, arbitraire, violent. Et on peut avancer sur la base de cet accord dans l'écriture historique pour pouvoir parler aux nouvelles générations.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.