CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    OL : Slimani s'enflamme pour Rayan Cherki    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Moteurs électriques : les 5 variantes    Un recyclage de nouvelle génération    Le rôle de la cité scientifique de Boumerdès dans la récupération de nos richesses en hydrocarbures    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Distribution prochaine de 154 LPA    Plusieurs maisons menacent effondrement    Droit d'inventaire vs changement de serrures    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    185 nouveaux cas durant ces dernières 24 heures    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    Sabri Boukadoum: Envoi de troupes en dehors des frontières, des «rumeurs infondées»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 01 - 2021

Des dizaines de communaux ont observé, hier, un sit-in devant le siège de la mairie d'Oran, pour dénoncer la situation délétère, en termes de salaire, dans laquelle ils se débattent. Les manifestants des travailleurs exerçant dans différents secteurs urbains dépendant de l'APC, chef-lieu de la daïra d'Oran, ont revendiqué les primes qu'ils devaient percevoir durant la crise sanitaire, conformément aux instructions du gouvernement. Brandissant des banderoles dénonçant l'opprobre auquel ils sont sordidement confrontés dans leur statut de travailleurs, depuis des années et les engagements non honorés des responsables locaux, les manifestants ont crié leur désarroi et leur désapprobation durant une partie de la matinée d'hier. Les revendications ont gravité essentiellement autour d'une augmentation du salaire, de la perception de la prime du Covid-19 et de l'amélioration des conditions de travail. « Cela fait 6 mois que nous n'avons pas perçu la prime du Covid-19 et nous dénonçons le laxisme et l'indifférence des responsables concernés, éprouvés à notre égard. Nous revendiquons également le rééchelonnement des salaires à hauteur du Smig, conformément aux normes universelles relative au statut du travailleur, ainsi que l'amélioration de nos conditions de travail », ont martelé en écho, sur un ton laborieusement sarcastique des communaux abordés sur les lieux par ‘Le Quotidien d'Oran', avant d'ajouter avec un mélange de colère, de sidération et de sarcasme « nous percevons un salaire mensuel de 9 000 DA, c'est absurdement insensé, une insanité et une honte à notre époque. La grande majorité d'entre nous sont des pères de famille. Nous n'avons perçu pas la prime de 25.000 DA depuis 6 mois. Nous travaillons dans des conditions épouvantables et effarantes, qui flirtent avec l'avilissement ». Par souci d'équité, nous avons vainement tenté de nous rapprocher des responsables concernés pour avoir leur version des faits. La semaine dernière, des travailleurs de la commune d'Oran, non affiliés à la section syndicale UGTA, se sont rassemblé devant le siège de la Recette communale d'Oran, sise au centre-ville, pour protester, contre des promesses non tenues par des responsables qualifiés d'incompétents ».
Selon les protestataire, cette action intervient après un ultimatum adressé aux autorités locales pour la satisfaction de leurs revendications et qui a expiré jeudi dernier.
Arborant des affiches demandant le départ des responsables de la direction des Finances de la commune d'Oran et le secrétaire de la Recette communale. Les protestataires ont exigé des explications sur les subventions accordées par la wilaya à la commune d'Oran. En résumé, ces travailleurs demandent le départ des responsables de la direction des Finances qui n'ont pas pu régler le problème financier dont ils souffrent. Pour rappel, ces communaux avaient annulé, mardi dernier, leur quatrième sit-in devant le siège de la Recette communale. Les travailleurs affirment avoir reçu des garanties sur la prise en charge de leurs doléances, mais rien n'a été fait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.