Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Le Président Tebboune s'entretient par téléphone avec son homologue égyptien    Coronavirus : 199 nouveaux cas, 154 guérisons et 7 décès    Chelsea : Une touche en Allemagne pour Marcos Alonso    Ligue 1 (Match avancé/ 21e journée): le MCO domine la JSK (0-1)    Man United : Solskjaer se félicite de la prolongation de Cavani    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Maturité et montée en gamme    Fertoul pense que «ce sera difficile, mais pas impossible»    La Juve en péril, Pirlo, Ronaldo et Agnelli sur un fil    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Un dispositif sécuritaire mis en place par la Gendarmerie nationale    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    «Le Real et le Barça, hala» !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    Les solutions miracles des constructeurs automobiles    Porsche signe un bon début d'année    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Abdelkrim Benyaïche nommé recteur à l'université de Béjaïa    Quels députés pour quelle APN ?    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Cité Guehdour Tahar à Guelma : Rush sur le stade de proximité    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Agence foncière: Plus de 3.000 actes délivrés et plusieurs vieux sites régularisés    Réactions mitigées des partis politiques    Le Cnese en phase de propositions    Des enseignants universitaires véreux    Israël et l'ONU au banc des condamnés    «Au secours M. le président!»    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Droit de grève et service public
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 04 - 2021

Le droit à la grève est-il juste quand ses dégâts collatéraux mettent à mal les droits des autres, notamment lorsque la grève est déclenchée par les personnels d'entreprises ou d'établissements qui assurent l'exécution d'un service public ?
En Algérie, qui vit cycliquement des grèves dans les secteurs qui accomplissent un service public, comme les transports publics, l'éducation, la santé, l'administration
publique et la poste, où les besoins des populations sont pris en otage par les travailleurs grévistes et leurs tutelles tenues d'assurer la pérennité du service public, et qui auraient failli à leur mission s'ils ne réussissent pas à gérer les conflits collectifs, le droit à la grève est presque du domaine sacré. Dès qu'on tente d'amorcer le débat sur le sujet de la grève et de l'introduction de nouveaux outils juridiques pour canaliser les conflits collectifs, on crie à la restriction, à la tentation autoritariste. Mais quelle tyrannie plus hideuse que celle de fermer les guichets et ne pas permettre à un père de famille de retirer SON argent de son compte courant postal à la veille et durant ces premiers jours du Ramadhan ?
La grève des postiers, loin du bien-fondé de leurs revendications socioprofessionnelles, a suscité le courroux d'une clientèle qui n'en revient pas qu'on puisse engager un débrayage dans une période aussi sensible que le début du Ramadhan, qui par essence appelle à la solidarité et l'entraide entre musulmans. Pourtant, elle est bien là, et elle appelle à engager une sérieuse réflexion pour repenser le régime de la grève et apprécier l'exacte portée des droits et obligations des travailleurs de cette entreprise (EPIC Algérie Poste) ou autres établissements assurant l'exécution d'un service public.
N'est-il pas bien meilleur de gérer la grève en amont par le biais de solides mécanismes juridiques, préventifs notamment, que de venir en aval, quand le mal est fait aux usagers des services publics, user de coercition et de menaces de suspension des contrats de travail contre les grévistes pour les obliger de reprendre le travail, comme c'est la pratique courante dans tous les établissements qui exécutent un service public ? Le dernier en date reste cet avertissement à l'encontre des postiers grévistes, sommés de reprendre le service ou, dans le cas contraire, il sera mis fin à leur contrat de travail. Cela constitue-t-il une solution adaptée pour limiter légalement le droit de grève, à travers la menace de licenciement des grévistes et le recours à la justice pour l'annuler dans la forme ? C'est un couteau à double tranchant.
On pourrait effectivement étouffer la protesta, ce qui finit souvent par arriver, mais il ne faudrait pas exclure le risque de graves dérapages incontrôlés si les travailleurs optent pour la confrontation et refusent de se plier aux injonctions malgré l'annulation de la grève par une décision de justice suivie des menaces de suspension contre les grévistes. Ce serait le clash fatal, qui pourrait ouvrir la voie au pourrissement, dont l'issue serait incertaine, menant probablement au discrédit en cas de rétropédalage des autorités, à contrario de limites suicidaires. Sans tenter de restreindre le droit à la grève par quelque moyen que cela soit, il est possible d'assurer la continuité du service public, qui n'est pas loin de l'ordre public, en adoptant un mécanisme législatif adéquat qui garantirait une conciliation entre le droit de grève et le droit à un service public continu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.