Constitution: les droits et libertés consacrés par une vingtaine de nouvelles dispositions    La constitutionnalisation de l'ANIE: un gage de transparence de tout scrutin    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    La colère de Zeghmati    Le procureur veut alourdir les peines pour Ouyahia et Eulmi    "Réunir la famille du FFS sous un même toit"    Louisa Hanoune pointe "une régression des libertés"    Ce qui est reproché à Noureddine Tounsi    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani autorisé à entrer en Algérie    La fille des Aurès    Les non-dits    Dumas : "Je suis satisfait"    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans le vol de véhicules    Les spécialistes plaident pour des décisions prudentes    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Les paramédicaux face à la sourde oreille de la DSP de Bouira    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Marche pacifique et arrestations à Tichy    Des sites archéologiques à l'abandon    JSMB : La saignée a commencé    AGEx de la SSPA/USM el Harrach : Retrait de confiance à Laïb acté aujourd'hui    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Oussama Sahnoune, nageur International : «Je vise la finale olympique à Tokyo»    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Importation: Pas de retour aux licences    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Bouira - Algérie Télécom : forum sur les nouvelles technologies numériques    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    LES FAUSSES INTIMITES DANS UN MONDE NU    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    M6, La petite chaîne qui «mente» !    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    Belhimer: le débat sur la Constitution dénote la conscience du peuple qui suit de près le sujet    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie
Tout en multipliant les violations de la trêve en Libye
Publié dans Liberté le 22 - 02 - 2020

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, s'est entretenu jeudi à Istanbul avec Fayez al-Sarraj, après que la Turquie eut assuré que ses engagements en Libye étaient liés à un cessez-le-feu.
L'homme fort de l'est de la Libye, le général à la retraite Khalifa Haftar, a menacé hier de s'opposer militairement "aux envahisseurs turcs", si les négociations de Genève sur un cessez-le-feu "échouent". Khalifa Haftar a été reçu mercredi par le ministre de la Défense russe à Moscou.
Dans une déclaration rapportée hier par l'agence de presse russe Novosti, Haftar, accusé lui-même de multiplier les violations de la très fragile trêve entre les belligérants libyens, a soutenu que "si les négociations à Genève ne débouchent pas sur la paix et la sécurité dans notre pays, que les mercenaires ne repartent pas d'où ils viennent, alors les forces armées (de Khalifa Haftar) rempliront leur devoir constitutionnel (...) de défense face aux envahisseurs turco-ottomans".
"Notre patience atteint ses limites", a-t-il ajouté en guise d'avertissement. Feignant d'œuvrer pour l'instauration de la paix, Haftar tente en vérité d'endosser l'éventuel échec des pourparlers de Genève à son rival Al-Sarraj, chef du Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU et soutenu par la Turquie.
Ainsi, pour Haftar, les pourparlers de la capitale suisse ne pourront aboutir qu'en cas de "retrait des mercenaires syriens et turcs, la fin des livraisons d'armes de la Turquie à Tripoli et la liquidation des groupes terroristes".
Quid des mercenaires russes présents en Libye aux côtés des troupes du général va-t-en-guerre ? Evidemment, Haftar fait mine d'oublier qu'il est lui-même appuyé militairement par des puissances étrangères dont l'implication ne fait qu'entraver toute résolution du conflit par la voie politique.
C'est dans ce contexte difficile que les pourparlers militaires inter-libyens dans la capitale helvétique ont repris jeudi, au lendemain de l'annonce par le GNA de son retrait de la table des discussions après le bombardement du port de Tripoli par les troupes de Haftar. Le même jour, le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est entretenu à Istanbul avec le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, après que la Turquie eut assuré que ses engagements en Libye étaient liés à un cessez-le-feu. Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a déclaré à la télévision publique TRT Haber que les engagements de la Turquie en Libye étaient "liés au cessez-le-feu". "Si le cessez-le-feu n'est pas maintenu, le transfert vers un processus politique est très difficile", a ajouté le ministre. Pour rappel, le cessez-le-feu entre les rivaux libyens a été conclu en janvier sous les auspices de la Russie et de la Turquie mais sans grands résultats sur le terrain. Mercredi, le port de Tripoli a été la cible d'une attaque de missiles, qui a provoqué d'importants dégâts, selon le GNA qui accuse l'armée nationale libyenne (ANL) de Khalifa Haftar d'être derrière cette énième agression. L'attaque a été confirmée aussi par la mission de l'ONU en Libye, dénonçant une violation flagrante de la trêve, en cours depuis le 12 janvier.
Pas moins 150 violations de la trêve ont été enregistrées depuis cette date selon l'ONU, qui déplore par ailleurs la poursuite des violations par les puissances étrangères de l'embargo sur les armes en Libye.

Karim Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.