PSG : Neymar remis à temps pour le match face à l'OM    Foot - Classement Fifa : L'Algérie conserve sa 30e position, perd une place au niveau africain    Benzema devra encore patienter pour le jugement    Loi criminalisant la spéculation: les opérateurs appelés à déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    Elections locales à Mostaganem : Des maires et des ex-députés exclus de la course aux candidatures    Météo : pluies sous forme d'averses orageuses dans plusieurs wilayas du pays à partir de ce vendredi    La prédiction de Ronaldinho pour Mbappé    Le procès Hamel reporté au 17 novembre    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Un scrutin miné ?    Rejet de 77 dossiers de candidature    Le RND au bord de la crise    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Des candidats exclus font appel    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La nécessaire «vaccination de masse»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 04 - 2021

  Le chef de service et coordonnateur de l'unité Covid-19 du CHU Mustapha pense que « pour s'en sortir, il faut une vaccination de masse et efficace des personnes âgées de plus de 65 ans, sans condition, sans qu'elles soient des malades chroniques ».
Au-delà du constat d'une «immunité collective» avec en parallèle « une recommandation ferme et insistante du respect des mesures barrières », Prof Haiel estime en référence aux statistiques de l'ONS que «la vaccination de masse doit concerner les 5 millions d'Algériens de plus de 65 ans». Seulement, pour le moment, « l'Algérie n'a pas les quantités de vaccins qu'il faut, ce n'est pas tant faute de sous mais de disponibilité de vaccin chez les pays qui les produisent », dit-il. «On est dans la pénurie mais on est dans un dilemme, avec les quotas qu'on a, on ne peut pas aller loin, la demande nationale est de 30 millions de doses, si l'Algérie en achète 20 millions de doses de vaccins et les gens refusent de se faire vacciner, ce sera du gaspillage », pense Professeur Rachid Belhadj, chef de service Médecine légale et directeur des Activités médicales et paramédicales.
Il interroge en même temps que «ceux qui ont une immunité naturelle c'est-à-dire les personnes qui ont été contaminées naturellement et en sont guéries, on ne sait pas combien de temps leur immunité va durer, d'autant qu'on a reçu des malades contaminés pour la 2ème fois, on a peur, il y a urgence pour leur vaccination quand bien même le vaccin n'est pas obligatoire».
Pour Haiel, «il faut développer une politique de prise de conscience pour que les Algériens se fassent vacciner avec n'importe quel vaccin que le pays acquiert, on n'a pas à choisir entre l'un ou l'autre ». L'on note que la vaccination a commencé il y a près de 45 jours. «A Mustapha, on en a désigné les prioritaires, le personnel des services de consultations, de contrôle, de radiologie, les services Covid puis on a élargi la liste à tous les autres services de l'hôpital, au départ les gens étaient un peu réticents,», indique Haiel. Le DG de l'hôpital, Abdesselam Benana, nous explique que « nous y avons procédé avec un calendrier préétabli à raison de 2 services/jour, on a commencé à avoir 5-6 jusqu'à 10 demandes par service ». Haiel pense alors que «les gens ont eu le temps d'observer ceux qui ont été vaccinés, actuellement on a bien plus de demandes». Benana nous fait savoir que Mustapha compte 5.300 employés tous corps confondus.
«On a commencé la vaccination le 3 février dernier, on a saisi les professeurs chefs de service pour nous transmettre les listes de leur personnel qui accepte de se faire vacciner, parce que la vaccination est un acte volontaire, on a terminé la première rotation et on est passé à la 2ème il y a moins d'une semaine, on ne s'est pas arrêté, nous n'avons pas connu de pénurie de vaccin, nous avons en stocks les quantités qu'il faut pour le rappel après 21 jours du premier vaccin.» Il nous rappelle que pour la vaccination en Algérie, «priorité a été donnée aux personnels médicaux, aux corps constitués et aux malades chroniques de plus de 65 ans».
Haiel veut être optimiste en lançant «on n'a pas gagné la guerre contre la pandémie mais à mon avis on a gagné une bataille». L'apparition de variant le laisse penser que «la Covid-19 fait partie des virus qui luttent continuellement, c'est comme le virus de la grippe, il a opéré 340 mutations majeures, la grippe revient chaque année avec un nouveau variant auquel il lui faut un nouveau vaccin qu'on attend tous les ans entre octobre, je suis sûr que ce sera la même chose pour la Covid-19 ». Mais il prévient que « si en octobre dernier l'Algérie a vécu sa 2ème vague et qu'aujourd'hui elle vit une accalmie, elle n'est pas à l'abri d'une 3ème vague ou pic, peu importe l'appellation». Il note qu'«en octobre, on a eu jusqu'à 1.000 consultants, c'était après l'ouverture des plages, des mosquées, des espaces publics(...), il y a eu un relâchement terrible, un abandon quasi total des mesures préventives». L'accalmie d'aujourd'hui pourrait n'être que «de courte durée», pensent les spécialistes. « On n'est pas à l'abri d'une 3ème vague tant qu'il n'y a pas une extinction de l'épidémie, on doit rester vigilant, il faut un strict respect des mesures barrières», affirme Prof Belhadj. «Malheureusement, on revient au relâchement auquel il faut ajouter le retour du hirak, le virus aime bien les regroupements massifs, tous les ingrédients sont là», s'inquiète Prof Haiel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.