Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le bon grain et l'ivraie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 02 - 2021

Je n'ai pas encore bien compris tout le remueméninges médiatique à propos d'un simple remaniement ministériel, pourtant annoncé comme «simple «. Généralement, dans la plupart des pays développés, ledit remue- méninges est surtout politique, au sein du monde des partis et des militants, les citoyens étant plus préoccupés par leur gagne-pain quotidien que par les gymnastiques politiciennes et journalistiques.
Souvenirs, souvenirs ! Chez nous, par le passé, un remaniement au sein d'un gouvernement n'était souhaité (et attendu avec impatience) que pour ses effets sur la carrière des jeunes fonctionnaires et cadres que nous étions : une autre organisation du travail faisant sortir de la routine, (au sein de l'Administration alors naissante et qui en avait toujours besoin, cependant bien que moins qu'aujourd'hui), une promotion qui améliorerait l'ordinaire, peut-être. Il est vrai que pour tout le reste, «unité de pensée et d'action obligeant «, il y avait des «responsables « qui «décidaient « si hauts placés, si inatteignables et respectables donc respectés. D'accord ou pas d'accord avec eux, point barre !
Aujourd'hui, et tout particulièrement depuis le début des années 2000, les choses ont é (in ?) volué. Autres temps, autres mœurs ! Il est vrai que l'atmosphère a changé, amenant, avec elle, des bouleversements dans les comportements des fonctionnaires et des cadres. Le politique (et il foisonne) n'est là que comme manipulateur s'il participe au pouvoir et comme observateur et (surtout) comme critique s'il est dans l'opposition. Il est vrai aussi que le nombre désormais important de diplômés a rendu de plus en plus difficile le tri des compétences d'autant que, bien souvent, l'ivraie a pris le dessus sur le bon grain, surtout lorsqu'on sait que la première est plus «bon diseuse « (la télé aidant à donner le change, les décideurs étant sensibles aux apparences et aux amitiés) que «bon faiseuse «. Il est vrai aussi que la gestion économique, sociale et politique est devenue encore plus difficile, la «mondialisation-globalisation « des activités rendant plus complexes les équations à résoudre, ceci étant aggravé par le passage d'une «économie dirigée « opulente -donc facile à gérer- à celle d'une «économie néo-libérale «, toujours «dirigée « en sous-main, mais aux moyens financiers qui se raréfient, et virussée par la corruption, donc extrêmement difficile à gérer. Au final, aujourd'hui, pour beaucoup de nouveaux «cadres «, peu importe ! L'essentiel est d'en être chacun, de celui bardé de diplômes (la préférence allant à l' «énarque «) au simple parkingueur, pense et veut en être. Être ministre ou Pdg ou Directeur exécutif de n'importe quoi, pourquoi pas ? Tant il est vrai que, bien souvent, la fonction a été confiée plus à des «brasseurs « de belles paroles qu'à des managers efficaces.Il est vrai, par ailleurs, qu'il y a des parkingueurs de circonstance, en tout cas très bons gestionnaires de leur surface d'intervention, car bien que diplômés universitaires, ils se trouvent réduits au chômage.
Avant-hier, les postes étaient confiés à des anciens combattants ou supposés l'avoir été (il y a encore quelques rares «restes« qui s'agrippent aux fauteuils), l'engagement politique (révolutionnaire !) primant sur toute autre considération. Hier, seule la fidélité à une personne bien plus qu'à une idée a compté. Aujourd'hui, on ne peut s'empêcher de s'interroger sur les critères des choix d'hommes chargés de manager (plus économiquement que politiquement) des secteurs parfois stratégiques nécessitant plus de savoir-faire que de savoir-dire ou de savoir-être. Et, surtout de s'interroger sur les va-et-vient organisationnels qui donnent, au peuple, une image dépréciée de la chose publique et aux contempteurs habituels du «système « du «grain à moudre «.A votre serviteur aussi !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.