Covid-19 : Rapatriement des Algériens bloqués en Turquie dans deux ou trois jours    Président Tebboune : l'Algérie a été la première à prendre les mesures contre le coronavirus    Coronavirus: Une aide de 130 millions USD proposée à l'Algérie par la BM et le FMI    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Ouverture d'un compte courant postal de solidarité pour les dons    L'Algérie face à un casse-tête    Des sanctions prévues…    9 nouveaux décès et 132 cas supplémentaires    Griezmann interrogé sur la polémique Benzema/Giroud    L'infrangible lien…    Le Président de la République s'entretient par téléphone avec son homologue turc    Les feuilles de l'automne    COVID-19 : Ouverture d'un CCP de solidarité pour les dons    UNIVERSITE DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES D'ALGER : Reprise des cours le 5 avril via une plateforme numérique    COVID-19 EN ALGERIE : 716 cas confirmés et 44 décès    Une décharge doit être signée avant l'application de la chloroquine !    Aïcha Zinaï claque la porte du CNDH    Propagation du covid19-ANP: des instructions sur les dispositions préventives    Un navire battant pavillon des Iles Marshall impliqué dans le pillage des richesses sahraouies    Ligue 1: le joueur a besoin d'au moins trois semaines pour reprendre la compétition    Sahara Occidental: 139.000 t de poissons congelés exportés illégalement par le Maroc en 2019    Lancement des premières journées virtuelles du court métrage    Coronavirus: Feghouli fait un don pour un hôpital d'Istanbul    Le report des jeux méditerranéens d'Oran officialisé    Pétrole: le prix du Brent en hausse grâce à la reprise de la demande chinoise    Vers une contribution financière et matérielle de la FAF    "L'état de santé de Karim Tabbou s'améliore"    Le gouvernement parie sur la solidarité    Déclaration    TV-6 de l'EPTV récupère des journalistes de Dzair TV    Une exposition virtuelle en temps de confinement    Une ode aux victimes de la décennie noire    Un bébé succombe au Covid-19 aux Etats-Unis    L'Italie espère de bonnes nouvelles la semaine prochaine    En difficulté: Les entreprises demandent l'aide de l'Etat    Bouira: Livraison de 4.900 quintaux de blé aux minoteries    A L'OMBRE DES MURS    LFP - Arrêt des compétitions: De redoutables conséquences pour les clubs    GMS Mercedes-Benz à l'arrêt    Hyundai GMI Al Djazair fermé temporairement    Zoubida Assoul parle de l'état de santé de Tabbou et Nekkaz    Covid-19 : Contribution financière du groupe parlementaire RND au Conseil de la Nation pour endiguer la pandémie    Covid-19 : un lot de 10.000 livres remis aux résidants des hôtels de confinement    N'ASSUME SES MISSIONS Aïcha Zinaï claque la porte du cndh    Musique- Bob Dylan : Sortie d'une nouvelle chanson    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie
Tout en multipliant les violations de la trêve en Libye
Publié dans Liberté le 22 - 02 - 2020

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, s'est entretenu jeudi à Istanbul avec Fayez al-Sarraj, après que la Turquie eut assuré que ses engagements en Libye étaient liés à un cessez-le-feu.
L'homme fort de l'est de la Libye, le général à la retraite Khalifa Haftar, a menacé hier de s'opposer militairement "aux envahisseurs turcs", si les négociations de Genève sur un cessez-le-feu "échouent". Khalifa Haftar a été reçu mercredi par le ministre de la Défense russe à Moscou.
Dans une déclaration rapportée hier par l'agence de presse russe Novosti, Haftar, accusé lui-même de multiplier les violations de la très fragile trêve entre les belligérants libyens, a soutenu que "si les négociations à Genève ne débouchent pas sur la paix et la sécurité dans notre pays, que les mercenaires ne repartent pas d'où ils viennent, alors les forces armées (de Khalifa Haftar) rempliront leur devoir constitutionnel (...) de défense face aux envahisseurs turco-ottomans".
"Notre patience atteint ses limites", a-t-il ajouté en guise d'avertissement. Feignant d'œuvrer pour l'instauration de la paix, Haftar tente en vérité d'endosser l'éventuel échec des pourparlers de Genève à son rival Al-Sarraj, chef du Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU et soutenu par la Turquie.
Ainsi, pour Haftar, les pourparlers de la capitale suisse ne pourront aboutir qu'en cas de "retrait des mercenaires syriens et turcs, la fin des livraisons d'armes de la Turquie à Tripoli et la liquidation des groupes terroristes".
Quid des mercenaires russes présents en Libye aux côtés des troupes du général va-t-en-guerre ? Evidemment, Haftar fait mine d'oublier qu'il est lui-même appuyé militairement par des puissances étrangères dont l'implication ne fait qu'entraver toute résolution du conflit par la voie politique.
C'est dans ce contexte difficile que les pourparlers militaires inter-libyens dans la capitale helvétique ont repris jeudi, au lendemain de l'annonce par le GNA de son retrait de la table des discussions après le bombardement du port de Tripoli par les troupes de Haftar. Le même jour, le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est entretenu à Istanbul avec le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, après que la Turquie eut assuré que ses engagements en Libye étaient liés à un cessez-le-feu. Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a déclaré à la télévision publique TRT Haber que les engagements de la Turquie en Libye étaient "liés au cessez-le-feu". "Si le cessez-le-feu n'est pas maintenu, le transfert vers un processus politique est très difficile", a ajouté le ministre. Pour rappel, le cessez-le-feu entre les rivaux libyens a été conclu en janvier sous les auspices de la Russie et de la Turquie mais sans grands résultats sur le terrain. Mercredi, le port de Tripoli a été la cible d'une attaque de missiles, qui a provoqué d'importants dégâts, selon le GNA qui accuse l'armée nationale libyenne (ANL) de Khalifa Haftar d'être derrière cette énième agression. L'attaque a été confirmée aussi par la mission de l'ONU en Libye, dénonçant une violation flagrante de la trêve, en cours depuis le 12 janvier.
Pas moins 150 violations de la trêve ont été enregistrées depuis cette date selon l'ONU, qui déplore par ailleurs la poursuite des violations par les puissances étrangères de l'embargo sur les armes en Libye.

Karim Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.