Goudjil confirmé dans son poste    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Mandat d'arrêt international contre le principal responsable    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Benbouzid annonce la réception de nouveaux lots    Plusieurs opérations menées en une semaine    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Borussia M'gladbach-Man City : Bensebaini titulaire. Mahrez sur le banc    CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les «zones d'ombre» sont-elles dans nos têtes ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 01 - 2021

Ceux en charge de la marmite nationale ont du gros souci à se faire, c'est que le lait pasteurisé en sachet est en train de devenir une «affaire d'Etat» ! Un conseil interministériel a même été convoqué pour plancher sur ce casse-tête dont les héros sont des distributeurs qui défient ouvertement l'autorité de l'Etat. Pis encore, outre le non-respect du prix subventionné du sachet de lait, des commerçants se livrent publiquement à la vente concomitante, obligeant le «dindon de la farce» qu'est devenu le pauvre consommateur, à acheter d'autres produits alimentaires pour avoir droit à un litre de lait.
Le ministre du Commerce exprime publiquement son courroux et promet, depuis longtemps déjà, que «l'Etat va sévir et que la tête de la ‘Issaba' sera décapitée et pas seulement sa queue !». Et à deux mois du Ramadhan, le mois de tous les soucis, la pénurie de lait en sachet risque de tourner à l'émeute, et c'est cela qui donne des cauchemars éveillés à l'expert économiste et néo-ministre du Commerce, Kamel Rezzig. La «crise de nerfs» causée au ministre du Commerce renseigne sur ce qui l'incapacité du gouvernement en place de mettre de l'ordre dans ce véritable «panier à crabes» qu'est devenue la sphère commerciale en Algérie, transformée en zones de non-droit pour le commun des consommateurs, aux yeux plus gros que le ventre. A contre sens de la plus triviale des logiques, sous nos latitudes si particulières, tout semble «tourner» en prenant à défaut le bon sens le plus élémentaire chez le plus érudit du peuple des «raisonnés». Au pays où l'oseille n'a pas la même odeur pour tous, «le miracle économique», du soleil de la liberté à nos jours, consiste en un «jeu de dupes», aussi inutile que scélérat : compresser la demande sociale en réduisant, jusqu'au goulot de l'offre, provoquant du coup, une situation ubuesque où celui qui a dix sous neufs fourre sa main baladeuse dans la poche de celui qui a un demi-douro trop usé.
Sinon, comment dégoupille-t-on cet épais mystère algéro-algérien et qui voudrait qu'à chaque fois que l'arrivée du mois de toutes les agapes est annoncée, la mercuriale s'arrache les cheveux, à en perdre raison ? Quelle est donc cette mouche qui nous empoisonne le sang pour nous retrouver, à chaque fois, ramer contre le courant pour se fatiguer les bras et couler comme un caillou au fond d'une eau fangeuse ?! A moins que les «zones d'ombre» sont dans nos caboches !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.