Election des rédacteurs de la nouvelle Constitution    Le pays affiche une croissance négative de 3% au premier Trimestre 2021 : La Tunisie au creux de la vague    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Evocation innovante de la mémoire meurtrie    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Le Conseil de sécurité se réunit après des destructions à Ghaza    Alger: 1047 affaires liées à la drogue élucidées durant le mois du Ramadhan    Manque d'assiettes foncières à Sidi Abdellah : De nouvelles dispositions prises    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Atlético : Suarez a une préférence pour son avenir    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les (mauvaises) manières du «discours»    Nouvelle opération de déstockage    L'Anie sous haute surveillance    Le coup est jouable    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Les causes d'une déconfiture    L'ouverture des frontières au menu    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Réception de 3.400 doses    "La situation épidémiologique est maitrisée"    Nos villes devenues de nouveau,«fantômes»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





S'abriter derrière la fatalité
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 02 - 2021

Face à la pandémie, il est constaté un relâchement flagrant de la population. Les mesures de précaution déjà en demi-teinte et mal assumées, fort heureusement par une minorité avec une légèreté manifeste, ne semblent plus d'actualité. On a la nette impression que les Algériens sont convaincus que le corona a totalement disparu et qu'il est permis dorénavant de ne plus en parler. Les terrasses des cafés et des restaurants ont ouvert leurs bras aux consommateurs heureux et satisfaits de se livrer à une large dérogation accordée par le déconfinement et que les contraintes des distanciations et l'ensemble des précautions sanitaires sont à envoyer au diable.
Il est certes heureux que les cafetiers et les restaurateurs retrouvent des repères financiers salvateurs et qu'ils renouent avec un bout d'espoir qui s'était évanoui dans une maléfique randonnée d'enfer. L'apparente mise en factorisation humaine fait des heureux dans une proximité perdue hier car il est évident que l'attablement sur une terrasse est un des nerfs dorsaux de la liberté.
Mais les faits et les données de ce qui relève du domaine sanitaire n'ont pas le visage serein qu'on leur prête et à l'écoute des malheurs de nombreux cercles familiaux on se rend compte que le virus est toujours là. Le mutisme et la discrétion d'une pléthore de contaminés par le fléau contredisent les annonces et les chiffres officiels pour laisser ressurgir la gêne que l'on a toujours eue à dévoiler aux autres la maladie du cancer.
Peu importent les motifs et les contraintes économiques et sociaux qui ont présidé à la décision d'accorder de l'air à la population. L'incongru sevrage se devait d'avoir des limites pour que les cafés et les restaurants ne soient pas eux aussi des cimetières abritant la confusion des sens donnés à la mort. Le nouveau dilemme est que la situation catastrophique sans cesse renouvelée et élargie dans la plupart des contrées du monde pousse à la circonspection et à une obligatoire vigilance.
Pour leur déconvenue, les Algériens gardent en permanence la faiblesse de tenir à s'abriter derrière la sacro-sainte fatalité. Si par de rares moments elle leur procure un peu de baume au cœur, dans la conjoncture pandémique actuelle, elle risque de s'avérer désastreuse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.