Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Man City : Guardiola aurait pris une décision pour Mahrez et Gundogan    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Petits pas» et grand bruit
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 04 - 2021

A quoi rime l'ouverture par le parti du président français Emmanuel Macron, La République En Marche (LREM), d'un comité à Dakhla, une ville du Sahara occidental sous occupation marocaine ? Dans un communiqué partagé sur le compte officiel de l'ambassade du Maroc en France, le parti LREM argue la nécessité de se rapprocher des Français vivant dans cette zone, de facto mise sous la souveraineté du Maroc, en qualifiant la ville de Dakhla sise dans les territoires sahraouis occupés de «territoires sud du Maroc», mais cela ne peut convaincre personne vu le nombre réduit de Français qui pourraient s'aventurer à vivre dans ces lieux et qui, même s'il en existe quelques-uns, ils auraient plus besoin d'un consulat que d'un comité d'une formation politique. La France officielle, contrairement à d'autres pays, aurait-elle préféré confier la mission de reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara à un parti politique, de surcroît celui du président Macron, qui n'aurait de toute évidence pas bougé le petit doigt sans l'ordre de l'Elysée.
C'est la politique des «petits pas» du président Macron envers ces anciennes colonies de la France qui restent très sensibles à ses faits et gestes ? Après la politique des « petits pas » sur le dossier mémoriel avec l'Algérie, avançant d'une manière «discontinue et dispersée, en deçà des attentes», comme l'a relevé le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Amar Belhimer, la France semble emprunter la même tactique sur le chemin d'une reconnaissance de souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Et probablement l'ouverture en toile de fond d'un consulat français à Dakhla pour satisfaire les exigences du Roi Mohamed VI et se tailler une part dans les projets d'investissement que fait miroiter le royaume aux pays qui accepteraient d'ouvrir des représentations diplomatiques dans cette ville. Jusque-là, on sait pertinemment que la France épouse les thèses du Maroc à propos du plan d'autonomie pour le Sahara occidental, mais on ne pensait pas, vraiment, que le président français franchisse allègrement le pas de la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, comme l'a fait avant lui l'ex-président américain Donald Trump. Car, la sensibilité du dossier ne pourrait pas laisser indifférent le voisin de l'Est, l'Algérie, qui ne resterait pas sans broncher si pareil développement de la situation se produisait. D'ailleurs, rien que ces murmures ont provoqué la colère d'Alger, et on n'a pas hésité à le montrer d'une manière aussi brutale que l'est ce « petit pas » du parti du président français. Dans le même contexte, l'ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) en Algérie, Abdelkader Taleb Omar, a souligné que la politique de la France est «contradictoire et hypocrite», dénonçant la position du parti au pouvoir en France, qui est une «violation» de la légalité internationale et du droit du peuple sahraoui, rappelant la position du Conseil de sécurité onusien et de l'Union européenne en faveur d'une solution pacifique dans un cadre onusien. Et l'Algérie ne s'est jamais cachée de son soutien à la cause sahraouie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.