Convalescence    Le projet de l'amendement constitutionnel "un défi dicté par les aspirations du peuple''    Le projet accorde un "privilège constitutionnel" aux communes manquant de sources de financement    GEST-IMMO (AADL) : Prestataire de service ou coquille vide ?    L'Algérie réitère son soutien "inconditionnel" à la cause palestinienne    Regagner sa position    Bordj Bou Arréridj : La SDE revient à la charge    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Suivre les consignes ou se tirer !    Samir Karim Chaouche nouveau président    Ibbou s'incline en quarts de finale à Monastir    MCA : El Ghorbal aujourd'hui à Alger    Un fléau à Mostaganem    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Petit vampire de Joann Sfar, de la BD au grand écran    Le Royal Opera House : Vente d'un tableau de Hockney pour survivre à la pandémie    Bibliothèque principale de lecture publique «Assia Djebar» à Tipasa : «Nous remercions Mme Sebbah Saâdia pour avoir fait aimer le livre à nos enfants»    Naissance d'un comité de soutien à Mohamed Tadjadit    Atteindre un taux de 70% de stations-service proposant le Sirghaz d'ici 5 ans    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    Le président Tebboune confiné    Ni détecteur de température ni gel désinfectant    10 décès et 250 nouveaux cas    L'élection présidentielle anticipée fixée au 10 janvier    L'Ethiopie dénonce des "menaces belliqueuses" de Trump    Le Soudan se rapproche d'Israël    Novembre qui rassemble, Novembre qui divise    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    La passion retrouvée    Les conséquences de la consommation des farines raffinées    Man City : Mahrez revient sur son transfert raté à l'OM    Campagne de contrôle de l'eau des colporteurs et des puits: La commission des MTH s'inquiète à nouveau de l'excès de nitrates    Rejet de déchets sur la voie publique Une trentaine de commerçants contrevenants mis en demeure    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    Et l'ennui naquit à l'université !    Le foncier industriel sous la loupe    Nouveaux bacheliers: Début des préinscriptions    L'ISSUE DES BRAVADES    Le gouvernement contre-attaque    Dernière ligne droite du mercato estival    Le MSP pointe du doigt Macron    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Sous le sceau du numérique et des solutions technologiques    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libye, la rue imposera-t-elle sa solution?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 09 - 2020

Les lignes bougent en Libye. Va-t-on vers une solution politique tant voulue par une forte partie de la communauté internationale et par les Libyens eux-mêmes, usés par un conflit qui s'éternise ou vers un autre épisode de tumulte pour la prise de pouvoir ? Jusque-là, le sort de la Libye était discuté entre puissances étrangères, généralement influentes auprès de l'une ou l'autre des autorités rivales libyennes, mais cette fois-ci, c'est le peuple libyen qui semble imposer sa logique face aux velléités guerrières, qui ont finalement mené le pays à la ruine. L'empreinte du « Harak» libyen, qui a pour nom « Harak Al-Shabab 23/08 », qui a été initié par des manifestations à Tripoli, Misrata et Zawiyah à la fin du mois d'août dernier pour dénoncer les conditions de vie « insupportables » dans le pays, a mis dos-à-dos les autorités de l'Est et de l'Ouest. Un engagement de cessez-le-feu a été accepté par les deux parties à l'ombre de ces manifestations de colère, rappelant « le jour de la colère » d'un certain 11 février 2011, qui a entraîné la chute du régime de Mouammar Kadhafi, et qui aurait donné à réfléchir au gouvernement de Fayez Sarraj et ses rivaux à l'Est. On peut constater que c'est dans ce climat marqué par la descente des Libyens dans les rues qu'une cascade de démissions est en train de prendre forme pour laisser place à une solution politique durable. Le Premier ministre du Parlement à Tobrouk, Abdullah al-Zani, a annoncé sa démission au début du mois de septembre, suivi par le chef du gouvernement d'accord national (GNA), Fayez Sarraj, qui a annoncé mercredi dernier, alors que les pourparlers de paix s'accélèrent, et la rue gronde toujours, son intention de démissionner, en soulignant qu'il «remettrait le pouvoir à son successeur avant octobre». Soit après l'élection d'un nouveau Conseil présidentiel. Une élection qui focalise, désormais, tous les intérêts, notamment ceux des puissances étrangères engagées dans le conflit libyen. Ainsi, Saoudiens, Emiratis, Egyptiens, Russes et Français, les soutiens du maréchal Haftar, avec en face Turques et Qataris, soutiens du GNA de Sarraj, ne vont pas rester les bras croisés à attendre sur quoi aboutiraient ces prochaines élections. Et l'Algérie dans ce décor qui se dessine chez son voisin de l'Est ? Mis à part la volonté des autorités algériennes d'œuvrer pour une solution politique avec l'engagement de tous les Libyens, sa marge d'influence sur le terrain des évènements reste mince.
Il est vrai que l'Algérie n'a pas d'autre agenda que de voir la paix se rétablir en Libye, mais d'autres puissances étrangères, qui militent aujourd'hui pour la même solution, ne veulent pas pour autant rester en retrait de cette reconfiguration du pouvoir en marche.
Ou n'y a-t-il rien de tel à l'horizon qui mériterait qu'on s'y attarde ? Déjà, les observateurs dissertent sur la victoire de la Turquie aux dépens des Européens dans la précipitation des évènements, dont les démissions en série, l'éloignement et le retour rapide de l'influent ministre de l'Intérieur, Fathi Bashagha, et la poursuite des efforts en vue de booster les pourparlers interlibyens prévus en octobre à Genève, qui devraient aboutir au choix d'un nouveau Conseil présidentiel. Quand d'autres font remarquer en même temps que la situation reste incertaine sur le terrain, avec une rue toujours en colère et des politiciens qui ne montrent pas tout leur jeu. On y va, mais on n'est pas encore arrivé à la sortie de la crise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.