Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le «tintamarre» Yasmina Khadra
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 03 - 2021

Grisé vraisemblablement par les ventes record de ses ouvrages (qui se chiffrent par dizaines de millions d'exemplaires à travers le monde), l'écrivain Yasmina Khadra, lors de ses dernières apparitions sur des chaînes de télévision outre-Méditerranée, a tenu des propos pour le moins immodestes qui donnent un aperçu, peut-être erroné, sur sa personnalité (mais, dans le domaine de l'art, ne faut-il pas toujours distinguer l'homme de l'artiste et est-il bien raisonnable, par exemple, de réduire le grand Mozart à son caractère orgueilleux ou capricieux ?).
Ainsi, notre célèbre écrivain prolifique -après avoir accusé son confrère marocain Tahar Ben Jelloun de lui avoir bloqué l'accès aux médias français et surtout au prix Goncourt (un prestigieux prix littéraire parisien qu'il pense sans doute mériter cent fois)-a jugé étrangement que la reconnaissance de ses nombreux lecteurs ne lui suffisait pas («Ah non, non, ça ne suffit pas !» s'est-il exclamé), avouant donc implicitement que l'adoubement par les médias comptait autant sinon davantage pour lui : «Les miens se posent pas mal de questions. Ils commencent à douter : un bonhomme exclu de l'ensemble des institutions littéraires françaises et des jurys littéraires ! Mon dernier livre, «Le sel de tous les oublis», a été bloqué par toutes les télés et radios françaises».
Il s'est plaint également du silence des médias arabes qui entourerait, d'après lui, son œuvre : «A Singapour, mon roman «Les hirondelles de Kaboul» a été lu plus que dans tous les pays arabes réunis. J'ai cinq millions de lecteurs en France, quinze millions dans le monde, dans 57 pays. Il n'y a aucun écrivain arabe aussi traduit que moi dans le monde mais je suis peu connu dans les pays arabes. Mes lecteurs au Brésil sont plus nombreux que dans l'ensemble du monde arabe. Cela vous donne une idée de l'intérêt qu'on porte à notre génie («Le génie arabe», il voulait dire certainement. NDLR)». Et d'ajouter plus loin sans sourciller : «En tant que romancier écrivant en français, je n'ai aucun complexe. Je ne peux imaginer un écrivain qui me dépasse dans le domaine du roman».
Sursaut d'orgueil d'un écrivain qui pense être injustement blacklisté ou, pire, vantardise déplacée d'un auteur à succès? Dans son pamphlet «La littérature à l'estomac» paru en 1950, Julien Gracq (qui a refusé, lui, le prix Goncourt qui lui a été décerné en 1951 pour son roman «Le rivage des Syrtes») avait fustigé une «littérature contemporaine construite de forme industrielle, destinée à être mâchée par un public domestiqué par les médias» et dénoncé le «tintamarre» médiatique qui accompagnait désormais l'écrivain.
Yasmina Khadra devrait, peut-être bien lui aussi, s'interroger sur tout ce «bruit de fond» fait autour de sa personne, ne serait-ce que pour vérifier s'il en avait réellement besoin pour être un écrivain ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.