Campagne référendaire : le projet d'amendement constitutionnel consacre l'avènement de l'Algérie nouvelle    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    Des peines allégées pour Ouyahia et Youcef Yousfi    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    Un texte réglementaire pour fusionner les services du cadastre et de la conservation foncière    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    L'absence de blessures, principale satisfaction de Bensmaïn    Le Zamalek favorable au report de la demi-finale retour    Les écoliers ont rejoint leurs classes hier    Séisme de Mila: les listes préliminaires des concernés par l'indemnisation élaborées    Les lauréats sont connus    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    ASO Chlef : Deux autres stages au programme    On vous le dit    Gestion des médicaments psychotropes : L'application du décret exécutif reportée    Elle a tenu sa première réunion mardi : La coordination syndicale des musiciens est née    COA : Journée Sports et médias ce samedi    MO Béjaia : AG des actionnaires aujourd'hui    3ème édition du salon du bâtiment et des travaux publics à Constantine: une opportunité de promotion du produit local    Man City : Mauvaise nouvelle pour Fernandinho    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Procès de manifestants: Des libérations, des condamnations et des reports    La peur au ventre    Musulmans de France, tous coupables ?    Communication et impérialisme    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Réalisées sur les abords d'un oued asséché: Démolition de constructions illicites à Aïn El Turck    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Djerad donne le coup d'envoi à partir de Batna    Le bilan poursuit sa hausse en Algérie    Règlement de comptes au FLN    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    "La langue maternelle est une langue naturelle que rien ne peut effacer"    Le Sila, vitrine du monde de l'édition en Algérie    Professeur décapité en France: La confrérie alawyya condamne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Khayrek sbaq»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 09 - 2020


, ou ta générosité précède, est une vieille formule de reconnaissance, signifiée à l'adresse d'une personne généreuse, à qui on témoigne une grande gratitude. « Khayrek sbaq ! » est un témoignage et un sentiment d'affection qui veut dire que je n'ai pas oublié les bienfaits que tu m'as rendus auparavant. Le bien se trouve dans la gratitude, dans le respect, l'égalité et le partage avec les autres. Le bienfaiteur est un individu qui agit dans le sens du bien et du respect d'autrui. « Dir el kheir we n'seh », ou fais le bien et oublie-le, est une autre expression qui vante l'acte du bien, par le geste, ou par le mot pour réchauffer le cœur des personnes avec qui on a affaire et qui sont dans le besoin. Faire du bien dans la vie, c'est accomplir des bonnes actions pour rendre des gens heureux. Les gens bien sèment toujours du bien autour d'eux. Dans cette vie préoccupante, le bien et le mal se côtoient à chaque instant de cette existence impitoyable. La générosité et la solidarité doivent être réciproques entre les humains pour effacer le mal qui ronge la société. Mais comme on dit, tout le monde n'est pas beau ni gentil partout où l'on va. Aussi, la vérité de ce monde nous rattrape toujours, dans les moments les plus inattendus. Le revers de la médaille cache souvent des aspects qui nous surprennent dans les moments où on ne les attend pas. Sur ce territoire en mal de bien, le mal a surpassé de loin les actions positives. « Charek sbaq », ou ton mal précède, est une autre expression qui symbolise la méchanceté et le mal commis gratuitement contre des personnes, par des actions néfastes ou des paroles blessantes. Le mal est enraciné dans l'injustice, dans la violence, dans l'arrogance et, surtout, il est inné dans l'esprit des tyrans. Dans le présent, les actes qui décrivent le mal se sont multipliés à tous les niveaux de la société. On voit le mal s'afficher ouvertement et partout sans que cela ne choque les gens neutres qui évoluent entre le bien et le mal. Le mal a décrété la démission totale de la société. On vole, on soudoie, on triche, on agresse. Les hypocrites ont choisi leur camp pour continuer à semer le mal qui détruit le bien avec une grande animosité. Les rapports entre les humains sont devenus froids et l'esprit très agressif. La parole chaleureuse se fait tant désirer dans ces moments. Des gens, qui occupent des postes administratifs importants, deviennent arrogants envers les autres, qui, eux, sont à la recherche d'une justice égale pour tous. Les forces du mal sont aux aguets. Elles surveillent les gens qui propagent des actes convenables.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.