Salah Goudjil confirmé    Les avocats obtiennent gain de cause    «La pensée libre» à la barre    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Une "menace à la sécurité nationale", selon Hanoune    "Je veux une République sans haine"    Ould Kaddour dans le collimateur    Un site hautement sécurisé    Signature d'une convention pour la promotion des PME    Mohamed Bazoum Président    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Benchaïra indisponible pour une semaine    Le Mouloudia ne fait plus le poids    Un clasico sans âme    Les flammes de la passion    L' éternelle blessure    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément    Les dossiers de réhabilitation de 32 sites historiques à l'étude    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Ligue 2 - Groupe Ouest: Le CR Témouchent sur sa lancée    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Sans diagnostic point de remède !    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le président de la Confédération du patronat citoyen: «La bureaucratie, un vrai danger pour le pays»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 01 - 2021

  Dressant un constat des plus sévères de la situation économique du pays, le président de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), Sami Agli, a déclaré hier sur les ondes de la Radio nationale que «le plan de relance économique annoncé par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, est le plan de la dernière chance». S'inscrivant dans une démarche de rupture par rapport à l'ex-FCE, Sami Agli a expliqué que «le pays a hérité d'une situation catastrophique, puisque 2019 et 2020 étaient très compliqués et 2021 le sera d'avantage», a-t-il alerté. «Il faut des mesures urgentes de rupture pour sentir le changement de manière opérationnelle et rapide afin de réussir ce plan de relance économique», a-t-il martelé. Concernant les récentes réunions avec les différents ministres pour trouver des solutions rapides à cette crise qui perdure, le président de la CAPC a déploré que «les choses avancent uniquement sur le plan proposition». Et d'ajouter : «On nous a reçu, ils ont écouté nos problèmes, nos revendications et surtout notre avis sur ce que vit aujourd'hui l'économie, mais les décisions urgentes à prendre tardent à voir le jour».
Il s'est montré pessimiste quant à la situation actuelle des entités économiques dans leur globalité. «La crise fragilise davantage nos entreprises qui sont en train de s'enfoncer», a encore alerté Sami Agli, soulignant, au passage, que «les choses n'avancent pas comme on veut». «On doit réagir et vite pour sauver ces entreprises», et ce, en mettant fin aux lourdeurs administratives que le président de la République a considéré comme danger d'Etat», a encore déclaré l'invité de la Radio, qualifiant la bureaucratie comme «une autre forme de terrorisme qu'il faut absolument pénaliser puisque c'est un vrai danger pour le pays». «On est en détresse économique alors que les décisions ne sont pas appliquées. Ce n'est pas normal, il y a des directions qui n'accusent même pas réception de dépôt de notre courrier !» a-t-il révélé. Poursuivant son réquisitoire quant aux causes réelles à l'origine de la situation économique actuelle, Sami Agli a estimé que «la crise économique est profonde; en sortir nécessite d'agir tous ensemble, solidairement et à tous les niveaux».
Proposant des solutions du point de vue de l'organisation patronale qu'il préside, l'invité de la Radio a appelé à «une mobilisation de toutes les bonnes énergies pour pouvoir faire face et se projeter à l'avenir; il n'est pas normal qu'on arrive à cette stagnation et à cette inertie». En guise de conclusion, le président de la CAPC a estimé que «l'entreprise est la solution à la crise, mais il faut lui permettre de pouvoir se maintenir et se projeter».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.