Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 01 - 03 - 2021

Le variant britannique de la Covid-19 continue de susciter l'appréhension de la communauté scientifique nationale. En effet, le professeur Kamel Djenouhat, chef service du laboratoire central de l'hôpital de Rouiba, a appelé hier à une « extrême vigilance » après l'apparition de nouvelles souches du coronavirus. Intervenant sur les ondes de la Radio nationale, le Pr Djenouhat a fait savoir que «l'intrusion de ce variant chez nous était prévisible il a quelques semaines déjà». Avertissant contre la propagation rapide du variant viral de la Covid-19, il a même suggéré un deuxième test PCR pour les sujets entrant à travers les frontières avec confinement de cinq jours, regrettant que cela «n'a pas été appliqué». Alertant avec des mots crus sur les risques encourus pour la santé publique, le Pr Kamel Djenouhat a également expliqué que « si l'on fait un séquençage de toutes les personnes ayant contracté la Covid, on trouvera au moins 10 personnes porteuses de ce variant », a-t-il mis en garde. Pour réaliser ce séquençage, l'immunologiste assure que le procédé est le même que la Covid-19, «mais le variant présente des particularités, en ce sens qu'outre sa plus grande et rapide transmissibilité, c'est qu'il touche aussi les jeunes sujets », a-t-il encore alerté.
Plus dangereux
Au sujet de la létalité du nouveau variant, le chef service du laboratoire central de l'hôpital de Rouiba a rappelé que le monde scientifique préconisait, au début de son apparition, qu'il n'était pas d'une grande virulence mortelle, «mais les dernières études établissent un phénotype plus dangereux et une mortalité très élevée par rapport aux anciens variants», a-t-il indiqué. « Nous sommes en l'attente de nouvelles publications à ce propos pour actualiser nos connaissances en la matière », a-t-il ajouté. Au sujet des mesures à prendre pour circonscrire la propagation de cette nouvelle souche du virus, le Pr Djenouhat admet qu'en Algérie «on est dans une situation de cas sporadiques, c'est-à-dire on est loin d'atteindre le stade du cluster mais souvenez-vous», rappelle-t-il, «ça a commencé avec un cas à Blida avant que ça ne devienne plus tard une véritable pandémie pour dépasser les 100.000 cas contaminés actuellement», a-t-il dit. L'immunologiste a également regretté «l'ouverture même contrôlée des frontières, d'une part, et le relâchement des citoyens, d'autre part», appelant ainsi les autorités à «plus de fermeté afin de faire respecter les mesures barrières dont la désinfection et le port du masque, notamment, à défaut de faire appliquer la distanciation dans certaines situations ou certains espaces», a-t-il conclu.
Pour sa part, le directeur général de l'Institut Pasteur Algérie (IPA), Dr Fawzi Derrar, a rappelé, samedi à Alger, la nécessité d'observer «scrupuleusement et strictement» les mesures de prévention contre la propagation de la Covid-19, après avoir enregistré les deux premiers cas du variant britannique en Algérie.
Le premier responsable de l'IPA a souligné, dans une déclaration à la presse à l'issue de la cérémonie de signature d'une convention entre le CHU Beni Messous et Algérie Télécom (AT), que « le respect des mesures de prévention va stopper la propagation du variant britannique» et qu'il est «important d'observer le protocole sanitaire pour lutter contre la propagation du virus». Il a précisé à cette occasion que la situation sanitaire du pays est «bonne» et que l'on est en train «d'enregistrer des chiffres les plus bas au monde». Fawzi Derrar a également affirmé que l'Institut Pasteur procède à des «analyses sur des échantillons» et qu'il n'est pas question uniquement du variant britannique, mais l'ITA assure également, selon lui, la «surveillance de tous les autres variants de la Covid-19 qui sont propagés dans le monde».
Le directeur général de l'ITA a relevé, toutefois, que la propagation du variant britannique en Algérie n'est pas une surprise, si l'on voit la dynamique de ce variant à travers le monde. Pour rappel, l'Institut Pasteur d'Algérie avait annoncé jeudi soir dans un communiqué la détection de deux cas du variant britannique du coronavirus. Il avait précisé que «ces deux souches mutantes ont été détectées chez un membre du personnel de santé de l'EHS de psychiatrie de Cheraga (isolé actuellement) et chez un émigré venant de France pour l'enterrement de son père». «Sur le plan épidémiologique, l'Algérie a enregistré ces dernières semaines une certaine stabilité du nombre de cas de contamination par le coronavirus Covid-19", avait constaté l'IPA, qui a rappelé que «la grande attention portée aux mesures de distanciation sociale et le port de masque de protection dans le cadre du protocole sanitaire sont les meilleurs garants du maintien de la stabilité enregistrée actuellement».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.