La position de Berlin sur le statut du Sahara occidental est la cause des frictions entre l'Allemagne et le Maroc    Un projet d'attentat déjoué à Alger    «Un courant obscurantiste tente de faire dévier la révolution»    Beldjoud préside l'installation du wali    Bou-Arréridj Verdict le 10 mars    La défense dénonce un mauvais traitement du détenu    À quel scénario s'attendre ?    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    Tebboune reçoit les présidents de 3 partis    L'ambassade de France s'explique    Le parti AfD placé sous surveillance policière    Derbies au Centre, duels à l'Est et à l'Ouest    Mouassa s'éclipse, Abbès s'annonce    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    5 décès et 163 nouveaux cas    Mahrez, étincelant    2 armes à feu récupérées par les services de sécurité    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le nouveau geste de Macron    Participation de 216 maisons d'édition    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Quel impact sur l'industrie de raffinage?    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    Messi fixe une deadline pour son avenir    RASD: la guerre contre l'occupant sera étendue jusqu'à la libération des territoires occupés    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    La mafia du foncier dénoncée    Bourita sur des charbons ardents    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Du caviar pour les siens    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





EVANESCENCE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 01 - 2021

Journée historique que ce mercredi passé comme aiment à le répéter bon nombre d'observateurs ? Peut-être si on reste plaqué dans l'instantané de l'événement. Que Donald Trump ait fait des siennes ne doit pas étonner et que le plus haut temple représentatif de ce qui a été convenu d'instituer comme symbole de la démocratie ne devrait pas surprendre.
Le fait reste autrement mieux significatif qu'une turbulence d'aigris parce qu'il s'en est dégagé une odeur tenace semblable à celle qui s'est propagée un certain 11 septembre 2001 et en même temps a miroité le spectre d'un Néron des temps lointains qui a brûlé Rome pour sous-entendre qu'ainsi se désagrègent les puissances et les suprématies. Sauf qu'à l'époque de l'empereur romain une telle ampleur des faits n'offrait pas un grandiose spectacle télévisé pour des milliards de téléspectateurs médusés. L'univers civilisé a été interloqué dans une espèce de mise à nu des préceptes d'une doctrine que le président de la première puissance mondiale a démontré qu'elle n'était finalement et dans son fond caché qu'un fantasme miroité avec abus.
La grande histoire a toujours démontré que l'évanescence d'une civilisation dominante débute par la folie d'un César et qu'en définitive Trump n'a pas à envier la déraison d'un Bokassa. On devine avec facilité ce que les faibles et les impuissants bousculés sans cesse de leçons éparses préconçues ont pensé et déduit d'un Capitole ainsi violé.
Toujours présenté en exemple sacré depuis 1789, l'incommensurable plateau de liberté et de justice, le cœur battant de ce qui était censé représenter un exemple béni au monde entier a été bel et bien terni. Dans les consciences, cette salissure inouïe ne doit pas être éloignée des longues marches à pied désespérées des migrants enjambant les continents. Elle rejoint aussi les millions de femmes et d'enfants non à l'abri de la fureur des canons pour que soit avouée la finale dégénérescence des démocraties pernicieusement mises en avant.
L'étonnement n'a nul besoin d'être de rigueur. L'association des grands événements dont seule l'histoire a le secret, de la folie des hommes à la rage de la nature, indique que le monde va changer de face et d'habits.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.