Le «verrou des 4%» abandonné ?    Grandiose marche des femmes à Alger    3 ans de prison ferme pour Anis Rahmani    «Consacrer le principe d'équité et de protection contre toute forme de violence»    La loi électorale pas encore prête    Le cinglant avertissement de la Banque d'Algérie    Public-privé : l'avis de l'OPGI    Satisfaction de Chems Eddine Chitour    Benziane reçoit le Coordonnateur résident du système des Nations Unies en Algérie    Des partis interpellent le gouvernement sur la question sahraouie    Dispositif sécuritaire renforcé à Dakar    L'optimisme reste de rigueur    APLS: poursuite des attaques contre les forces d'occupation marocaines    Laporta revient au Barça, la reconstruction peut commencer    Stage et tournoi international à Istanbul pour huit athlètes algériens    Fin de saison pour Ghoulam    Plus de 1 500 doses de vaccin anti-Covid-19 Sinopharm pour Jijel    3 kg de kif traité saisis    Une dizaine d'opérations chirurgicales sur des séquelles de brûlures    Choux aux épinards    Narimane Ghlamalah dévoile ses nouvelles toiles à Alger    La générale du monodrame Fitness jouée à Alger    "Mon récit est un écho criant à la Révolution du sourire"    Yasmina Khadra, en toute intimité    D'amour et de guerre : Une littérature de combat    JS Kabylie : Souyad, Kaddour et Benchaira opérationnels    Crue de l'Oued Meknassa à Chlef : le bilan s'alourdit à neuf morts    USM Alger : Zeghdoud remplace Froger    Le CRB forcé au nul par le CSC    Création de projets: 50% des microcrédits prévus en 2021 au profit des femmes    Le Liban renoue avec la contestation populaire : «Journée de la colère» au pays du Cèdre    Journée internationale de la Femme : Ouverture d'une exposition d'œuvres artistiques    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Les Algériens ont-ils encore mangé de la viande d'âne?    Les femmes battent le pavé à Alger    Lamentable posture pour les «démocrates»    La santé pour tout le monde    Fin de la polémique sur les «tarawih»    L'exercice 2020 par les chiffres    30 Morts    Les Verts dans l'expectative    Brèves    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    Le comédien Abdelkrim Kaârar n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 01 - 2021

  La Banque mondiale (BM) prévoit, dans une note de conjoncture (automne 2020), que l'Algérie «devrait enregistrer une contraction économique majeure en 2020», en raison de l'impact de la pandémie de Covid-19. Le document, publié le 7 janvier 2021, entrevoit néanmoins une « reprise partielle» en 2021 et 2022, conditionnée par une «réduction marquée des déséquilibres macroéconomiques» et une «relance franche de la demande intérieure globale, de la production et des exportations d'hydrocarbures». La note de la BM rappelle qu'en 2019 «le rythme de la croissance de l'économie algérienne s'est ralenti pour une cinquième année consécutive dans un contexte de mobilisation sociale et de transition politique prolongées, qui a affaibli la confiance et les dépenses des consommateurs et des entreprises».
L'année 2019 a été marquée par le «recul structurel du secteur des hydrocarbures » (-4,9%) et une «modeste augmentation» de 2,4% des secteurs hors hydrocarbures. «Le taux de chômage est resté stable à 11,4% en 2019, avec la création de 232.000 emplois entre avril 2018 et mai 2019», alors que «l'indice national des prix» est passé «de 3,5% en 2018 à 2,3% en 2019». Le déficit budgétaire global s'est quant lui «détérioré», passant «de 6,8% du produit intérieur brut (PIB) en 2018 à 9,6% du PIB en 2019», en raison de la «baisse des revenus des hydrocarbures et de l'augmentation des investissements publics», ajoute le document.
2020: pertes économiques «substantielles»
Pour les deux premiers trimestres de 2020, la Banque mondiale note une «contraction de l'économie» accentuée par les mesures de confinement liées à la lutte anti-Covid. Au premier trimestre 2020, «l'élan économique est resté faible» avec une «contraction de 3,9% de l'activité économique en glissement annuel», affirme le document. Pour le deuxième trimestre 2020, la Banque mondiale voit une «accentuation de la contraction globale», marquée par des «pertes économiques substantielles» des entreprises publiques, en particulier dans les secteurs de l'énergie et des transports. En l'absence de données «sur les pertes économiques du secteur privé», le rapport se base sur des «enquêtes» révélant des «activités gravement affectées par la pandémie de Covid-19» avec des «répercussions notables sur le marché de l'emploi». Selon le document, les secteurs les plus touchés sont «les transports, le tourisme, la restauration, l'hôtellerie, l'artisanat, l'énergie et le commerce de détail et de gros». A ces secteurs, il faut ajouter les « petites et moyennes entreprises, et les travailleurs indépendants et occasionnels» dont les activités ont été fortement touchées.
Pour l'ensemble de 2020, la BM prévoit que l'économie algérienne devrait enregistrer une «contraction importante du PIB réel» en raison du «double choc» de la crise sanitaire mondiale et la baisse des prix du pétrole.
«Contexte hautement incertain»
Pour la «reprise économique», la BM estime qu'elle sera «partielle» en 2021 et 2022, sous condition d'une «réduction marquée des déséquilibres macroéconomiques» et «par une relance franche de la demande intérieure globale».
Néanmoins, dans un «contexte hautement incertain», marqué par la «possibilité d'une crise sanitaire prolongée», et des «difficultés à répondre aux besoins de financement croissants du budget», «l'équilibre des risques affiche une tendance pessimiste», affirme le document.
La Banque mondiale note, tout de même, que «le Gouvernement algérien a annoncé d'ambitieuses réformes structurelles visant à accélérer la transition vers un modèle de développement économique tiré par le secteur privé, tout en préservant le soutien aux tranches les plus vulnérables de la population». Cependant, «la réussite de cette entreprise reposera sur le caractère décisif de l'agenda des réformes, sur l'ampleur de la réponse du secteur privé et sur la capacité des autorités à rétablir simultanément les équilibres macroéconomiques», ajoute la note de conjoncture de la BM.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.