Nouvelle opération de déstockage    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    COMMEMORATION DE LA "NAKBA" SOUS LES BOMBES    Election des rédacteurs de la nouvelle Constitution    Le pays affiche une croissance négative de 3% au premier Trimestre 2021 : La Tunisie au creux de la vague    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    USMA-JSS, le choc    6 décès et 135 nouveaux cas    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Une vie dédiée à la poésie, la radio... et la politique    "L'ISLAM DES LUMIÈRES" OU LA PRIMAUTE DE L'ESPRIT CRITIQUE    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Evocation innovante de la mémoire meurtrie    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Chlef: Un mort dans un accident de la route    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les (mauvaises) manières du «discours»    Agüero, ce sera après la finale de la C1    L'ouverture des frontières au menu    L'Anie sous haute surveillance    Pari réussi pour Belaribi    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    "La situation épidémiologique est maitrisée"    Un courtier placé sous mandat de dépôt    Le nouveau métier à la mode    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Les causes d'une déconfiture    Le coup est jouable    Paris en eaux troubles pour Icardi    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





UNE RENCONTRE AVORTEE ET LES URGENCES DE L'HEURE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 04 - 2021

Le chef du gouvernement français et la délégation ministérielle qui devait l'accompagner ne sont, donc, pas venus à Alger. Le report de la visite a déployé des spéculations variées sans tenir compte de l'essentiel. En ce moment, le gouvernement français, comme son homologue algérien d'ailleurs, se démène dans une situation qui ne l'autorise de tenter d'avancer qu'à vue d'œil et ses préoccupations sont d'abord de faire face à d'immenses impondérables sanitaires qu'il ne parvient pas à, totalement, juguler, affrontant leurs conséquences économiques que la France n'a pas connues depuis la Deuxième Guerre mondiale. Face aux problèmes urgents de l'heure, il devenait logique que des ministres français et leur chef soient astreints à une consignation inévitable, confinement physique à la couleur politique, pour demeurer au guet des énormes difficultés de la population française. D'autant que ces responsables sont aujourd'hui tenus plus qu'hier, de garder un œil alerte sur les très prochaines élections présidentielles, dont l'issue devient incertaine. De même que les autorités algériennes n'auraient aucun intérêt à prendre des engagements qui s'avéreraient caducs, si le pouvoir français changerait.
Qu'il y ait eu des dissensions verbales ou des manifestations d'humeurs saupoudrant une rencontre avortée, cela relève d'un manque de franchise dû à des intérêts tus divergents. Mais le sentimentalisme n'a jamais été un socle pour des échanges entre les Etats.
Une rencontre bilatérale forcée d'être restreinte entre les gouvernements des deux rives de la Méditerranée, ne pouvait seulement, que se contenter de réaffirmer une volonté symbolique de coopération, en survolant de très sérieux dossiers. Ce n'est ni dans l'intérêt de l'Algérie ni dans celui de la France.
En fait, dans l'urgence du moment, le débat conséquent était ailleurs. Il était au centre de la rencontre entre les deux chefs d'états-majors des armées des deux pays, vendredi à Alger. En militaires avisés et avertis, les yeux dans les yeux et non tenus de se laisser bercer par les littératures diplomatiques, ils se sont échangés des vérités concrètes à la hauteur des drames et du véritable tsunami qui menace la région du Sahel. Le grand danger qui pèse sur le bassin méditerranéen et sur toute l'Afrique n'est, en aucune façon, en adéquation avec les déclarations à la senteur virtuelle, même les influences politiciennes tapoteraient avec force pour que chacun préserve ses propres intérêts. Il se trouve que l'Algérie et la France ont des intérêts à partager en commun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.