Beldjoud préside l'installation du wali de Bordj Badji Mokhtar    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Tribunal de Sidi M'hamed: le procès de l'ancien wali de Blida Mustapha Layadhi reporté au 15 mars    Création d'un groupe d'amitié parlementaire entre l'Ouganda et la RASD    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Un espace d'accompagnement pour les jeunes    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    En raison d'une faible pluviométrie, les appréhensions des agriculteurs    Plus d'un kilo de kif saisi à Terga    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    Les principales décisions    Athlétisme-LAA : Reprise de la compétition…    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Retour sur les transferts de fonds à destination de l'étranger    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    La démonstration de force d'Ennahdha    Le décret publié au "Journal officiel"    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Dar Abdellatif (AARC) : célébration de la journée de la femme    Accès à Internet à Tizi Ouzou : Raccordement de 38 nouvelles localités en fibre optique    L'impératif de former un front interne solide pour protéger le pays contre les ennemies    Grâce à l'augmentation programmée de la production de la station d'El Mactaâ: La SEOR revient à une alimentation en H/24    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Mise en oeuvre des décisions du gouvernement: Tebboune ordonne la création d'un outil de contrôle    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Prise en charge des maladies rares: Un «véritable parcours du combattant» pour les patients    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"On voit le bateau couler et on ne fait rien"
Sami agli appelle a "pénaliser les bureaucrates"
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 01 - 2021

Sami Agli, président de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), a déploré le retard dans l'application des "mesures d'urgence" pour sauver les entreprises privées en crise.
Sami Agli, président de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), a déploré le retard dans l'application des "mesures d'urgence" pour sauver les entreprises privées en crise.
"Malheureusement, les choses n'avancent pas comme on le souhaite alors que les entreprises se fragilisent chaque jour. On ne voit pas de prises de décision majeures pouvant changer le vécu des entreprises", a déclaré, ce mardi 26 janvier à la chaîne III de la Radio nationale, Sami Agli. Il a qualifié
de "plan de dernière chance", le programme de relance économique proposé par le gouvernement (2020-2024). "Nous héritons d'une situation catastrophique
avec 2019 une année compliquée, et 2020, avec tout le lot qu'elle a ramené (Covid- 19). Il faut des mesures d'urgence, de rupture, sentir le changement d'une manière opérationnelle et rapide", a-t-il préconisé.
"La bureaucratie, une autre forme de terrorisme"
Lors de ses rencontres avec le président de la République, les ministres et les représentants d'institutions, le patronat a présenté des dizaines de propositions pour relancer l'économie et protéger les entreprises privées ayant souffert d'arrêt d'activités, en raison de la crise sanitaire de Covid-19. Certaines entreprises souffrent d'endettement et n'ont pas pu honorer leurs engagements vis-à-vis des caisses sociales (CNAS, CASNOS...). "La bureaucratie aujourd'hui est une forme de terrorisme. Quand on bloque la création de richesses, de projets, il faut penser à pénaliser les bureaucrates. C'est un vrai danger surtout qu'on est en situation de détresse économique", a-t-il alerté. Il a cité l'exemple de certaines administrations, qui "n'accusent même pas réception" du courrier des chefs d'entreprises.
Blocage des dossiers du foncier industriel
Le temps administratif est pesant sur l'économie. Il n'est pas normal qu'on arrive à cette stagnation et à cette inertie. On voit le bateau couler et on ne fait rien. L'entreprise est aujourd'hui la solution à la crise, mais pour qu'elle le devienne il faut lui permettre de se maintenir(...) Nous avons besoin de toutes les énergies pour sortir de la crise. La solution réside également dans la bureaucratisation dans les faits", a plaidé Sami Agli. Il a évoqué le blocage de dossiers présentés par des investisseurs, relatifs au foncier industriel dans plusieurs wilayas. Le blocage est lié notamment, au retard enregistré dans la création de l'Agencenationale du foncier devant remplacer les Calpiref ( Comité d'assistance à la localisation et à la promotion des investissements et de la régularisation du foncier au niveau local). Sami Agli a parlé aussi de "blocage" de demandes de financement ou de rééchelonnement de remboursement de crédits au niveau des banques. "Il n'y a pas d'accompagnement, les taux d'intérêt sont excessivement élevés. Nous sommes parmi les pays les plus chers en matière de taux d'intérêt. Cela varie de 7 à 10 %. L'acteur économique doit avoir la possibilité d'aller chercher les financements en crédits-acheteurs ou en crédits-fournisseurs", a plaidé le président de la CAPC. Il faut, selon lui, varier les sources de financement de l'économie en multipliant les fonds d'investissement et encourageant le financement entre chefs d'entreprises.
