Le Président Tebboune n'écarte pas l'organisation des élections législatives et locales à la même date    Barça : Bartomeu passera la nuit au commissariat    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Beldjoud préside l'installation du wali de Bordj Badji Mokhtar    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Création d'un groupe d'amitié parlementaire entre l'Ouganda et la RASD    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Un espace d'accompagnement pour les jeunes    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    En raison d'une faible pluviométrie, les appréhensions des agriculteurs    Plus d'un kilo de kif saisi à Terga    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    Les principales décisions    Retour sur les transferts de fonds à destination de l'étranger    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    La démonstration de force d'Ennahdha    Le décret publié au "Journal officiel"    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Dar Abdellatif (AARC) : célébration de la journée de la femme    Accès à Internet à Tizi Ouzou : Raccordement de 38 nouvelles localités en fibre optique    L'impératif de former un front interne solide pour protéger le pays contre les ennemies    Grâce à l'augmentation programmée de la production de la station d'El Mactaâ: La SEOR revient à une alimentation en H/24    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Mise en oeuvre des décisions du gouvernement: Tebboune ordonne la création d'un outil de contrôle    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Prise en charge des maladies rares: Un «véritable parcours du combattant» pour les patients    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 01 - 2021

Quatre-vingt quinze personnalités, connues mondialement, viennent de lancer un appel pressant au président américain ainsi qu'à plusieurs autres chefs d'Etats et de gouvernements européens pour la levée des sanctions économiques contre la Syrie.
Ce sont d'importantes personnalités du monde du culte, de l'humanitaire, des droits de l'Homme, des universités, de la diplomatie, des parlements, des Nations unies et même de forces militaires qui ont signé, le 21 janvier dernier, une lettre qu'ils ont adressée en premier au président américain Joe Biden, au Français Emmanuel Macron et au Premier ministre britannique Boris Johnson. Ils sont de Tout l'Orient, d'Allemagne, France, Suisse, Espagne, Italie, Hongrie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Irlande, Syrie, Algérie, Tunisie... Leur appel aux puissants gouvernants du monde est pressant et plus d'ordre humanitaire que politique. Dans leur lettre qui nous a été transmise par l'un de ses signataires, Michel Raimbaud, ancien ambassadeur de France, analyste politique, spécialiste de la Syrie et du Moyen-Orient, ils commencent par noter que «le professeur Alena Douhan, rapporteur spécial des Nations unies sur les mesures coercitives unilatérales, a appelé, fin-décembre 2020, les Etats-Unis à lever leur maillage complexe de sanctions économiques qui portent un lourd préjudice au peuple syrien».
Les 95 personnalités de renommée mondiale indiquent que (la) rapporteur spéciale a déclaré que les sanctions imposées par les Etats-Unis «constituent des violations des droits de l'homme à l'encontre du peuple syrien» et «exacerbent la situation humanitaire déjà affreuse que connaît la Syrie, particulièrement dans le contexte de la pandémie du Covid-19», puisqu'elles bloquent l'aide, le commerce et les investissements nécessaires au fonctionnement du système de santé et de l'économie de la Syrie». Les conclusions de (la) rapporteur spécial reflètent, écrivent les signataires de la lettre, «un consensus croissant au sein de la communauté de l'aide humanitaire et de la communauté des droits humains, où l'on estime que cette forme de punition collective de la population civile est en train de mener la Syrie vers une catastrophe humanitaire sans précédent».
Il y a dix ans, affirment-ils, «la Syrie était un grenier à blé pour la région. Elle est aujourd'hui en passe de connaître non seulement la faim, mais la famine, selon le Programme alimentaire mondial (PAM)». Ils rappellent qu'«en juin dernier, le directeur du PAM, l'ancien gouverneur David Beasley, lançait un cri d'alarme en disant que la moitié des Syriens devaient aller se coucher avec la faim et que le pays était au bord d'une «famine de masse». Pendant ce temps, s'inquiètent-ils, «la pandémie du Covid-19 fait rage dans tout le pays, incontrôlable suite à la ruine d'un système de santé largement détruit au fil de dix ans de guerre». ls rapportent dans leur lettre que «des millions de Syriens très durement affectés iront se coucher, ce soir, en ayant faim et froid. Les sanctions coercitives unilatérales imposées par les Etats-Unis rendent encore pire la détresse économique du peuple syrien».
Ces personnalités implorent, dans leur lettre qu'ils ont tenu à écrire en trois langues (français, anglais, arabe): «Nous vous conjurons, Monsieur le Président, d'aider les Syriens à alléger une crise humanitaire qui menace d'entraîner une nouvelle vague d'instabilité au Moyen-Orient et au-delà, en apportant votre soutien à (la) rapporteur spéciale des Nations unies et en vous assurant que les sanctions économiques appliquées en France et en Europe ne violent pas les droits humains du peuple syrien et n'aggravent pas la situation humanitaire déjà désastreuse en Syrie». A l'adresse des gouvernants européens, ils soulignent que ; «Nous pensons que les intérêts nationaux légitimes de la France et de l'Europe peuvent être défendus sans punir collectivement le peuple syrien au moyen de sanctions économiques».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.