Les présidents de trois partis reçus par le chef de l'Etat    Les explications de Cevital    163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès en 24 heures    Le leader en péril à Biskra    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    Enfin la "reconnaissance" par un président Français !    Les facteurs déterminants du cours des hydrocarbures    Les Soudanais autorisés à entrer en Algérie    RCR-USMBA délocalisé au stade de Chlef    Le MCA pour sauver son image    L'Algérie entame sa véritable course dans le processus de l'émergence    Suspension des vols charters entre Alger et l'aéroport chinois Chengdu    Le tribunal de Fellaoucene ordonne une enquête préliminaire    «Mon plus grand soutien, c'est l'Armée !»    Enregistrement audio de chansons et musiques    La France reconnaît que son armée a assassiné Ali Boumendjel    Le court métrage algérien «Mania» primé    Djerad: mettre en place des plateformes en ligne pour les demandes d'exercice d'activité socio-économiques    La RASD, un combat séculaire, une volonté populaire pour une défaite Inéluctable du colonialisme    Beldjoud préside la cérémonie d'installation du wali d'El Meghaier    Accidents: 7 morts et 393 blessés en une semaine dans les zones urbaines    Algérie Poste: es vignettes automobiles disponibles dans tous les bureaux postaux du pays    Le Maroc doit rendre des comptes concernant l'occupation illégale des territoires sahraouis    Arsenal: Arteta répond à la rumeur du Barça    Coronavirus: 163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès    Des vents forts souffleront mercredi et jeudi sur plusieurs wilayas du sud du pays    M. Chitour évoque les opportunités de coopération et de partenariat avec l'ambassadeur d'Espagne en Algérie    Prétendu engagement militaire de l'Algérie dans le Sahel: l'ambassade de France dément des propos attribués à Macron    Karouf dans l'attente des nouvelles recrues    Le lion change de look    Actuculte    L'Allemagne reconnaît le droit du Sahara occidental à l'indépendance    Zones d'ombre: le programme du président de la République sera concrétisé    Radiothérapie : de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Voici les pays qui mènent la course    Indispensable neutralité    Elections, ANP, économie nationale: Tebboune s'explique    Relance des enquêtes ménages à Aïn El Turck: Les mal-logés crient leur désarroi    Marche des étudiants à Alger    Relaxe pour le maire d'Afir    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    Des changements chez l'Algérienne des Assurances    La défense réclame la présence des accusés    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie
Tout en multipliant les violations de la trêve en Libye
Publié dans Liberté le 22 - 02 - 2020

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, s'est entretenu jeudi à Istanbul avec Fayez al-Sarraj, après que la Turquie eut assuré que ses engagements en Libye étaient liés à un cessez-le-feu.
L'homme fort de l'est de la Libye, le général à la retraite Khalifa Haftar, a menacé hier de s'opposer militairement "aux envahisseurs turcs", si les négociations de Genève sur un cessez-le-feu "échouent". Khalifa Haftar a été reçu mercredi par le ministre de la Défense russe à Moscou.
Dans une déclaration rapportée hier par l'agence de presse russe Novosti, Haftar, accusé lui-même de multiplier les violations de la très fragile trêve entre les belligérants libyens, a soutenu que "si les négociations à Genève ne débouchent pas sur la paix et la sécurité dans notre pays, que les mercenaires ne repartent pas d'où ils viennent, alors les forces armées (de Khalifa Haftar) rempliront leur devoir constitutionnel (...) de défense face aux envahisseurs turco-ottomans".
"Notre patience atteint ses limites", a-t-il ajouté en guise d'avertissement. Feignant d'œuvrer pour l'instauration de la paix, Haftar tente en vérité d'endosser l'éventuel échec des pourparlers de Genève à son rival Al-Sarraj, chef du Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU et soutenu par la Turquie.
Ainsi, pour Haftar, les pourparlers de la capitale suisse ne pourront aboutir qu'en cas de "retrait des mercenaires syriens et turcs, la fin des livraisons d'armes de la Turquie à Tripoli et la liquidation des groupes terroristes".
Quid des mercenaires russes présents en Libye aux côtés des troupes du général va-t-en-guerre ? Evidemment, Haftar fait mine d'oublier qu'il est lui-même appuyé militairement par des puissances étrangères dont l'implication ne fait qu'entraver toute résolution du conflit par la voie politique.
C'est dans ce contexte difficile que les pourparlers militaires inter-libyens dans la capitale helvétique ont repris jeudi, au lendemain de l'annonce par le GNA de son retrait de la table des discussions après le bombardement du port de Tripoli par les troupes de Haftar. Le même jour, le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est entretenu à Istanbul avec le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, après que la Turquie eut assuré que ses engagements en Libye étaient liés à un cessez-le-feu. Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a déclaré à la télévision publique TRT Haber que les engagements de la Turquie en Libye étaient "liés au cessez-le-feu". "Si le cessez-le-feu n'est pas maintenu, le transfert vers un processus politique est très difficile", a ajouté le ministre. Pour rappel, le cessez-le-feu entre les rivaux libyens a été conclu en janvier sous les auspices de la Russie et de la Turquie mais sans grands résultats sur le terrain. Mercredi, le port de Tripoli a été la cible d'une attaque de missiles, qui a provoqué d'importants dégâts, selon le GNA qui accuse l'armée nationale libyenne (ANL) de Khalifa Haftar d'être derrière cette énième agression. L'attaque a été confirmée aussi par la mission de l'ONU en Libye, dénonçant une violation flagrante de la trêve, en cours depuis le 12 janvier.
Pas moins 150 violations de la trêve ont été enregistrées depuis cette date selon l'ONU, qui déplore par ailleurs la poursuite des violations par les puissances étrangères de l'embargo sur les armes en Libye.

Karim Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.