Les chefs d'entreprises ont peur
Les chefs d'entreprises ont, selon lui, peur de l'avenir. "Comment se maintenir, préserver les acquis et sauver les entreprises et les emplois. L'emploi, c'est le pouvoir d'achat. Et le pouvoir d'achat est la locomotivede l'économie", a-t-il dit. Il a qualifié de réaliste le chiffre de 500.000 emplois perdus (emplois déclarés), en raison de la double crise de perturbations politiques et de Covid-19, en 2019 et 2020. Ce chiffre a été avancé, début décembre 2020, par Mohamed Cherif Belmihoub, ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Prospective. Sami Agli a évoqué aussi les pertes d'emploi dans le secteur informel. "Aussi, les pertes sont plus importantes. On peut même parler du double du chiffre, à l'aise", a-t-il appuyé. Il a proposé la création d'un organe pour centraliser les données et les informations économiques. D'après lui, les informations fournies par les Douanes, l'ONS (Office national des statistiques), et d'autres organes ne sont pas homogènes,parfois approximatives. Il a estimé que la maîtrise de la donnée économique permettra de faire les bons diagnostics et proposer les solutions adéquates.
"Malheureusement, les choses n'avancent pas comme on le souhaite alors que les entreprises se fragilisent chaque jour. On ne voit pas de prises de décision majeures pouvant changer le vécu des entreprises", a déclaré, ce mardi 26 janvier à la chaîne III de la Radio nationale, Sami Agli. Il a qualifié
de "plan de dernière chance", le programme de relance économique proposé par le gouvernement (2020-2024). "Nous héritons d'une situation catastrophique
avec 2019 une année compliquée, et 2020, avec tout le lot qu'elle a ramené (Covid- 19). Il faut des mesures d'urgence, de rupture, sentir le changement d'une manière opérationnelle et rapide", a-t-il préconisé.
"La bureaucratie, une autre forme de terrorisme"
Lors de ses rencontres avec le président de la République, les ministres et les représentants d'institutions, le patronat a présenté des dizaines de propositions pour relancer l'économie et protéger les entreprises privées ayant souffert d'arrêt d'activités, en raison de la crise sanitaire de Covid-19. Certaines entreprises souffrent d'endettement et n'ont pas pu honorer leurs engagements vis-à-vis des caisses sociales (CNAS, CASNOS...). "La bureaucratie aujourd'hui est une forme de terrorisme. Quand on bloque la création de richesses, de projets, il faut penser à pénaliser les bureaucrates. C'est un vrai danger surtout qu'on est en situation de détresse économique", a-t-il alerté. Il a cité l'exemple de certaines administrations, qui "n'accusent même pas réception" du courrier des chefs d'entreprises.
Blocage des dossiers du foncier industriel
Le temps administratif est pesant sur l'économie. Il n'est pas normal qu'on arrive à cette stagnation et à cette inertie. On voit le bateau couler et on ne fait rien. L'entreprise est aujourd'hui la solution à la crise, mais pour qu'elle le devienne il faut lui permettre de se maintenir(...) Nous avons besoin de toutes les énergies pour sortir de la crise. La solution réside également dans la bureaucratisation dans les faits", a plaidé Sami Agli. Il a évoqué le blocage de dossiers présentés par des investisseurs, relatifs au foncier industriel dans plusieurs wilayas. Le blocage est lié notamment, au retard enregistré dans la création de l'Agencenationale du foncier devant remplacer les Calpiref ( Comité d'assistance à la localisation et à la promotion des investissements et de la régularisation du foncier au niveau local). Sami Agli a parlé aussi de "blocage" de demandes de financement ou de rééchelonnement de remboursement de crédits au niveau des banques. "Il n'y a pas d'accompagnement, les taux d'intérêt sont excessivement élevés. Nous sommes parmi les pays les plus chers en matière de taux d'intérêt. Cela varie de 7 à 10 %. L'acteur économique doit avoir la possibilité d'aller chercher les financements en crédits-acheteurs ou en crédits-fournisseurs", a plaidé le président de la CAPC. Il faut, selon lui, varier les sources de financement de l'économie en multipliant les fonds d'investissement et encourageant le financement entre chefs d'entreprises.
Les chefs d'entreprises ont peur
Les chefs d'entreprises ont, selon lui, peur de l'avenir. "Comment se maintenir, préserver les acquis et sauver les entreprises et les emplois. L'emploi, c'est le pouvoir d'achat. Et le pouvoir d'achat est la locomotivede l'économie", a-t-il dit. Il a qualifié de réaliste le chiffre de 500.000 emplois perdus (emplois déclarés), en raison de la double crise de perturbations politiques et de Covid-19, en 2019 et 2020. Ce chiffre a été avancé, début décembre 2020, par Mohamed Cherif Belmihoub, ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Prospective. Sami Agli a évoqué aussi les pertes d'emploi dans le secteur informel. "Aussi, les pertes sont plus importantes. On peut même parler du double du chiffre, à l'aise", a-t-il appuyé. Il a proposé la création d'un organe pour centraliser les données et les informations économiques. D'après lui, les informations fournies par les Douanes, l'ONS (Office national des statistiques), et d'autres organes ne sont pas homogènes,parfois approximatives. Il a estimé que la maîtrise de la donnée économique permettra de faire les bons diagnostics et proposer les solutions adéquates.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.