Le tourisme grand perdant    Lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    1.133 nouveaux cas, 649 guérisonset 15 décès    6 morts et 19 blessés en 24h    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    Macron provoque la tempête !    LDC : Séville se qualifie comme Chelsea pour les huitièmes    Schalke 04 : Un dirigeants recadre Harit    Réunion de Djerad avec les walis: la situation sanitaire et l'approvisionnement en eau potable au menu    L'Algérie, un "élément clé" dans les régions africaine et méditerranéenne    Le film "Abou Leila" de Amine Sidi Boumediene primé en France    Le report de plusieurs affaires pénales intervient à "la demande de la défense des accusés"    Sahara Occidental : Convergence des positions russe et algérienne    Jeux olympiques 2021 : remise de subventions à 325 athlètes représentant 21 fédérations    Pétrole: la demande mondiale atteindra près de 104 millions b/j d' ici 2025    STRESS HYDRIQUE : Des mesures urgentes pour assurer l'approvisionnement en eau    DEPUIS L'APPARITION DU CORONAVIRUS : Décès de 120 employés de la Santé    MOSTAGANEM : La Conservation des forêts retient un objectif de plus 300.000 plants    Médéa: neuf nouvelles communes "bientôt" alimentées à partir du barrage de "Koudiate Acerdoune"    Karim Tabbou répond à Emmanuel Macron    Foot / Ligue 1 (2020-2021) : Medouar prône l'union pour réussir une saison "exceptionnelle"    Real : Benzema trop court pour le match face à l'Inter Milan    Fin de l'AP-OTAN avec la participation d'une délégation de l'APN et du Sénat    Tergiversations au Conseil de la Nation    Le juge demande un complément d'enquête    La situation s'améliore nettement à Alger    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    L'Algérie perd 2 milliards de m3 de gaz à l'exportation    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le Soudan veut modifier la méthode des négociations    Plus de 10 700 dossiers pour 848 logements    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Le RAJ exige l'abandon des poursuites contre ses militants    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    L'INVICIBILITE DU TEMPS    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    1.005 nouveaux cas et 19 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présomptions condamnables ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 10 - 2020

Les services français chargés du traitement des demandes d'immigration, particulièrement les dossiers des demandes introduites pour l'obtention du statut de réfugié en France, ont-ils commis des erreurs d'appréciation ou sont-ils, eux-mêmes, égarés dans les méandres d'une politique jamais assise sur des bases clairvoyantes ? L'horrible crime qui a eu lieu vendredi 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), où un enseignant a été décapité par un élève tchéchène, résident en France sous le statut de réfugié, a provoqué un choc terrible qui serait à l'origine d'un changement profond en matière d'accueil des réfugiés et de gestion des cas dangereux parmi ceux qui ont, déjà, bénéficié de ce titre avant ce triste évènement. Probablement que rien ne sera plus comme avant après cet attentat terroriste. Avant, c'était la France qui accueillait sur son sol avec des facilités déconcertantes certaines personnes suspectes, drapées de l'activisme politique islamiste, généralement en tant qu'opposants aux régimes arabes ou de pays avec lesquels la France n'entretient pas de bons rapports. Aujourd'hui, c'est la France qui cherche à expulser ces étrangers jugés dangereux, particulièrement ceux qui se trouvent inscrits sur le fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Bien que l'auteur de l'attentat terroriste de vendredi dernier soit un Tchéchène, M. Gérald Darmanin, le ministre français de l'Intérieur, après une virée au Maroc, devrait se rendre en Algérie (dimanche 25 octobre) et en Tunisie, accompagné du patron de la DGSI et porteur d'une liste d'islamistes que la France veut expulser. Reste à savoir si ces pays seraient disposés à accueillir des personnes «innocentes» sur lesquelles pèsent des soupçons de passage possible aux actes terroristes ? Et, en matière de droit, serait-il possible d'expulser des étrangers légalement installés en France sur de simples présomptions, qui deviendraient condamnables, sur leur caractère d'islamiste radicalisé pouvant commettre des actes terroristes (sans en avoir commis aucun acte du genre) ? Pourtant, aucun juge ne pourrait condamner un accusé sur de simples présomptions. Mis à part les cas qui se trouvent en prison, difficile de convaincre les tribunaux que ne manqueraient pas de saisir les concernés.
L'humanitaire n'étant plus une doctrine qui a sa place dans la géostratégie internationale, devenu plutôt un alibi d'ingérence, s'agit-il d'une reconnaissance implicite quant à la fausse attitude en matière de traitement des demandes d'asile ? En tout cas, la réplique du ministre français de l'Intérieur, qui reflète la tendance de cette nouvelle politique, ne laisse aucun doute sur le durcissement dans la gestion du dossier de l'immigration, en général, et du traitement des demandes d'asile, en particulier. Officiellement, ordre a été donné d'examiner plus attentivement les dossiers des personnes qui souhaitent obtenir le statut de réfugié en France.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.