Quelles formes pénales ?    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    "Beaucoup reste à faire"    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Zeghdoud à la barre de l'USMA    Le compte à rebours commence    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    «Journée de la colère» avec une nouvelle dégringolade monétaire    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Lamentable posture pour les «démocrates»    Joan Laporta, le grand retour    Brèves Omnisports    Ouallal et Asselah précocement éliminées    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    La santé pour tout le monde    Une neuvième victime retrouvée    Fin de la polémique sur les «tarawih»    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    C'était un certain 08 mars 2007    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





UN DRAME DONT ON IGNORE LE BOUT
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 31 - 12 - 2020

Plus de 200.000 permis de construire gisent depuis plus de six mois dans les tiroirs de l'administration algérienne. On raconte que les responsables signataires seraient tétanisés et ont volontairement croisé les bras en se réfugiant aux antipodes de leur responsabilité pour faire bonne figure face à la rédemption prolifique actuelle engagée par les tribunaux. On aurait tort de déduire que cette inouïe fuite en arrière ne serait qu'un épiphénomène bureaucratique. L'énorme inertie administrative en tous lieux, des mairies, des daïrate, des banques et de tous les poumons chargés de donner un sens à la vie du pays est assimilable à une mortelle perfusion pour mettre à bas le pays.
Ce n'est plus de la classique bureaucratie qui nous était devenue familière, mais d'une profonde attaque sourde contre les aortes censées faire battre le cœur d'une patrie qu'il s'agit. Ce n'est pas non plus les petits et grands relents cachés de la familière corruption auxquels on pourrait attribuer les qualificatifs sans lettrines et sans initiales que l'on doit souligner. Il est devenu question d'un drame dont on ignore encore le bout.
La large indolence administrative bloquante avec ses conséquences affolantes est franchement comparable à un sabotage car les milliers de freins de toutes les natures ont des incidences directes sur une économie déjà sérieusement mise à mal. En la matière, une inertie délibérée prend la forme d'une franche action de traîtrise quelles qu'en soient les raisons qui l'ont guidée. Le malaise ainsi créé est contraire à la volonté nouvelle de moraliser une administration décriée et les résultats auxquels on a abouti sont totalement contradictoires avec la finalité attendue.
De ce fait, plus de 200.000 permis de construire bloqués renvoient à un nombre incalculable de travailleurs potentiels à recruter contraints à se croiser les bras par l'inconséquente force de sape d'une administration décidée à tout geler.
Sauf quand il est non conforme à la légalité, un document administratif non remis à son demandeur donne à l'Etat un profil d'ennemi primaire et pervertit la nécessaire confiance du citoyen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.