Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Rencontre gouvernement-walis: Des instructions et des mises en garde    Contrôles renforcés aux frontières    Santé: Les pharmaciens demandent la révision de la carte de «répartition»    L'insomnie due au stress : pourquoi se produit-elle et comment y remédier ?    NA Hussein Dey: Blocages à tous les niveaux !    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    Hamza Rouabah, épidémiologiste au CHU de Sétif: «La vaccination des enfants est actuellement à l'étude»    La direction régionale du Commerce d'Oran dresse son bilan: Plus de 2.211 tonnes de produits saisies en 6 mois    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Les indépendants à l'assaut des communes    Le Gouvernement s'engage    Laporta aurait choisi Xavi    Brèves Omnisports    Mané: «Un match particulier face au Sénégal»    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Lamamra brille à New York    530000 Personnes vaccinées    La vie a repris ses droits    Qui contrôle les transporteurs?    La fin des enseignants non doctorants ?    125 nouveaux cas et 9 décès    «L'Algérie est une puissance régionale»    2.244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    Des salaires à corriger    La littérature comme réinvention perpétuelle du monde    Kaïs Saïed décide d'une série de mesures pour concrétiser la rupture    Un planning de rattrapage pour les travaux en retard    Décès de l'ancien international Rachid Dali    Fateh Talah la 2e recrue...    À la tribune de l'ONU, les Présidents sud-africain et namibien plaident pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Le congrès du FFS reporté    La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    La scène médiatique en deuil    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    À quand le vrai bonheur?    La presse en deuil    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Pétrole : le juste prix ?    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Formation en écriture cinématographique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Protection des terres agricoles: 700 personnalités en appellent à Tebboune
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 09 - 2020

Dans une lettre ouverte adressée au président de la République, Abdelmadjid Tebboune, 700 personnalités nationales tirent la sonnette d'alarme sur l'urgence de protéger le patrimoine des terres agricoles du pays contre toute forme de « détournement de sa vocation originelle ». Les signataires de la lettre ouverte interpellent également le premier magistrat du pays sur la nécessité de promulguer en urgence la « loi promise » par l'article 19 de la Constitution de 2016, qui doit déterminer les modalités de mise en œuvre de cette protection. « À l'heure où toutes les Nations du monde ont compris que le salut de l'Humanité toute entière est dans la mobilisation générale pour sauvegarder notre biosphère et son système, en Algérie, les ressources naturelles (sol, eau, ressources naturelles, environnement et espaces de vie et de travail) restent livrées, depuis de longues années, à un ensemble de prédateurs et de spéculateurs de tous genres, reléguant au second plan ce que nous pourrions (et devrons) laisser à nos enfants comme ressources », lit-on en guise de préambule dans la lettre ouverte, avant de constater, que ces éléments indispensables à la vie « ne sont, malheureusement, pas protégés par la loi».
La lettre note que dans son article 19, la Constitution algérienne de 2016, stipule que « l'Etat garantit l'utilisation rationnelle des ressources naturelles ainsi que leur préservation au profit des générations futures. L'Etat protège les terres agricoles. L'Etat protège également le domaine public hydraulique. La loi détermine les modalités de mise en œuvre de cette disposition». Mais dans les faits, est-il souligné, « le retard incompréhensible de la promulgation de la loi « promise » semble encourager les prédateurs et les spéculateurs, dont le seul souci est le profit immédiat, à faire main-basse sur les terres agricoles à haut potentiel » pour les détourner, est-il déploré, « de leur vocation originelle vers la construction de biens et la promotion immobilière (à haut profit) ». Et de se poser la question : « s'agit-il réellement d'un oubli ou tout bonnement d'une sournoise manœuvre de ceux qui n'ont pas digéré le fait que l'Algérie soit indépendante? » Les rédacteurs de la lettre ouverte recommandent, par ailleurs une série de mesures à même de garantir « la protection de notre patrimoine commun, particulièrement, la terre et l'eau, et l'éloignement des prédateurs,» sans pour autant « préjuger du contenu de cette action législative attendue, » est-il souligné. On recommande ainsi, « la qualification de criminel de tout acte de destruction et de détournement de vocation et de destination du foncier et de la ressource en eau, la poursuite et la condamnation à de lourdes peines de prison et d'amendes de tout auteur de ces crimes coupables d'avoir ôté la vie à la terre, cette mère nourricière et éternelle, et enfin, la révision et le durcissement des procédures de déclassement de terres et de l'eau au profit des réalisations d'intérêt général (procédure à étendre nécessairement au privé), actuellement en vigueur doivent être réalisées de manière à les rendre plus efficaces et faire que les destructions en question inenvisageables et ce, quel que soit le statut juridique de ces biens communs. » Les signataires appellent, enfin le Chef de l'Etat, à faire preuve de la même diligence utilisée pour la protection du corps médical « matérialisée par l'adoption d'une ordonnance », en veillant à ce qu'il soit légiféré le plus tôt possible pour assurer « la protection de notre patrimoine commun dont il est question, notre mère nourricière ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.